Je m'inscris Je me désinscris
Mercredi 3 août 2022
🕶️ L’été, tout ralentit, Vert y compris ! En juillet et en août, les éditions quotidiennes et hebdomadaires laissent la place à une édition estivale unique. Vous aurez droit à un large tour d’horizon de l’actualité de l’écologie des sept derniers jours, chaque mercredi à midi dans votre boîte mail, jusqu'à la rentrée de septembre.


🗞️ Vert est à l'honneur dans les colonnes de Libération. Dans un article fraîchement paru offrant une tournée des médias qui se bougent pour raconter au mieux l'actualité de l'écologie, votre newsletter est en bonne compagnie aux côtés de nos camarades de Reporterre, Climax et de la revue Limite. Un rafraîchissant tour d’horizon à lire ici (abonné·es).

Loup Espargilière et Juliette Quef. Aucun buisson n'a été blessé pendant le shooting photo.

Notre insatiable appétit multiplie les vagues de chaleur et met la planète sur le gril. Finirons-nous en barbecue ?

Chaleur, pluviométrie, sécheresse : le mois de juillet de tous les records

Eau secours. Avec un mois de juillet le plus sec depuis les premiers relevés, une pluviométrie presque inexistante, et des températures record au cours des dernières semaines, l’été 2022 est historique sur le plan de l’évolution du climat en France métropolitaine.

« Le mois de juillet 2022 est le plus sec que nous avons eu depuis juillet 1959 [soit le début des relevés de Météo-France, NDLR]. » Ce lundi, le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu a confirmé le dernier bilan dressé par Météo-France. Il s’agit aussi du deuxième mois le plus sec, tous mois confondus, après mars 1961.

Une situation telle que depuis mardi, plus aucun des 96 départements de France métropolitaine n’est épargné par la sécheresse « exceptionnelle » qui frappe le pays. Les derniers territoires résistants - Paris, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne - ont finalement été placés sous surveillance en raison du faible débit de la Seine.

Selon le ministère de la Transition écologique, trois départements sont désormais en situation de « vigilance », quatre en « alerte », 31 en « alerte renforcée », et 58 en « crise », soit le plus haut niveau de restrictions. Ce dernier indique que seuls les prélèvements prioritaires, c’est-à-dire liés à la salubrité, à la consommation d’eau potable et à la sécurité, sont autorisés dans ces territoires.

Ces images satellites prises à un an d'intervalle en juillet 2021 et juillet 2022 illustrent la sécheresse exceptionnelle qui sévit en France © Copernicus / Agence spatiale européenne

En juillet, la sécheresse des sols a été aggravée par un déficit record des précipitations. Avec un cumul moyen mensuel de 9,7 millimètres sur l’ensemble du pays, la pluviométrie a été déficitaire de près de 85 % par rapport à la normale sur les années 1991 à 2020. L’année dernière, il était tombé dix fois plus de pluie au mois de juillet (90,8 mm).

Enfin, les températures ont été historiquement élevées, faisant tomber plusieurs records au cours du dernier mois. Au cœur de la canicule de la mi-juillet, le 18 juillet a été « la journée la plus chaude jamais enregistrée en France tous mois confondus », avec une température maximale moyenne de 37,6 °C - soit 10,8 °C de plus que la normale. Juillet 2022 s’est hissé au deuxième rang des mois de juillet les plus chauds en termes de température maximale moyenne, avec 30 °C, soit +3,4 °C par rapport à la normale. Des records absolus ont été battus dans de nombreuses villes, des Landes (Biscarosse, 42,6 °C) à l’Ille-et-Vilaine (Rennes, 40,5 °C) en passant par la Seine-Maritime (Dieppe, 40,4 °C).

Pour rappel, le manque de pluie et la hausse des températures sont des symptômes directs du réchauffement climatique, et la sécheresse en est l’une des premières conséquences visibles en Europe. Les vagues de chaleur sont également de plus en plus récurrentes avec l’emballement du climat - Météo-France en a recensé trois fois plus sur les 35 dernières années que lors des 35 précédentes, et le nombre de jours de chaleur intense a été multiplié par neuf depuis 1947.

Alors qu’une nouvelle vague de chaleur frappe la France depuis le début de la semaine, la troisième depuis juin - du jamais vu -, l'été est déjà historique sur le plan météorologique.

