Copy
Je m'inscris Je me désinscris
Chères toutes et chers tous,

Vous êtes désormais plus de 1 500 abonné•e•s à Vert, quelques centaines d'autres à nous lire au travers des réseaux sociaux, et nous en sommes RAVI•E•S !

Pour nous aider à poursuivre cette belle aventure, à agrandir l'équipe de Vert pour proposer des formats plus variés et à fabriquer un site web du futur, n'hésitez pas à nous soutenir en faisant un don déductible d'impôts, en une fois ou tous les mois, sur Okpal.
Plus il fait chaud, moins il fait froid et plus c'est chaud. 

La fonte de l'Antarctique suffira à « retirer des nations de la carte du monde »

Au segloub ! La fonte de la seule calotte glaciaire de l'Antarctique pourrait faire monter les mers de 2,5 mètres, même si l'accord de Paris était respecté

En 2015, lors de la COP21 à Paris, la quasi-totalité des nations du globe se mettait d'accord pour tenter de limiter le réchauffement à 2°C, voire à 1,5°C d'ici 2100 par rapport à la moyenne de l'ère préindustrielle (milieu du 19è siècle).

Or, comme le révèle une étude publiée mercredi 23 septembre dans Nature, une hausse des températures de 2°C entraînerait une fonte de la calotte antarctique suffisante pour élever les mers de 2,5 mètres. Sans compter sur l'eau issue de la fonte des glaces de l'Arctique. Deux petits degrés, mais déjà de quoi « retirer des nations de la carte du monde parce qu'elles n'existent plus », d'après Jonathan Bamber, glaciologue britannique interrogé par le Guardian

© Claudia Jürgen Kirchberger

Pire, d'après les scientifiques, si la planète venait à se réchauffer de 4°C – une récente étude envisage un monde à +7°C – l'Antarctique pourrait faire monter les mers de 6,5 mètres. 

De telles catastrophes ne sont pas attendues avant le siècle prochain. Dans le pire des scénarios actuellement considérés par le Giec, le niveau de la mer s'élèverait de 1,1 mètre d'ici 2100. Mais l'un des principaux enseignements de cette étude, c'est que même si les températures étaient contenues à 2°C avant de redescendre, les glaces ne se reconstitueraient pas avant un temps extrêmement long. Et ce, en raison des phénomènes de rétroaction propres aux calottes glaciaires, que Vert avait détaillés au sujet de l'Arctique. Plus d'informations dans le Guardian (en anglais). 

• L'ONU et le Royaume-Uni devraient co-organiser un sommet sur le climat le 12 décembre 2020, à l'heure du cinquième anniversaire de la COP 21 et de l'Accord de Paris – 20 Minutes (AFP)

• Mercredi, les député•e•s de la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale ont validé le projet de loi qui doit réautoriser l’usage des néonicotinoïdes dans les cultures de betterave. Le texte doit désormais être débattu par l’ensemble des député•e•s dans l’hémicycle le 5 octobre - France Info (AFP) 

• L’UFC - Que choisir a déposé plainte contre Nintendo, mardi. L’association de consommateur•rice•s accuse le fabricant de jeux vidéo d’obsolescence programmée, alors que de nombreux utilisateur•rice•s ont constaté que les manettes de leur console Switch tombaient en panne au bout de quelques mois seulement -Actu-Environnement 

-69,6°C

C'est le nouveau record de la température la plus basse jamais mesurée dans l'hémisphère nord. Le relevé, effectué au Groenland, date en réalité de 1991, mais il vient seulement d’être découvert par des scientifiques de l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Ces « détectives du climat » ont étudié les données issues de stations météo autrefois ignorées par l'OMM. A lire dans le Guardian (en anglais).

Pollution de l’air : la France n’en fait (toujours) pas assez

Tousse ensemble ! Dans un rapport publié mercredi, la Cour des comptes dénonce l'inefficacité de l'Etat français en matière de lutte contre la pollution de l'air

En France, la mauvaise qualité de l'air tue prématurément entre 48 000 et 67 000 personnes chaque année. Soit davantage que l'alcool et les accidents de la route, et presque autant que le tabac. Parmi les polluants atmosphériques en cause : les particules fines et les oxydes d'azote (NOx) - générés en majorité par le trafic routier – les oxydes de soufre (SOx - issus de l'industrie) ou encore l'ammoniac, qui provient des épandages agricoles. 

