Copy
Je m'inscris Je me désinscris
Chères toutes et chers tous,

Pendant l'été, tout ralentit, Vert y compris. 
 
Chaque mercredi à midi, au cours des deux prochains mois, vous recevrez un condensé des informations les plus importantes des sept jours précédents dans un format légèrement remanié.

Nous espérons que la formule vous plaira ! 

Si ce que vous lisez vous plaît, n'hésitez pas à participer à la cagnotte Tipeee de Vert ou à faire un don déductible d'impôts sur OKPal.
Un numéro où l'on fera nos adieux à une doyenne, où l'on verra que le président est prêt à tout changer sauf l'essentiel, et où l'on applaudira la sortie du charbon en Espagne.  

Les adieux à Fessenheim 

Après avoir cotisé pendant 43 années au réseau électrique français, la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) prend enfin sa retraite

Dans la nuit de lundi à mardi, EDF a mis à l'arrêt son second réacteur, après avoir éteint le premier en février. Promesse de campagne du candidat Hollande lors de l'élection présidentielle de 2012, la fermeture de la doyenne des centrales nucléaires françaises intervient après des années de tergiversations.

Mise en service en 1977, la vieille dame aura fonctionné pendant 43 ans. Ces dernières années, elle avait connu plusieurs incidents mineurs. La pression pour obtenir sa fermeture s'était accrue, notamment depuis l'Allemagne voisine.

La centrale nucléaire de Fessenheim © Florival

Associations écologistes et élus régionaux du Bade-Wurtemberg craignaient cette centrale construite sur une zone sismique et exposée à des risques d'inondation. Lundi après-midi, des militant•e•s antinucléaires se sont réuni•e•s sur un pont sur le Rhin pour célébrer l'aboutissement d'une lutte initiée en 1970, alors que commençait à peine la construction de cette centrale de dernière génération. 

Partagé•e•s entre « tristesse et fierté », les salarié•e•s du site n'ont pas pu faire leurs aurevoirs comme il se doit à celles et ceux qui partent, à cause des mesures sanitaires liées au Covid-19, racontent les Dernières nouvelles d'Alsace. Lorsque commencera, en 2025, le démantèlement de la centrale, il ne devrait plus subsister sur le site que 60 agent•e•s d'EDF et une centaine de salariés des entreprises prestataires, contre 280 actuellement, indique le Monde. Un chantier qui s'annonce dantesque, alors que de nombreux doutes subsistent quant au coût des travaux et à la capacité d'EDF à les mener à bien, comme Vert l'avait détaillé

Les contours de la transition de Fessenheim ne sont pas encore tout à fait nets. Une centrale de production de biocombustible pourrait être implantée dans les environs. De son côté, EDF songe désormais à installer un technocentre sur le site. Celui-ci devrait permettre de réduire, par fusion, les déchets métalliques issus de la déconstruction des centrales nucléaires, expliquent les DNA. Un projet « que nous allons combattre et contre lequel nous nous sommes déjà mobilisés », a promis André Hatz, opposant historique à la centrale. 

Convention citoyenne : tout change pour que rien ne change

« Le temps est venu de faire, d'agir », a promis Emmanuel Macron devant les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat. Hélas, le changement, ce n'est pas pour maintenant.

Lundi 29 juin, le président a reçu à l'Elysée celles et ceux qui, à l'issue de neuf mois de labeur, ont élaboré une série de 150 propositions censées permettre de réduire de 40% les émissions de CO2 d'ici 2030 « dans un esprit de justice sociale ». Les félicitant de n'avoir pas cédé à la décroissance, Emmanuel Macron leur a juré que la vaste majorité de leurs mesures serait reprise sous forme de règlement, de texte législatif voire, serait soumise à référendum.

