Copy
Je m'inscris Je me désinscris
Lundi 22 février 2021

Chères toutes et chers tous,

Vert vous est proposé en accès libre, mais l'information a un coût : celui d'une équipe de journalistes qui vous apportent chaque jour votre lot d'informations fouillées, hiérarchisées et sourcées, de bonnes nouvelles et de vidéos !

Pour nous permettre de continuer cette folle aventure, faites un don déductible d'impôts de quelques euros par mois, sur OKPal.

Le réchauffement climatique a parfois des conséquences blizzard sur la météo.

Au Texas, un avant-goût brutal du bouleversement du climat

Texas cold'em. -18°C à Dallas, des millions de personnes sans électricité... La semaine dernière, l'Etat américain du Texas a eu droit à un aperçu brutal de certaines conséquences du dérèglement climatique.

Samedi, l'état de catastrophe majeure a été décrété afin d'aider le Lone star state à se relever de ce qui commence à ressembler à une crise humanitaire (Washington post). 

La semaine passée, comme tout le centre du pays, le Texas a été balayé par un blizzard historique. Isolé du reste des Etats-Unis, son réseau énergétique a été mis au supplice. Le gaz a gelé dans les centrales, provoquant une chute de la production d'électricité. Par endroits, les pales d'éoliennes ont cessé de fonctionner. Baisse de la production et hausse de la demande liée au chauffage : les ingrédients étaient réunis pour un blackout à grande échelle (voir l'infographie du New York Times). 

La semaine dernière, il a fait jusqu'à -18°C à Dallas, alors que les normales de saison se situent autour de 15°C. © Matthew T Rader

Au total, raconte le Monde, quelque 4 millions de personnes sont demeurées sans électricité pendant au moins 48 heures alors que la température chutait – il a fait jusqu'à -18°C à Dallas, par exemple. La panne de courant a également entravé le retraitement des eaux : des millions de personnes sont toujours invitées à faire bouillir l'eau avant de la boire ; quand les canalisations n'ont tout simplement pas sauté à cause du gel. 

A travers le pays, cet épisode inédit a fait au moins 58 victimes, mort•e•s d'intoxication au monoxyde de carbone, d'incendies domestiques ou d'hypothermie, selon un récent décompte du New York Times. Un tiers de la production nationale de pétrole a été paralysée et des campagnes de vaccination ont été interrompues dans une vingtaine d'Etats (NYT).

Même si cela peut paraître contre-intuitif, les épisodes brutaux de froid comme celui-ci sont voués à se multiplier sous l'effet du réchauffement. De fortes chaleurs en Arctique ont coupé en deux le vortex polaire situé au-dessus du pôle nord, dont les deux parties se sont rabattues sur l'Europe et les Etats-Unis (National Geographic). 

• Vendredi, les Etats-Unis ont officiellement rejoint l’accord de Paris. En novembre 2017, Donald Trump avait sorti les Etats-Unis de cet accord qui lie 195 pays. Un retour qui intervient un mois après que le nouveau président, Joe Biden, avait signé un décret en ce sens dès son accession au pouvoir. - Washington Post (anglais) 

• Vendredi, la justice a ordonné l’expulsion des occupant•e•s de la zone à défendre (ZAD) du triangle de Gonesse (Val d'Oise). Elles et ils s’étaient installé•e•s le 7 février sur ces terres agricoles vouées à accueillir une future gare de métro du Grand Paris. C’est Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, qui est à l’origine de ce recours en justice. Vendredi, des personnalités écologistes - parmi lesquelles l’ancien ministre Nicolas Hulot - appelaient dans le Monde à sauver ces « centaines d’hectares de terres nourricières ». - Reporterre

La maladie de l’encre se répand rapidement dans les forêts franciliennes 

De quoi se faire un sang d'encre. En Île-de-France, quelque 250 hectares de châtaigniers devront être abattus pour freiner la propagation de la maladie de l'encre

Proches du champignon, les agents pathogènes qui causent cette maladie détruisent les racines des châtaigniers (Inrae). S'ensuit un assèchement des arbres, qui entraîne leur mort. Arrivés en Europe à la fin du 19ème siècle, et restés relativementsilencieux depuis, ces pathogènes pourraient connaître une seconde jeunesse sous l'effet du réchauffement climatique. 

