Détail de la nouvelle À la mémoire de Luc Bélanger
FACULTÉ DE MÉDECINE – Vos nouvelles de la Faculté – 22/09/2016

Hommage à Luc Bélanger

Un collègue visionnaire nous a quittés

Luc Bélanger
Vendredi, le 9 septembre dernier, l’Université Laval et le CHU de Québec-Université Laval ont perdu un pionnier de la recherche sur le cancer. Notre collègue Luc Bélanger nous  a, en effet, quitté subitement et prématurément à l’âge de 68 ans. Luc était professeur titulaire au Département de biologie moléculaire, de biochimie médicale et de pathologie de la Faculté de médecine.
C'est avec beaucoup d’émotion que nous partageons maintenant avec la communauté universitaire l’essentiel de ses réalisations, et de sa personnalité que nous avons eu la chance d’apprécier au fil des ans.

Luc a terminé ses études en médecine, en plus d’obtenir un doctorat en biochimie médicale à l’Université Laval. Sa thèse a porté sur l’implication de l’alpha-foetoprotéine (AFP) dans la pathogenèse de maladies hépatiques, notamment le cancer. Suite à un stage postdoctoral à l’Université Vanderbilt au Tennessee, il revient à l’Université Laval et développe l’aspect moléculaire de son programme de recherche sur l’AFP au Centre de recherche de L’Hôtel-Dieu de Québec (CRHDQ), alors dirigé par le professeur Didier Dufour, son patron de thèse. En 1979, il succède à celui-ci comme directeur scientifique du CRHDQ.

En 1981, il amorce le recrutement de chercheurs universitaires avec une vision multidisciplinaire. La première vague priorise la recherche fondamentale en oncologie, en recrutant des collègues s’intéressant à la biologie cellulaire ou moléculaire. Sont arrivés en deuxième et troisième vagues des chercheurs œuvrant dans les secteurs de la psycho-oncologie, de la recherche clinique et évaluative, ainsi que de la physique radio-oncologique. Ce développement multidisciplinaire en recherche sur le cancer a nécessité l’agrandissement, sous son impulsion, des espaces consacrés à la recherche, soit le pavillon St-Patrick et le Centre de recherche clinique et évaluative en oncologie (CRCEO)) à L’Hôtel-Dieu de Québec. Parallèlement à ce développement, sont venues les reconnaissances officielles du CRHDQ par le FRQS et l’Université Laval comme centre thématique, désigné alors comme le Centre de recherche en cancérologie (CRC). À la suite de la création du CHUQ et à son expansion qui a mené au CHU de Québec–Université Laval, il a occupé le poste de directeur de l’axe Oncologie, du Centre de recherche jusqu’en 2012. Ce bref historique retraçant les grandes lignes des réalisations de Luc comme directeur de centre hospitalo-universitaire met en lumière ses qualités exceptionnelles de visionnaire et l’extraordinaire sens du leadership qu’il a exercé dans notre milieu sur une période de plus de 30 ans. Ses réalisations ont été hautement reconnues par le Prix Hommage Grand Bâtisseur (Sirius) qui lui a été décerné par le CHU de Québec en 2005. Finalement, ces deux dernières années, notre collègue avait accepté le mandat de développer la recherche au Centre hospitalier affilié universitaire Hôtel-Dieu de Lévis, à titre de directeur scientifique.

Son profil comme chercheur de carrière a été de type universitaire et ses travaux sur la régulation génique et les fonctions de l’AFP s’inséraient dans le volet biologie moléculaire du Département de biologie moléculaire, de biochimie médicale et de pathologie. À cet égard, il y a lieu de souligner ici l’excellente qualité des travaux accomplis; ses contributions dans le domaine de l’oncologie moléculaire ont été publiées dans des journaux de haut calibre, incluant la parution d’un article dans Nature lors de sa formation au Ph. D. Sa renommée était d’envergure internationale. Par ailleurs, un premier succès dont il était très fier est le fait que son équipe a été la première, en collaboration avec notre collègue Alan Anderson, du Département de biologie à la Faculté des sciences et de génie, à cloner un gène à l’Université Laval : celui de l’AFP de rat. Un deuxième fait d’armes, pour le moins remarquable au plan national, est que son programme de recherche fondamentale a reçu un appui ininterrompu de la part du CRM/IRSC sur une période atteignant 25 ans.