Or, le président a balayé plusieurs dispositions-phares suggérées par les 150, comme la taxation des dividendes pour financer la transition écologique, la modification du préambule de la Constitution ou le passage à 110km/h de la vitesse maximale sur l'autoroute. De plus, le président s'est montré flou sur plusieurs sujets, notamment sur la rénovation thermique des logements. Il a botté en touche quant à l'abandon du Ceta, le traité de libre-échange entre l'UE et le Canada, et a remis la question de la taxation du carbone aux calendes grecques. 

________________

« [Pendant le confinement], une économie quasiment à l'arrêt n'a réduit que de 8 % les émissions. Et donc on voit bien que le choix de décroissance n'est pas une réponse au défi climatique. »

La mauvaise foi d'Emmanuel Macron devant la Convention citoyenne

________________

Pis, mardi, le ministre de l'économie Bruno Le Maire a dit son refus d'interdire les publicités pour les produits les plus polluants et l'allègement de la TVA sur les billets de train, rapportent les Echos
Emmanuel Macron a annoncé que l'Etat débloquerait 15 milliards d'euros sur deux ans pour financer « la conversion écologique de notre économie »« Le Haut Conseil pour le climat chiffrait le besoin à 20 milliards d’euros supplémentaires chaque année. Le plan proposé semble donc insuffisant », a sobrement jugé l'éminent climatologue Jean Jouzel, présent à l'Elysée lundi. 

« Il ne pouvait pas faire moins au lendemain des résultats électoraux, a tancé Delphine Batho, présidente de Génération Ecologie. Il n’a pas changé de vision du monde, même s’il tente de verdir le productivisme ». Le détail des annonces d'Emmanuel Macron est à lire sur le site de France Info

Vous avez passé les sept derniers jours au frais dans une grotte ? Voici ce qu'il ne fallait pas rater. 

• Paris, Marseille, Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Grenoble, Poitiers, Besançon... Une vague verte a déferlé, ce dimanche, sur les grandes villes françaises, lors du second tour des élections municipales. La plupart des métropoles du pays ont élu des candidat•e•s écologistes ou alliés aux écologistes, malgré une forte abstention. Le récit de cette folle soirée par Reporterre.

• Le premier semestre 2020 est le plus chaud jamais mesuré en Francea constaté Météo France. Entre janvier et juin, la température moyenne s'est hissée à 1,8°C au-dessus de la normale – Le Parisien

• Un fabricant de vélo accuse l'Autorité de régulation d'avoir censuré son spot de publicité qui s'en prend aux voitures. « On ne peut se permettre de dénigrer des secteurs d'activité », s'est défendu le président de cet organisme – France Info

Le spot de publicité incriminé © Vanmoof

• 28 militants d'Extinction Rebellion ont bloqué un avion sur l'aéroport d'Orly à l'occasion de sa réouverture, vendredi 26 juin. Alexandre-Reza Kokabi, journaliste de Reporterre présent pour couvrir l'événement, a été interpellé et a passé dix heures en garde à vue - Reporterre.

• Le Conseil d'Etat a définitivement enterré le projet de contournement de Beynac, cette rocade qui devait sillonner la magnifique vallée de la Dordogne –20 Minutes

• Peut-on vendre son labrador à un laboratoire? C'est la question qui a secoué les associations de défense des animaux toute la semaine, après la révélation d'un décret très commenté. Checknews démêle le vrai du faux de ce débat juridique épineux - Libération

En mai, la Chine a battu des records d’émissions de CO2

Les craintes d'un « effet rebond » semblent se confirmer. En mai 2020, les émissions chinoises de CO2 ont dépassé les niveaux de mai 2019. 

Au cours des six semaines qui avaient suivi la mise en place du confinement en Chine, entre le début de février et la mi-mars, les émissions de dioxyde de carbone avaient chuté de 25% environ.

Or, après le redémarrage de la première économie mondiale, les émissions ont explosé pour atteindre, en mai, des niveaux supérieurs de 4 à 5% à ceux constatés un an plus tôt à la même époque selon le site spécialisé Carbon brief, qui a analysé les données publiées par le gouvernement chinois.

