Copy
Je m'inscris Je me désinscris
Mercredi 30 juin 2021
Chères toutes et chers tous,

Vert passe à l'heure d'été.

🕶️ En juillet et en août, les éditions quotidiennes et hebdomadaires ne font plus qu'une : l'estivale vous sera envoyée chaque mercredi dans un format légèrement remanié. Nous espérons qu'elle vous plaira.
Eté comme hiver, notre équipe de journalistes indépendant·e·s a toujours autant besoin de votre soutien pour se développer. N'hésitez pas à faire un don déductible d'impôts de quelques euros par mois sur OKPal.
La société civile et les experts notent sévèrement les copies du gouvernement et du Sénat, qui paraissent avoir laissé béton le climat.

Le Haut-Conseil pour le climat pointe (une fois encore) le manque d'ambition climatique d'Emmanuel Macron

Les émissions françaises baissent, mais ce n'est pas franchement le résultat de l'action de l'exécutif, qui reste très insuffisante pour atteindre les objectifs nationaux et européens, note le Haut-Conseil pour le climat (HCC).

En 2019, le rythme de baisse des émissions françaises de gaz à effet de serre s’est légèrement accéléré (− 1,9 % sur un an), permettant l'économie de 8,6 millions de tonnes de CO2, indique le HCC dans son rapport annuel, publié mardi. En 2020, en raison de la pandémie, les émissions pourraient avoir chuté de 9%. Si le Haut-conseil souligne quelques améliorations dans les secteurs des bâtiments, de l’industrie et de la transformation d’énergie, cette apparente embellie est davantage le fait de facteurs externes - un hiver historiquement chaud, suivi de la pandémie - que de transformations profondes. Première source de CO2 avec 31% du total national, les transports voient, par exemple, leurs émissions stagner.

Instance d'expert·e·s nommée par Emmanuel Macron en 2018, le Haut-Conseil pour le climat n'a eu de cesse de pointer du doigt les limites de son action en la matière. © HCC

Parmi ses remarques, le HCC déplore que les textes de loi ne soient toujours pas sérieusement évalués au regard de leurs conséquences potentielles sur le climat. Même le projet de loi « climat et résilience », qui vient de quitter le Sénat, n'a pas fait l'objet d'une étude chiffrée de son impact en matière d'émissions.

La France accumule un retard important par rapport aux objectifs qu'elle s'est fixés dans sa Stratégie nationale bas-carbone, feuille de route pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Aussi, alerte le HCC, le rythme de réduction devra pratiquement doubler dès 2021 pour atteindre au moins 3% par an, puis 3,3 % en moyenne sur la période 2024-2028.

En avril 2020, sachant qu'il avait raté ses objectifs annuels pour la période 2015-2018, le gouvernement avait choisi de relever les plafonds d'émissions pour les années suivantes, reportant l'essentiel de l'effort de réduction à 2023 et au-delà.

L'accroissement de l'effort national est d'autant plus crucial que la France, qui avait prévu de réduire de 40% ses émissions d'ici 2030, devra se soumettre au nouvel objectif européen de -55% à la fin de la décennie.

La famine qui frappe le sud de l'île de Madagascar est causée par le réchauffement climatique, a alerté, vendredi, le chef du Programme alimentaire mondial, David Beasley. Après trois années de sécheresse consécutives, l'agriculture du pays est à genoux et 400 000 personnes sont menacées par la faim. - RFI

• Vendredi, le tribunal administratif de Rouen (Seine-Maritime) a définitivement annulé l’arrêté préfectoral autorisant l’abattage de 1 430 renards dans le département. Cinq associations, dont l'ASPAS et la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) avaient déposé un recours contre cet arrêté, promulgué en juillet 2020 et déjà suspendu en septembre dernier. Pour justifier son texte, la préfecture avait argué de la hausse de la population des renards, et du risque de transmission de certaines maladies. - Actu Seine-Maritime

• Mardi matin, à l'occasion du 4è sommet « Choose France », Emmanuel Macron a inauguré le nouveau siège parisien de JP Morgan, situé place Vendôme. Le président s'est enorgueilli d'avoir réussi à attirer la « première banque mondiale » dans la capitale française, après le départ de cette dernière de la city de Londres, dans la foulée du Brexit. Hélas, JP Morgan est aussi la banque la plus sale du monde. Depuis la signature de l'accord de Paris, en 2015, elle a financé des projets fossiles à hauteur de 316 milliards de dollars (267Mds€), comme l'a dévoilé un récent rapport écrit par six ONG, dont Reclaim Finance (Vert).

