Copy
Je m'inscris Je me désinscris
Jeudi 20 mai 2021
Chères toutes et chers tous,
 
Vous en voulez plus? Ou moins? Passez facilement de la quotidienne à l’hebdo (et vice versa) en gérant vos abonnements. Pour ce faire, un lien est disponible au bas de chaque numéro.
 
Pour nous permettre de continuer à vous offrir, chaque jour (ou chaque semaine), toute l’actualité de l’écologie, faites un don (déductible d’impôts) de quelques euros par mois, sur OKPal
En Sibérie ou en Alaska, plus besoin de polaire puisque, grâce à nous, il y fait désormais des températures caniculaires.

Les « polluants éternels » de la restauration rapide

Une étude menée dans six pays européens révèle la présence massive de polluants « éternels » dans les emballages de la restauration rapide : un danger pour les corps et l'environnement.

Les substances perfluoroalkylées (PFAS) sont une famille de 4 500 produits chimiques utilisés par l'industrie pour leurs nombreuses propriétés. Anti-adhésives, anti-tâches, elles permettent notamment de repousser l'eau et l'huile.

Les chaînes de restauration rapide se servent massivement des PFAS dans leurs emballages en carton ou en plastique, comme le révèle une étude menée par neuf ONG européennes – dont Générations futures, publiée jeudi. Pour s'en convaincre, les associations ont examiné 99 emballages issus de grandes chaînes, comme Domino's pizza ou McDonald's. Après un premier test, 42 « suspects » ont été analysés en laboratoire.

Il apparaît que tous ces échantillons contenaient des PFAS. 32 d'entre eux dépassaient (parfois très largement) les valeurs limites de fluor organique total (TOF) - un marqueur de la présence de PFAS – fixées par le Danemark, seul pays européen à les avoir bannis dans les emballages alimentaires.

Aucun des sachets de frites McDonald's achetés au Danemark ne présentait de traitement aux PFAS, contrairement à celles vendues dans d'autres pays © JaBB / FlickR

17 emballages ont été soumis à des tests d'éco-toxicité. Il apparaît que les PFAS présents dans les échantillons agissaient comme des perturbateurs endocriniens, pouvant altérer le fonctionnement de la thyroïde. Les PFAS favorisent également l'apparition de cancers, ont un impact sur les systèmes immunitaire et reproducteur, et réduisent la réponse aux vaccins. Enfin, utilisés pendant quelques minutes dans la restauration, ils persisteront très longtemps dans l'environnement.

Les ONG appellent à bannir ces produits dans leurs usages non-essentiels. La Suède et l'Allemagne étudient de potentielles restrictions sur certains PFAS.

Le plus vaste iceberg du monde vient de se détacher de l'Antarctique, a annoncé l'Agence spatiale européenne, mercredi. D'une superficie de 4 320 kilomètres carrés, il a quitté la barrière de Filchner-Ronne pour dériver dans la mer de Weddell. - Agence spatiale européenne (anglais)

• Ce mercredi, le mercure a dépassé les 30°C au nord du cercle polaire arctique. Une température insensée à cette latitude, et presque irréelle pour un mois de mai - elle surpasse de plus de 20°C les normales de saison. En plus du réchauffement, cette anomalie est le résultat de l'action du Jet stream : ce courant de haute altitude prive actuellement l'Europe occidentale d'air chaud et repousse la chaleur vers la Sibérie. Les explications (en anglais) du météorologiste Scott Duncan sur son compte Twitter.

Les températures relevées le 19 mai en Europe et en Russie. © Scott Duncan

Les « incendies zombies » des forêts polaires

Feu forêt. Dans les forêts boréales, des incendies peuvent couver tout l'hiver sous la neige avant de se réveiller au printemps ; des « incendies zombies » qui pourraient se développer à cause du réchauffement climatique.

