Copy
Je m'inscris Je me désinscris
Vendredi 18 juin 2021

Chères toutes et chers tous,

Pour nous permettre de continuer à vous proposer, chaque jour, toute l'actualité de l'écologie, nous avons besoin de vous ! 

N'hésitez pas à faire un don déductible d'impôts de quelques euros par mois sur OKPal.
 

En France, en Belgique ou aux Pays-Bas, certaines des plus belles victoires pour le climat sont obtenues grâce aux magistrats.

La Belgique est condamnée pour son inaction climatique

Ça frite à Bruxelles. Un tribunal belge vient de condamner l'Etat fédéral pour son inaction dans la lutte contre le bouleversement climatique, qui met en danger les populations et porte ainsi atteinte aux droits de l'homme.

En 2015, l'ONG Klimaatzaak avait saisi la justice pour mettre la pression sur des pouvoirs publics réticents à mettre en œuvre des politiques climatiques ambitieuses leur permettant d'atteindre les objectifs de l'accord de Paris. L'Etat fédéral, mais aussi les trois régions de Bruxelles, Flandres et Wallonie étaient visées par cette procédure, à laquelle se sont joint·e·s 58 000 citoyen·ne·s.

Jeudi, le tribunal francophone de première instance de Bruxelles a considéré que « dans la poursuite de leur politique climatique », les quatre accusés « ne se comportent pas comme des autorités normalement prudentes et diligentes, ce qui constitue une faute », rapporte l'AFP. En ne prenant « pas toutes les mesures nécessaires pour prévenir les effets du changement climatique attentatoire à la vie » des requérant·e·s, les quatre entités violent également la Convention européenne des droits de l'homme, a estimé le tribunal.

L'équipe de Klimaatzaak («L'affaire climat») qui a obtenu la condamnation de l'Etat fédéral belge. © Les amis de la Terre Belgique

Malgré leur portée hautement symbolique, ces condamnations n'entraînent pas de pénalités financières ou d'obligations juridiques. Contrairement à ce qu'espérait Klimaatzaak, les juges ont refusé d'imposer des objectifs chiffrés de réduction de leurs émissions de CO2 aux quatre autorités. Pour cette raison, l'ONG envisage de faire appel du jugement, même si elle a salué un jugement « pionnier » (communiqué).

Des actions similaires menées aux Pays-Bas et, tout récemment, en Allemagne, ont permis d'obliger les gouvernements à renforcer leurs objectifs et à prendre rapidement des mesures pour réduire leurs émissions.

• Jeudi, la fuite d'acide phosphorique occasionnée par une collision entre un train transportant des produits chimiques et un poids lourd qui tractait un bateau a été arrêtée, a annoncé la préfecture des Ardennes. Survenu dans la nuit de mardi à mercredi, l'accident a entraîné une pollution chimique dans la rivière Aube. Les agriculteurs ont été avisés afin qu'ils n'envoient pas leur bétail s'y abreuver. Des opérations de pompage sont prévues au moins jusqu'à dimanche. - Le Monde (AFP)

• Jeudi encore, le ministère de la Transition énergétique a indiqué qu'un accord avait été trouvé au sujet du retour vers l'Allemagne des déchets de centrales nucléaires allemandes. Traités par l'usine Orano de la Hague jusqu'en 2008, ceux-ci étaient toujours stockés en France depuis lors, alors qu'ils avaient vocation à retourner Outre-Rhin. Selon le nouveau calendrier qu'il reste à formaliser, le transfert devrait être achevé d'ici 2024. - Les Echos (abonnés)

Extinctions, ou comment les espèces disparaissent

Afaune. Dans Extinctions, délicieuse et captivante bande-dessinée illustrée par Alexandre Franc, le biologiste Jean-Baptiste de Panafieu narre les déluges successifs qui ont balayé les espèces vivantes sur la Terre.

Emma et Luis partent en reportage pour raconter les conséquences visibles du changement climatique sur l'île Heyerdahl, dans l'océan Arctique. Caméra à l'épaule, les deux journalistes ont prévu de suivre une expédition scientifique pendant deux mois, coupés de toute civilisation. Mais les fossiles découverts dans le sol, ainsi que les restes d'un rhinocéros de l'ère glaciaire et d'une station de pêche à la baleine du XIXème siècle, les incitent à s'interroger sur la façon dont disparaissent les espèces animales.

Avec beaucoup d'humour et de pédagogie, l'équipe de scientifiques conte aux deux novices et aux lecteur•rice•s les ruptures brutales dans l'équilibre des écosystèmes survenues à travers les âges. Collision de météorites, explosions volcaniques ou causes inexpliquées, « depuis l'origine de la vie, les espèces apparaissent, vivent quelques millions d'années, puis disparaissent », explique Sven, l'un des paléontologues norvégiens de l'expédition.

Mais à ces catastrophes naturelles qui ont rebattu les cartes de l'évolution à cinq reprises déjà, s'est adjoint un nouvel élément perturbateur : homo sapiens. Partout où l'humain arrive, les espèces s'éteignent. Avec une accélération inédite ces dernières années ; la sixième extinction massive a commencé. Au fil des pages d'un dessin simple qui confère de la légèreté au propos et met en scène des personnages attachants, c'est un voyage vertigineux à travers les ères, des trilobites aux mastodontes, en passant par les dinosaures. A lire et relire pour prendre un peu de hauteur et devenir de plus respectueux hôtes de notre Terre.

Extinctions, le crépuscule des espèces, Jean-Baptiste de Panafieu, Alexandre Franc, Editions Dargaud et Delachaux et Niestlé, mai 2021, 128p, 19,99€

Une chronique signée Juliette Quef
Le vendredi, chez Vert, c'est le jour du Do it yourself (faites-le vous-même) ! Alors que le thermomètre s'affole, voici une solution «low tech» largement éprouvée dans de nombreux pays chauds pour garder sa nourriture au frais sans électricité : le frigo du désert. Retrouvez aussi la notice en images dans cette vidéo du Low tech lab.

Vous pouvez cliquer sur l'image pour l'afficher en plein écran et l'enregistrer d'un coup de clic droit © Vert

7 minutes pour tout comprendre des liens entre finance et climat

Le saviez-tu ? Loin d'avoir tourné la page, les banques françaises apportent un soutien financier de plus en plus important aux entreprises fossiles depuis 2015 et la signature de l'accord de Paris. Dans cette vidéo très bien faite et pédago, les Amis de la Terre démontent un tas d'idées reçues sur les liens entre finance et climat.

© Les amis de la Terre

Afin de continuer à vous proposer un contenu de qualité, Vert a besoin de votre soutien !
 
Si ce que vous lisez vous plaît, faites un don (déductible d'impôt) de quelques euros par mois sur OKPal.
La conservation d'emails produit du CO2, n'hésitez pas à supprimer vos anciens numéros.
Cliquez ici pour retrouver les éditions passées.

Vous recevez trop de mails ? Vous voulez changer de rythme ? 
Je gère mes abonnements

Les mentions légales sont disponibles sur le site de Vert.