• Mardi, le Sénat a adopté une version très largement réécrite du projet de loi « climat et résilience ». La majorité de droite a par exemple supprimé la notion d'« écocide » ; décalé l'interdiction de louer des passoires thermiques à 2040 (contre 2034) ; créé un droit de veto des maires contre les projets éoliens. A contrario, les sénateur·rice·s sont parfois allé·e·s plus loin que le texte, proposant par exemple une baisse de la TVA à 5,5% sur les billets de train. Le détail sur le site de Public Sénat.

Le tarif réglementé du gaz va augmenter de près de 10 % ce jeudi 1er juillet. Cette forte hausse est la conséquence d'une envolée des cours sur le marché européen, due à plusieurs facteurs : la reprise économique, qui tire la consommation - notamment industrielle - à la hausse, et un hiver froid et long qui a vidé une partie des stocks des producteurs d'énergie, utilisés pour alimenter les chaudières de particuliers et les turbines des centrales électriques. - Le Monde (abonnés)

Autres changements au 1er juillet : le diagnostic de performance énergétique devient juridiquement opposable - un acheteur peut se retourner contre le vendeur si l'étiquette (qui va de A à G) est fausse - et son mode de calcul change ; le dispositif MaPrimeRénov' est étendu aux propriétaires bailleurs ; les magasins de vélo sont désormais tenus de marquer les bicyclettes d'occasion vendues. - Le Monde

© Extinction Rebellion France / Twitter

Béton désarmé. Mardi, quelque 300 militant·e·s du mouvement Extinction Rebellion ont envahi quatre sites de production de ciment et de béton appartenant à Lafarge et Cemex dans le port de Gennevilliers (Hauts-de-Seine). Une action menée pour dénoncer la bétonisation croissante des terres en Île-de-France, aggravée notamment par le Grand Paris express : un projet de construction de quatre nouvelles lignes de métro autour de la capitale. Ce mercredi matin, les occupant·e·s n'avaient toujours pas été délogé·e·s. Récit dans Reporterre.
• La tête dans le sable. La ressource en sable se raréfie, mais l'industrie a toujours autant d'appétit pour ce matériau qui sert de base à la construction (on en fait notamment du ciment et du verre). Les enjeux de ce problème mondial illustrés par des cas d'école en Loire-Atlantique et en Indre-et-Loire, où les géants que sont GSM et Lafarge caressent des projets de carrières, racontés par Bastamag.

• Garder la femme. L'écologie est la principale préoccupation chez les femmes françaises, révèle le think tank Terra nova, qui a analysé les résultats de la vaste enquête de l’Observatoire international Climat et Opinions publiques (Obs’COP) pour la France. 56% en font un sujet majeur - à égalité avec la délinquance - contre 42% pour les hommes. Un taux qui atteint 68% chez les 16-24 ans (41% seulement chez les hommes du même âge). Bien moins climatosceptiques, les femmes sont 74% à considérer que le réchauffement est d'origine humaine, contre 67% pour ces messieurs. - Terra nova

• C'est un mauvais rêve bleu. Trop d’azote et de phosphore dans les cours d’eau, et les températures qui grimpent : les ingrédients sont réunis pour une pollution aux « algues bleues ». Ces effloraisons de cyanobactéries toxiques entraînent de plus en plus souvent la fermeture d’espaces de baignade et d’activités de loisirs. - explications dans Alternatives économiques

• Sur qui peut-on encore comté ? En Franche-Comté, où l'importante industrie laitière et fromagère occasionne des pollutions régulières, une association écologiste subit les foudres des producteurs, comme de l'Etat. Le collectif SOS Loue et rivières comtoises, qui a révélé des images d'épandages et de déversements divers à proximité des cours d'eau, est accusé « d'agribashing » par le préfet du Doubs, qui leur reproche une « attitude inutilement agressive ». Récit dans Bastamag.