Après avoir fait des ravages dans les forêts de la façade Atlantique française et des Pyrénées, elle s'est étendue au reste du pays dans les années 2000. Montmorency, Malmaison, Versailles... Les forêts franciliennes sont durement touchées.

Pour mesurer l'ampleur des dégâts, le ministère de l'Agriculture, l'Office national des forêts, le Centre national de la propriété foncière et l'Institut national de la recherche agronomique (Inrae) ont uni leurs forces à l'été 2020. Ils ont comparé les images issues des satellites Sentinel-2 de l'Agence spatiale européenne avec l'état sanitaire de certaines parcelles constaté lors d'observations de terrain. Leur permettant ainsi de mesurer l'état des forêts à grande échelle depuis le ciel. 

Au total, raconte le Parisien, 250 hectares de forêts publiques devraient être abattus en Île-de-France d'ici 2025, seule manière d'endiguer l'épidémie. L'Office nationale des forêts prévoit de replanter ces bois avec des espèces plus adaptées au réchauffement climatique, comme le chêne sessile ou le chêne pubescent, et de mélanger les essences. 

A Rennes, une maison de la semence paysanne pour s'adapter au réchauffement

Prenons-en de la graine. A Rennes, l'association Kaol Kozh (« vieux chou » en breton) va inaugurer sa seconde maison de la semence paysanne afin d'adapter les jardins au réchauffement climatique. 

Créé en 2007, ce collectif d'agriculteur•rice•s se bat de longue date pour promouvoir les semences paysannes contre celles de l'industrie. Ces dernières sont vendues stériles, interdisant à quiconque de replanter d'une année à l'autre sans en racheter. « Aujourd’hui, 90 % des légumes bio sont issus de graines hybrides de type F1. Cela veut dire que l’on peut acheter des légumes bio issus de semences Monsanto. […] Nous estimons que les graines font partie d’un patrimoine mondial, elles n’appartiennent à personne », indique Marc Sire, l’unique salarié de l’association, à 20 Minutes. 

Les passionné•e•s de Kaol kozh oeuvrent notamment à retrouver des variétés anciennes de tomates adaptées au climat et au terroir bretons © Marc Sire

Reproductibles, facilement adaptables aux différents types de sol et aux conditions de chaleur et d'humidité qui changent : les graines d'antan sont au cœur du projet de maison de la semence paysanne qui doit bientôt ouvrir à Rennes (Ille-et-Vilaine). Deux ans après l'inauguration de la première, à Roscoff (Finistère). 

Celle-ci abritera une grainothèque – l'association compte déjà plus de 600 variétés anciennes de fruits et légumes – à destination des amateur•e•s ou des professionnel•le•s. Un jardin vitrine permettra au au public de voir les légumes, plantes aromatiques et autres fleurs en production. Ce nouveau lieu servira également de laboratoire pour mesurer l'adaptation des plantes à leur environnement. Plus d'informations dans 20 Minutes

Une famille végane en 1976

Vous n'avez peut-être pas réussi à échapper à la polémique stérile du weekendPour des raisons d'organisation, la municipalité (EELV) lyonnaise a décidé de ne proposer temporairement que des repas sans viande dans ses cantines. Un scandale, pour certains membres de l'exécutif, qui accusent les écologistes de vouloir priver les enfants de la viande « dont ils ont besoin pour bien grandir »des mots du ministre de l'agriculture

Hélas pour la polémique, l'on sait depuis des décennies que la bidoche n'est bonne, ni pour la santé, ni pour la planète. C'est le cas de cette famille précurseuse qui, en 1976 déjà, avait choisi de nourrir ses enfants selon les préceptes végétaliens.

© Brut

Afin de continuer à vous proposer un contenu de qualité et sans publicités, Vert a besoin de votre soutien !
 
Si ce que vous lisez vous plaît, vous pouvez faire un don déductible d'impôt à Vert sur OKPal, en une fois ou chaque mois.
La conservation d'emails produit du CO2, n'hésitez pas à supprimer vos anciens numéros.
Cliquez ici pour retrouver les éditions passées.

Vous recevez trop de mails ? Vous voulez changer de rythme ? 
Je gère mes abonnements

Les mentions légales sont disponibles sur le site de Vert.
©Vert