Charbon, ciment, et autres industries lourdes rebondissent plus vite que d'autres secteurs de l'économie, explique encore Carbon brief. Ce qui semble confirmer la crainte d'une relance chinoise basée sur l'exploitation du charbon. Sur l'année, grâce au confinement, les émissions se situent encore 6% en dessous de la moyenne de 2019. 

• En 30 ans, le Pôle sud s’est réchauffé trois fois plus vite que le reste du mondecomme l'a révélé une étude publiée dans Nature climate change, lundi. Et ce n'est pas seulement de notre faute – Futura Sciences

• Les bergers doivent-ils forcément faire la guerre aux ours ? Dans les Pyrénées, certains éleveurs sont favorables au retour du plantigrade, comme le raconte Libération

• Carrefour est accusé par l’ONG Envol vert de contribuer à la déforestation en Amazonie – Le Monde 

L'Espagne tourne la page du charbon

Charbon, cabrón ! Mardi 30 juin, sept des 15 centrales thermiques au charbon du pays ont définitivement cessé leur activité. Quatre de plus doivent bientôt suivre le mouvement. 

Ces fermetures n'ont pas été décidées, ni même soutenues par le gouvernement espagnol, raconte le quotidien El Pais. Les quatre entreprises propriétaires des centrales – Naturgy, Endesa, Viesgo and Iberdrola – ont décidé de fermer car la réglementation européenne leur imposait d'utiliser des technologies très onéreuses afin de réduire la pollution de l'air. Trop cher pour que la poursuite de la production ait un sens économique. La date limite pour s'y conformer était fixée à ce mardi. Au même moment, quatre tranches de la centrale de Prunéřov, en République Tchèque ont été éteintes, d'après Libération

Il y a peu, les centrales au charbon généraient encore 15% des émissions de CO2 espagnoles. A lire dans El Pais (en espagnol).

Des quotas individuels de carbone 

Afin de réduire le trafic aérien, les député•e•s François Ruffin (France insoumise) et Delphine Batho (EDS) ont présenté, mardi, une future proposition de loi visant à introduire des quotas individuels de CO2

Les deux élu•e•s souhaitent fixer un quota maximal de kilomètres parcourus en avion par personne et par an. Ce nombre serait défini par décret pour cinq ans et reportable sur l’année suivante s’il n’est pas consommé, indique Reporterre. Les voyages de loisir en avion seraient d'abord concernés. Puis, en 2023, ce serait au tour des transports professionnels. Ce quota ne serait pas applicable aux trajets vers et depuis la Corse, les DOM-TOM et la Nouvelle-Calédonie, aux rapprochements familiaux et aux déplacements « strictement nécessaires aux besoins familiaux ou de santé ». Plus d'informations dans Reporterre

Sur le Front des animaux menacés

Pangolins, esturgeons, lynx, requins-renards... La survie d'un nombre croissant d'espèces menacées par les activités humaines ne tient qu'à un fil.

Dans le dernier épisode de la série documentaire grand public de France 2, le journaliste Hugo Clément se rend « Sur le front » des espèces qui risquent l'extinction. Un film qui offre une collection de cas pratiques, où l'on voit notamment que pêche et chasse flirtent souvent avec le braconnage, et qui fait la part belle à quelques succès de politiques de conservation. 

© France 2
Afin de continuer à vous proposer  un contenu de qualité, Vert a besoin de votre soutien !
 
Si ce que vous lisez vous plaît, vous pouvez faire un don déductible d'impôt à Vert sur OKPal, en une fois ou chaque mois.
Twitter
LinkedIn
Facebook
La conservation d'emails produit du CO2, n'hésitez pas à supprimer vos anciens numéros de Vert.
Cliquez ici pour retrouver les éditions passées.

Vous recevez trop de mails?
Je me désinscris

Les mentions légales sont disponibles sur le site de Vert.

©Vert