• Ils vont se faire tailler un short. Dans les Pyrénées-Orientales, la police aux frontières réclame de pouvoir travailler en bermuda lors des périodes de fortes chaleurs. « Les températures peuvent monter jusqu’à 45 degrés sur le bitume en été », a indiqué au Parisien Robert Gili, secrétaire départemental CGT-Police66. Les agents, qui contrôlent des véhicules sur une barrière de péage, réclament également de quoi s'abriter du soleil et des points d'eau. Le réchauffement climatique aura-t-il raison du dress code de la police? - Le Parisien
49,6°C

A cette température, le caribout. Mardi, le record absolu de chaleur mesuré au Canada a été pulvérisé, avec une température irréelle de 49,6°C relevée dans le village de Lytton, en Colombie-Britannique. C'est 4,6°C de plus que les 45°C mesurés en 1937, un précédent record battu déjà trois fois ces trois derniers jours. L'Ouest canadien est actuellement écrasé par un dôme de chaleur, fait de hautes pressions qui emprisonnent l'air chaud. Un phénomène qui a déjà entraîné la mort prématurée de dizaines de personnes.

«Le discours utilisé par l'extrême droite contre les éoliennes ressemble étrangement à celui que l’on entend souvent contre les mosquées et les minarets».
- Andreas Malm

Dans un entretien accordé à Vert, le géographe et militant suédois Andreas Malm détricote l'amour de l'extrême droite pour les énergies fossiles et prône une plus grande radicalité du mouvement écologiste dans sa lutte contre la crise climatique. A lire sur vert.eco

• Merle adore ! Lundi, le Conseil d'Etat a définitivement jugé illégale la chasse à la glu. Encore pratiquée dans cinq départements français, celle-ci consiste à enduire de colle des baguettes pour piéger grives et merles. Une technique non-sélective (puisqu'elle fait des victimes collatérales chez d'autres espèces) contraire au droit européen, a tranché la plus haute juridiction administrative française, qui avait été saisie par l'association One Voice et la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). - Conseil d'Etat

• Jusqu'où Iraty ? Depuis 16 ans, dans le Pays basque, une chambre d'agriculture alternative fait la part belle aux petits paysans, réorganise les filières locales et oeuvre à protéger la biodiversité. La riche histoire de Euskal Herriko Laborantza Ganbara est à lire dans Bastamag.

• Tout est perma ! Le concept a plus de 50 ans mais il paraît plus pertinent que jamais : mode de culture et de vie, la permaculture séduit toujours plus de citadin·e·s, dont certain·e·s ont tout quitté pour cultiver leur jardin. Le Monde est allé à leur rencontre.

• Plus qu'un dodo avant d'aller au musée. Le Museum national d'histoire naturelle de Paris fait revivre les animaux disparus dans une exposition en réalité augmentée. Muni•e•s de lunettes spéciales, les visiteur•se•s pourront ainsi déambuler dans les allées de la grande galerie de l'évolution à la rencontre du grand tigre à dents de sabre, ou de l'oiseau-éléphant, animés en 3D. Une exposition qui veut sensibiliser au sujet du risque d'extinction de nombreuses espèces bien vivantes. - MNHN

Après la charge mentale, la charge écologique ? « Au vert » avec la dessinatrice Emma

Grâce à ses bédés pédagogiques et engagées, elle a popularisé le concept de « charge mentale » avant de s'attaquer à un tas d'autres sujets compliqués, dont le climat. Avec la dessinatrice féministe Emma, nous avons discuté d'écologie au sein du foyer, de l'égalité femmes-hommes à l'épreuve de l'« effondrisme » et des petits gestes contre la fin du monde.

© Vert

Afin de continuer à vous proposer un contenu de qualité, Vert a besoin de votre soutien !
 
Si ce que vous lisez vous plaît, faites un don (déductible d'impôt) de quelques euros par mois sur OKPal.
La conservation d'emails produit du CO2, n'hésitez pas à supprimer vos anciens numéros.
Cliquez ici pour retrouver les éditions passées.

Vous recevez trop de mails ? Vous voulez changer de rythme ? 
Je gère mes abonnements

Les mentions légales sont disponibles sur le site de Vert.