« J’aimerais que vous notiez que je ne porte pas de cravate. Cela veut dire que nous pouvons tous faire des économies d’un point de vue énergétique. Si ce n’est pas déjà le cas, j’aimerais que vous ne portiez pas de cravate quand ce n’est pas nécessaire. »

Tomber la chemise. Pour convaincre ses concitoyen·nes de s’habiller plus légèrement afin de faire baisser le recours à la climatisation, le premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, s’est présenté vendredi dernier à une conférence de presse vêtu d’une chemise, mais sans cravate. Le chef du gouvernement a appelé les membres des administrations publiques ainsi que du secteur privé à l’imiter afin de contribuer aux économies d’énergie nécessaires pour réduire la dépendance au gaz russe. Comme Vert l’expliquait il y a quelques semaines, les climatiseurs sont extrêmement gourmands en énergie et aggravent la crise climatique en renforçant les îlots de chaleur en ville. - Libération

· Jeudi, le ministère de la Transition énergétique a présenté un plan d’urgence pour accélérer le développement des énergies renouvelables. Ce dernier prévoit notamment d’allonger les durées de mise en service de certaines installations et d’améliorer la rémunération de la production d’énergies renouvelables. Le ministère a aussi annoncé le lancement d’un parc éolien au large de l’île d’Oléron (Charente-Maritime) et de nouveaux appels d’offres pour des projets photovoltaïques en Outre-Mer, en Corse et dans les îles du Ponant (situées dans la Manche et sur la façade atlantique). - Ouest-France

· Jeudi toujours, les présidents des départements de la Gironde, des Landes et du Lot-et-Garonne ont réclamé l’organisation d’« états généraux du massif des Landes de Gascogne » cet automne, à la suite des incendies qui ont décimé 21 000 hectares de forêt à la mi-juillet. Les élu·es socialistes souhaitent associer l’État, les départements, la région, les pompiers et les gestionnaires forestiers pour réfléchir aux implications du réchauffement climatique sur leur territoire, repenser l’organisation de l’espace et l’accessibilité du massif afin d’éviter de tels incendies à l’avenir. - France 3 Nouvelle-Aquitaine

· Les inondations dévastatrices survenues en fin de semaine dernière dans le Kentucky (États-Unis) ont fait au moins 37 morts, selon un bilan provisoire réalisé lundi. Les recherches des nombreux disparus sont régulièrement entravées par de nouvelles pluies et des orages. Le président américain, Joe Biden, a décrété l’état de catastrophe naturelle et dépêché des renforts fédéraux sur place pour aider les secours locaux. - Le Monde (AFP)

· « Si nous continuons à ce rythme de consommation d’eau, compte tenu des évolutions météorologiques attendues, il n’y aura plus d’eau dans 25 jours », a alerté la préfecture de Haute-Corse ce mardi. Les restrictions d’usage de l’eau ont ainsi été rehaussées, avec une interdiction d’arrosage hebdomadaire passée de 24 à 36 heures, et les contrôles devraient être renforcés. La préfecture en appelle à un effort collectif et solidaire pour éviter de connaître « une situation de crise sévère ». - France 3 Corse

· À partir de mercredi, l’eau potable des 8 300 habitant·es de Gérardmer (Vosges) sera pompée dans le lac de la ville en raison d’une pénurie d’eau. La municipalité précise que l’eau du robinet sera ainsi non potable pendant deux jours afin de réaliser les analyses nécessaires. Les habitant·es devront la faire bouillir au moins cinq minutes pour la rendre consommable. En 2003, 2015 et 2020, la ville avait déjà dû avoir recours à cette technique à cause d’une carence en eau. - France Bleu Sud Lorraine

· Le pic de la vague de chaleur qui frappe la France depuis le début de semaine est attendu ce mercredi, précise Météo-France. Le mercure pourrait localement atteindre les 40 °C dans le sud-ouest et une grande partie du pays subira plus de 35 °C. Une masse d’air venue du nord-ouest devrait rafraîchir les températures dès jeudi, mais les fortes chaleurs persisteront dans le sud. Redisons-le : il s'agit de la troisième vague de chaleur en moins de deux mois dans l'hexagone - un fait complètement inédit. - BFMTV

Les deux vagues de chaleur observées en juin et juillet 2022 se hissent déjà parmi les plus intenses jamais observées. © Météo-France

Faites ce que je dis, pas ce que je fais

Ébriété énergétique. Sur Twitter, une vidéo montrant une dizaine de voitures, moteurs et climatisations allumées, en attendant la fin du conseil des ministres vendredi dernier, a fait grincer de nombreuses dents. Le journaliste de France info à l’origine de la vidéo pointe la contradiction entre ce gaspillage flagrant d’énergie et la sobriété réclamée aux Français·es par le gouvernement à peine quelques jours plus tôt. Le 20 juillet dernier, le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, recommandait de débrancher ses prises et son Wi-Fi avant de partir en vacances et d’éteindre la lumière en quittant une pièce pour faire des économies d’énergie. Quelques jours plus tard, la première ministre Élisabeth Borne a adressé une circulaire à ses ministres pour réclamer « l’exemplarité » afin de générer « l’acceptabilité des efforts qui sont demandés à la société dans son ensemble ». Pas sûr que tout le monde ait reçu le mémo.