Fin 2019, la France a été condamnée par la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) pour ses dépassements répétés des normes d’émissions de dioxyde d'azote (NO2) dans plusieurs métropoles françaises. Puis, en juillet 2020, le Conseil d'Etat a imposé une astreinte de 10 millions d'euros par semestre tant que les mesures nécessaires n'auraient pas été prises.

Dans son rapport, la Cour des comptes juge que les plans nationaux de réduction de la pollution « manquent d’ambition et de portage politique ». La mise en œuvre du dernier plan, adopté en 2017, est « très partielle » et « plusieurs mesures ambitieuses du plan ont d’ores et déjà été abandonnées ou retardées, [concernant] la fiscalité sur les carburants ou les pratiques agricoles ».

Le montant total des dépenses consacrées à la lutte contre la pollution de l'air (392 millions d'euros en 2018) est qualifié de « faible au regard notamment des dépenses fiscales à l’effet négatif sur la qualité de l’air, dont le montant dépasse 5 milliards d'euros en 2018 », critique encore la Cour. Plus d'informations dans le Monde (abonnés). 

Des friches industrielles pour « reconquérir » la biodiversité

So friche. A Sevran (Seine-Saint-Denis), le terrain de l'ancienne usine Kodak a été en partie rendu à la nature.

Fermé en 1995, et dépollué jusqu’en 2012, cet ancien site historique de la chimie industrielle constitue désormais un îlot de verdure à deux pas de la gare RER de Sevran Livry, comme le raconte la Croix. Ses 11 hectares deviendront bientôt un « espace naturel à haute valeur écologique » selon l'appellation de « Nature 2050 », programme de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) à la manœuvre dans ce projet.

Le site, au moment de sa fermeture et 22 ans plus tard © CDC

La vie reprend, mais pas toute seule : « Nous laissons certaines espèces comme les robiniers et les saules s’installer, mais nous intervenons à maints égardspar exemple pour éviter que les zones humides ne s’assèchent ou limiter les espèces invasives », explique à la Croix Flora Bourgès, chargée d’études à la CDC. 

Parmi les objectifs de ce projet : créer un corridor écologique reliant le canal de l’Ourcq, les trames lignes RER, et le parc forestier de la Poudrerie, zone classée Natura 2000. De quoi faire revenir un peu de vie dans cet environnement très urbain.

Dans un texte publié mercredi, le Conseil social et environnemental a dressé un bilan sévère de la loi de « reconquête de la biodiversité », votée en 2016 : « non seulement la "reconquête" n’est pas amorcée, mais au contraire, le déclin se poursuit, les outils créés par la loi étant demeurés, à ce jour, largement virtuels ». A lire dans la Croix. Le détail du projet de la friche Kodak sur le site de la CDC

Bicrave de biclou

C'est l'une des raisons qui parfois découragent de se mettre à la bicyclette : en ville, les vélos se font régulièrement chiper et il est quasiment impossible de remettre la main dessus. Mais où donc se retrouvent-ils ? Pour le savoir, une journaliste a accepté de se faire dérober une bicyclette pour la suivre à la trace lors d'une filature rocambolesque. Une vidéo de la série Biclou du Parisien

© Le Parisien
Afin de continuer à vous proposer un contenu de qualité et pour fabriquer un site web du futur, Vert a besoin de votre soutien !
 
Si ce que vous lisez vous plaît, vous pouvez faire un don déductible d'impôt à Vert sur OKPal, en une fois ou chaque mois.
Partager Partager
Tweeter Tweeter
Envoyer par mail Envoyer par mail
La conservation d'emails produit du CO2, n'hésitez pas à supprimer vos anciens numéros de Vert.
Cliquez ici pour retrouver les éditions passées.

Vous recevez trop de mails?
Je me désinscris

Les mentions légales sont disponibles sur le site de Vert.

©Vert