Dans la plupart des régions du globe, les incendies sont généralement cantonnés à une seule saison. Mais dans les forêts boréales arctiques, il arrive que des feux renaissent de leurs cendres une fois l'hiver passé. Pour la première fois, une étude – publiée mercredi dans Nature – recense et analyse les causes de ces « incendies zombies », apparus entre 2002 et 2018 en Alaska (Etats-Unis) et dans les territoires du Nord-Ouest (Canada).

Ceux-ci ont trois principaux facteurs : des étés particulièrement chauds, la survenue de violents incendies et le brûlage de la terre en profondeur, parfois jusqu'à 30 centimètres. Riches en matières organiques, les sols vont entretenir la flamme sous le manteau neigeux avant que le feu ne se propage au printemps.

Passant au crible 54 zones grâce à des satellites, des capteurs et des algorithmes, les scientifiques révèlent que ce phénomène est plutôt marginal : les incendies zombies représentent en moyenne 0,8% de toutes les surfaces incendiées dans les régions étudiées. Avec toutefois des pics : en 2008, de violents incendies nés au printemps avaient atteint 38% des surfaces brûlées en Alaska.

Si l'étude manque de recul pour estimer l'évolution de ce phénomène, ses auteur·rice·s estiment que les incendies zombies sont voués à se multiplier sous l'effet du réchauffement. En libérant le CO2 et le méthane contenus dans les sols, ils risquent de contribuer, en retour, à l'augmentation des températures.

Le train de nuit entre Paris et Nice redémarre

Les nouvelles vont bon train. Après trois ans d'arrêt, la liaison nocturne Paris-Nice reprend du service ce jeudi soir.

Coup de sifflet sur le quai de la gare d'Austerlitz à 20h52, arrivée demain matin à 09h11 en gare de Nice-Ville. Entre les deux, 12 heures de trajet en wagon-couchette. Sur le chemin, six villes seront desservies, dont Marseille ou Toulon. Pour l'occasion, le premier ministre Jean Castex sera du voyage.

Avec des tarifs bien plus raisonnables que le TGV (à partir de 19 euros en siège incliné, 29 euros en couchette de seconde classe) ce train de nuit devrait permettre d'attirer d'autres publics, notamment les étudiant·e·s.

Arrivée d'un train Corail au petit matin en gare de Nice, en 2009. © Florian Pépellin

Cette liaison s'inscrit dans le cadre du plan gouvernemental pour redévelopper le train de nuit en France. Avant le Paris-Nice, il ne restait plus qu'une poignée de lignes, dont Paris-Briançon et Paris-Rodez. En décembre, le train de nuit entre Paris et Tarbes devrait reprendre du service.

En janvier, Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué aux Transports, avait annoncé son ambition de remettre sur les rails une dizaine de lignes nocturnes d'ici 2030. Celles-ci seraient organisées autour de quatre axes : Bordeaux-Marseille, Dijon-Marseille, Tours-Lyon via l'Ile-de-France, et Paris-Toulouse.

Hélas, l'enveloppe dédiée au train de nuit ne se monte qu'à 100 millions d'euros, sur les quelque 5,3 milliards accordés à la SNCF dans le cadre du plan de relance. De quoi rafraîchir 51 voitures de nuit et améliorer l'accueil des passagers, indique l'AFP. Un nouveau plan est attendu dans les prochains jours.

Le relooking extrême des glaciers

Se regarder dans les glaces. Le réchauffement a complètement redessiné les plus grands glaciers du globe en quelques décennies à peine. Dans une superbe série d'infographies, le Guardian dévoile les silhouettes changeantes de ces fragiles géants de glace.

© The Guardian

Afin de continuer à vous proposer un contenu de qualité, Vert a besoin de votre soutien !
 
Si ce que vous lisez vous plaît, faites un don (déductible d'impôt) de quelques euros par mois sur OKPal.
La conservation d'emails produit du CO2, n'hésitez pas à supprimer vos anciens numéros.
Cliquez ici pour retrouver les éditions passées.

Vous recevez trop de mails ? Vous voulez changer de rythme ? 
Je gère mes abonnements

Les mentions légales sont disponibles sur le site de Vert.