Copy
Je m'inscris Je me désinscris
Mercredi 16 décembre 2020
Chères toutes et chers tous,

Nous sommes ravi•e•s de vous présenter le deuxième épisode de Climat teaser

Comme vous le verrez plus bas, notre seconde invitée est Priscillia Ludosky. Cette figure du mouvement des Gilets jaunes se démène aujourd'hui pour lutter contre les violences sociales et environnementales, souvent les deux faces d'une même pièce. Vous la retrouverez bientôt dans un entretien « Au vert ».

Si ce que vous lisez vous plaît, n'hésitez pas à nous faire un don de quelques euros par mois sur la cagnotte Okpal de Vert.
Un numéro où l'on verra que les atteintes portées à l'environnement épargnent rarement les populations.     

Dans le Xinjiang, du sang sur les t-shirts

Violences sociales et environnementales, même combat. Un demi million : c'est le nombre de Ouïghours qui seraient contraint•e•s au travail forcé dans les immenses champs de coton chinois du Xinjiang

Région autonome du nord-ouest du pays, le Xinjiang est lieu d'une répression féroce de la culture des Ouïghours, forte minorité ethnique turcophone, par Pékin (résumée par France culture). C'est aussi là qu'est produit 85% du coton chinois et 20% du coton mondial qui entrera dans la fabrication de nos vêtements. 

Face à une pénurie de main d'oeuvre pour cette culture aussi gourmande en eau qu'en humains, le gouvernement chinois envoie de force des centaines de milliers de travailleurs ouïghours dans les champs : quelques 570 000 en 2018, selon les calculs du chercheur allemand Adrian Zenz, auteur d'un rapport écrit pour la fondation américaine Victims of Communism, publié mardi. 

Un champ de coton © Kimberly Vardeman

Comme le raconte Adrian Zenz, les planteurs indiquent à l'avance leurs besoins en main d'oeuvre aux autorités, lesquelles piochent ensuite dans la population, donnent une courte formation aux travailleurs, et les expédient en lot là où ils ont été réclamés. Pendant tout le processus, des équipes gouvernementales s'assurent de la « stabilité » de leur état d'esprit et les soumettent à des sessions d'endoctrinement. 

Tout ce système est entretenu par Pékin au motif de lutter contre la pauvreté. En réalité, il s'agit notamment de maintenir au plus bas les prix du coton chinois, qui ont crû en raison de l'augmentation des salaires et de la baisse des subventions, raconte Libération. Encore largement cueilli à la main, sa rentabilité avait baissé face au coton américain, bien plus mécanisé.

Le travail forcé des Ouïghours dans les usines de textile était déjà documenté (France culture) ; ce nouveau rapport démontre que c'est toute la chaîne de production qui est le fait de l'esclavagisme. L'ampleur du phénomène est telle qu'un t-shirt en coton « made in China » acheté aujourd'hui présente toutes les chances d'être le fruit du labeur forcé des Ouïghours. Plus d'informations dans Libération (abonnés). 

• Mardi, le ministre de l’agriculture Julien Denormandie a annoncé la mise en place future d’un plan de « repeuplement » des forêts françaises, qui visera à planter 50 millions d’arbres pour lutter contre le réchauffement climatique. L’opération coûtera « près de 200 millions d’euros ». - Le Monde (AFP)

• L'administration américaine a donné son feu vert, lundi, à la production de porcs génétiquement modifiés (FDA). « Développés » par la firme médicale Revivicor, ces cochons seront débarrassés de l'alpha-galactose, un sucre dans leurs cellules qui provoque des allergies à la viande chez les humains. Ils serviront à produire des médicaments, à fournir des organes et tissus pour des transplantations ou à offrir de la viande hypoallergénique. - The Verge (anglais) 

Ce qu'atteindre la neutralité carbone en 2050 veut dire

Make America Greta again. Les Etats-Unis ont récemment promis d'atteindre la neutralité carbone en 2050, ce qui implique de lancer immédiatement des chantiers d'une envergure titanesque, indique une étude. 