© Compte Twitter de Benjamin Mathieu

· Le compte n’y est pas. Les pays riches ont financé la lutte contre le changement climatique dans les pays pauvres à hauteur de 83,3 milliards de dollars en 2020, loin des 100 milliards annuels promis à l’occasion de la quinzième conférence des Nations Unies (COP15) sur le climat au Danemark en 2009, a révélé un récent rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Ce montant est en hausse de 4 % par rapport à 2019. La grande majorité des fonds (58 %) concerne des mesures d’atténuation du changement climatique (soit la baisse des émissions), loin devant le financement de l’adaptation à ce dernier. - Reporterre

· Nuits torrides. Depuis 1951, l’écart entre les températures du jour et de la nuit s’est réduit de 0,41 degré à cause de la hausse des émissions de gaz à effet de serre, estime une étude parue dans la revue américaine Geophysical Research Letters. La hausse globale des températures charge l’air en humidité, qui retient davantage la chaleur au cours de la nuit. Ce phénomène est potentiellement dangereux pour l'humain, dont la sueur s’évapore plus difficilement durant les nuits plus chaudes. - Slate

5,7 milliards

L’hallu Total. TotalEnergies a enregistré un bénéfice record de 5,7 milliards de dollars au deuxième trimestre 2022, soit 2,6 fois plus qu’au cours de la même période en 2021, a annoncé l’entreprise jeudi dernier. Des résultats exceptionnels liés à la hausse des prix de l’énergie dans le contexte de la guerre en Ukraine qui favorise les groupes pétroliers. Alors que plusieurs pays en Europe, comme le Royaume-Uni, l’Espagne ou l’Italie, ont mis en place une taxe sur les superprofits réalisés par les entreprises énergétiques pour compenser l’inflation qui touche les ménages, l’Assemblée nationale et le Sénat ont refusé de faire de même en France. En contrepartie, TotalEnergies a proposé d’appliquer une remise à la pompe de 20 centimes par litre entre septembre et novembre, puis de 10 centimes jusqu’à décembre. Une mesure qui devrait coûter quelque 500 millions d’euros à la major pétrolière… soit dix fois moins que ses bénéfices accumulés en trois mois. - Le Monde

🐯 Tigré d’affaire. La population de tigres sauvages a presque triplé en douze ans au Népal, ont annoncé les autorités vendredi dernier. Le pays a récemment recensé 355 individus, contre seulement 121 en 2009. En 2010, l’État himalayen a lancé un vaste plan de conservation de cette célèbre espèce pour lutter contre le risque d’extinction généré par la déforestation, le braconnage et l’étalement humain. - Sud-Ouest (AFP)

🌑 Nuit noire. Mercredi dernier, la ville de Berlin a commencé à couper l’éclairage nocturne de quelque 200 monuments historiques au nom de la sobriété énergétique. Motivée par la forte dépendance de l’Allemagne au gaz russe et la crise énergétique liée à la guerre en Ukraine, cette opération devrait économiser l’usage de 1 400 projecteurs. Le gouvernement d’Olaf Scholz a récemment appelé l’ensemble des Allemand·es à faire des efforts pour réduire leur consommation d’énergie. - Le Parisien (AFP)

Faut-il arrêter de voyager ?

Voyage, voyage. Dans un documentaire diffusé sur Arte, la productrice Antje Christ évoque les dérives du tourisme de masse sur les populations locales et l’environnement. Tourné à Barcelone, Venise et Dubrovnik en 2021, le film revient sur l’impact de la pandémie de Covid-19 sur ces villes surfréquentées pour souligner les limites du tourisme de masse. On y questionne nos modes de voyage et on y explore les alternatives pour partir à l’aventure sans détruire la planète.

© Arte

L'été, Vert ralentit, certes, mais nos journalistes ont toujours autant besoin de votre soutien. Pour un média indépendant, pédagogique et en accès libre, faites un don (déductible d'impôts) à Vert !
+ Loup Espargilière et Juliette Quef ont contribué à ce numéro
La conservation d'emails produit du CO2, n'hésitez pas à supprimer vos anciens numéros.
Cliquez ici pour retrouver les éditions passées.

Vous recevez trop de mails ? Vous voulez changer de rythme ? 
Je gère mes abonnements

Les mentions légales sont disponibles sur le site de Vert.