Par ailleurs, notre collègue a joué un rôle prépondérant dans le développement de la recherche personnalisée en cancer au Québec, en cofondant, avec le docteur Gérald Batist de l’Institut Segal (Hôpital Général Juif - Université McGill), le Consortium de recherche en oncologie clinique du Québec (Q-CROC). Il s’agit là d’une initiative inédite qui a servi de tremplin à la création de divers projets de recherche en médecine personnalisée et qui a projeté le Québec à l’avant-plan de ce type de recherche au Canada.

À toutes ces réalisations scientifiques s’ajoute son engagement soutenu dans l’encadrement d’étudiants de 2e ou 3e cycle, inscrits au programme de biologie cellulaire et moléculaire de la Faculté de médecine. À juste titre, ses étudiants le considéraient comme un mentor exigeant qui les amenait à se surpasser. Certains ont cheminé au niveau postdoctoral, pour ensuite occuper des postes de professeurs-chercheurs dans un milieu hospitalo-universitaire, tandis que d’autres ont bifurqué avec grand succès vers la formation et la pratique de la médecine spécialisée ou la recherche dans l'industrie biomédicale. Son intérêt pour les étudiants s’est manifesté de façon éloquente lors de la création récente de la Bourse Distinction Luc Bélanger du Centre de recherche en cancérologie. Les critères d’attribution de cette bourse sont un reflet de la personnalité de Luc, qui avait une vision large et intégrante de la recherche. À sa demande, cette bourse est attribuée annuellement à des étudiantes ou des étudiants qui se démarquent non seulement par leur excellence universitaire, mais aussi par un cheminement ayant comporté des défis personnels qu’ils ont dû surmonter.

Nous aimerions souligner que Luc voyait au bien-être de ses chercheurs et à leur épanouissement. Aussi, nombre d’entre eux ont pu bénéficier de son aide et de ses encouragements en des moments difficiles. Pour d’autres, il a été un guide ou un mentor rassurant. Par ailleurs, son leadership s’exerçait tout naturellement à travers son implication à toutes les activités scientifiques du centre. Il se faisait un plaisir d’être un intervenant dynamique lors des séminaires et clubs de lecture, ainsi qu’à la Journée annuelle des étudiants.

Notre collègue était un être intense, de caractère et d’opinions, qui dégageait beaucoup de charisme et présentait une vaste culture, sans oublier son talent de pianiste. En outre, à travers les nombreuses heures qu’il accordait à ses activités professionnelles, Luc savait s’amuser, comme le démontrait son entrain communicatif lors des Partys de Noël. De plus, comment ne pas s’émerveiller lorsqu’il nous parlait de ses batailles à sortir l’ouananiche des eaux du Lac-Saint-Jean? Ceux qui, comme nous, ont vu ces yeux expressifs ont bien connu Luc. Aussi, comment ne pas reconnaître l’importance qu’il accordait à ses relations avec le personnel de soutien, en particulier sa complicité avec l’équipe du secrétariat du pavillon St-Patrick?  Elles ont aussi bien connu Luc.

En conclusion, Luc Bélanger est un collègue qui a marqué le développement de la recherche en oncologie au Québec. Grâce à lui, l’Université Laval et le CHU de Québec sont devenus des joueurs incontournables en recherche sur le cancer, tant sur la scène nationale et qu’internationale.

Le choc causé par son départ trop rapide nous donne à penser que par delà nos titres, nos ambitions et nos réalisations, nous demeurons tous des êtres humains qui naissent, vibrent, et… partent.

Merci Luc pour ce long parcours vécu en partage!

Normand Marceau et Jacques Huot
Professeurs titulaires au Département de biologie moléculaire, biochimie médicale et pathologie, et chercheurs de l’Axe Oncologie du CRCHU de Québec-Université Laval et du Centre de recherche sur le cancer de l’Université Laval
Retour au bulletin
Copyright © 2016 Faculté de Médecine, Tous droits réservés.


Me désinscrire    Mes préférences 

Email Marketing Powered by Mailchimp