Après le Japon, l'Europe et une foule d'autres pays, les Etats-Unis de Joe Biden ont promis d'atteindre zéro émissions nettes en 2050 ; autrement dit, dans trente ans, les tonnes de gaz à effet de serre encore produites devront être intégralement compensées. En plantant des arbres, par exemple. Publiée mardi, une étude de l'Université de Princeton propose une liste de transformations à opérer dès à présent pour atteindre un objectif aussi radical. 

Les capacités de production d'électricité d'origine renouvelable nouvellement installées ont atteint un record de 42 gigawatts en 2020 ? Le rythme annuel devra plus que doubler d'ici 2030 ; la capacité du réseau électrique doit augmenter de 60% en dix ans ; les voitures électriques devront représenter 50% des ventes (contre 2% aujourd'hui) en 2030 ; un quart des logements devront se chauffer avec une pompe à chaleur ; la totalité des 200 dernières centrales à charbon devra fermer. Etc.

Un tel bouleversement pose de nombreux défis : le développement aussi massif de renouvelables nécessitera l'emploi d'immenses terres. La fin rapide des fossiles demandera de reconvertir de larges parts de l'économie. Enfin, comment faire accepter un tel branle-bas de combat à la majorité de la population ? 

« 2050, ça a l'air loin, indique au New York Times Jesse Jenkins, ingénieure à Princeton. Mais dans la temporalité des politiques, des décisions entrepreneuriales et des investissements de capitaux, il s'agit d'après-demain ». Une telle promesse est-elle tenable ? A lire dans le New York Times (anglais). 

La carte des luttes contre les projets inutiles mise à jour

Plus dure sera la lutte. Le média Reporterre publie une mise à jour de sa carte de France des luttes contre les projets imposés.

Un nouvel entrepôt Amazon, un surf park, un contournement routier ou un poulailler industriel ; les projets qui contriberont à artificialiser les sols, nuire au vivant ou accroître la pollution de l'air ou des sols se multiplient en France. Les oppositions aussi. 

Dans la version actualisée de sa carte des luttes, Reporterre comptabilise quelque 300 collectifs qui se battent localement contre des projets qu'ils jugent nocifs. Deux fois plus que dans la première édition, publiée à l'automne 2019. 

Cliquez sur l'image pour accéder à la carte interactive © Reporterre

La carte permet d'afficher les projets par type (« bétonnage », « transport », « agriculture ») et, bien entendu, par lieu. En cliquant sur l'un des projets, il est possible d'accéder aux coordonnées du collectif à la manœuvre pour le rejoindre. 

Le combat n'est pas vain puisque, selon les calculs de Reporterre, 25 victoires ont été récemment remportées dans ces luttes locales, parmi lesquelles l'annulation du Center parks de Roybon (Isère) ou d'Europacity à Gonesse (Val d'Oise). A lire dans Reporterre

Avengers et Gilets jaunes au secours du climat

Elle a mis le feu aux poudres du mouvement des Gilets jaunes, aujourd'hui elle veut réconcilier l'écologie et le social : Priscillia Ludosky nous parle de ses combats dans ce nouvel épisode de Climat teaser. Un entretien « Au vert » est à suivre. Abonnez-vous à notre chaîne Youtube pour ne rien rater de nos prochaines vidéos ! 

© Vert

Afin de continuer à vous proposer un contenu de qualité et pour fabriquer un site web du futur, Vert a besoin de votre soutien !
 
Si ce que vous lisez vous plaît, vous pouvez faire un don déductible d'impôt à Vert sur OKPal, en une fois ou chaque mois.
La conservation d'emails produit du CO2, n'hésitez pas à supprimer vos anciens numéros de Vert.
Cliquez ici pour retrouver les éditions passées.

Vous recevez trop de mails?
Je me désinscris

Les mentions légales sont disponibles sur le site de Vert.

©Vert