Like
Tweet

Free admission to the exhibition and related events

Reception and Party
Saturday, June 7, 8PM - 2AM

Music with One Vision (Ottawa)
Food by Gongfu bao cart + cash bar

Panel Discussion
Sunday, June 8 at 5PM
Invited speakers: John Boyle-Singfield (Montréal), Mark Forgy (Minneapolis, USA) and Ritchie Sinclair (Toronto)
Moderator: Kathleen Nicholls
In English

The exhibition F is for Fake: Art, Cinema and Forgery examines notions of fake and real in art, cinema and popular culture. Taking as its point of departure Orson Welles’s 1976 cinematic essay F for Fake, the exhibition presents artworks that disrupt established beliefs around originality, legitimacy and authenticity, alongside forgeries, ephemera and historical documents. The exhibition brings together artists and filmmakers who use appropriation, hoaxes, copyright infringement or outright forgery as a means to express themselves, investigating the line between truth and fiction and calling attention to an art market that Robert Hughes once wrote that, apart from the drug trade, “is the biggest unregulated market in the world.”

- A re-creation of Montréal-based artist John Boyle-Singfield's never-before-seen exhibition Bootleg, censored before it was scheduled to open in 2013 at Espace Virtuel in Chicoutimi due to its appropriation of an entire contemporary art exhibition;

- A video from the multidisciplinary work The Secret Life of Cornelia Lumsden: A Remarkable Story (1979-1986) by Toronto-based artist Vera Frenkel, which brings a fictional archive to life;

- A selection of fakes and forgeries of works by Norval Morrisseau, Marc Chagall, Paul Gauguin, Amedeo Modigliani, Pablo Picasso and Vincent van Gogh;

- A screening series that includes the Canadian premiere of feature film Shirley: Visions of Reality (2013) by Austrian artist Gustav Deutsch, based on works by American painter Edward Hopper;

- And a panel discussion featuring, among others, Mark Forgy, former assistant to infamous art forger Elmyr de Hory, the main subject of Orson Welles’s F for Fake.

F for Fake by Orson Welles
Thursday, June 26 at 8PM

Forgotten Silver by Costa Botes + Peter Jackson
Thursday, July 10 at 8PM

Art and Craft by Sam Cullman + Jennifer Grausman
Thursday, July 31 at 8PM

Shirley: Visions of Reality by Gustav Deutsch
Thursday, August 7 at 8PM


F for Fake
Orson Welles, 87 minutes, United States, 1975
Thursday, June 26 at 8PM. In English
 
Trickery. Deceit. Magic. In Orson Welles’s free-form documentary F for Fake, the legendary filmmaker (and self-described charlatan) gleefully engages the central preoccupation of his career—the tenuous line between truth and illusion, art and lies. Beginning with portraits of world-renowned art forger Elmyr de Hory and his equally devious biographer, Clifford Irving, Welles embarks on a dizzying cinematic journey that simultaneously exposes and revels in fakery and fakers of all stripes—not the least of whom is Welles himself. Charming and inventive, F for Fake is an inspired prank and a searching examination of the essential duplicity of cinema.


Forgotten Silver
Peter Jackson and Costa Botes, 53 minutes, New Zealand, 1995
Thursday, July 10 at 8PM. In English
 
Originally presented to an unsuspecting New Zealand public as the real deal, Lord of the Rings director Peter Jackson's masterful mockumentary initially proved so convincing that unsuspecting viewers bought it hook, line and sinker. A remarkably detailed look at the life of early filmmaker Colin McKenzie, the film traces the life of the young innovator as he makes incredible advances in the realm of cinema years before they are generally though to have occurred. From McKenzie's creation of the first “talkie” in 1908 (the first true sound feature is generally considered to be 1927's The Jazz Singer) to his creation of the first colour film three short years later (which is generally considered to be 1922's The Toll of the Sea), the discovery of the remarkable advances made by him would forever change the face of film history. With Jackson himself providing commentary on the importance of the recent “discovery” of McKenzie's lost biblical epic Salome—which was preserved in a garden shed for nearly a century—the significance of this “lost film” is further cemented by interviews with such notable film figures as the producer Harvey Weinstein and film historian Leonard Maltin.

 
Art and Craft
Sam Cullman and Jennifer Grausman, 89 minutes, United States, 2014
Thursday, July 31 at 8PM. In English
 
Mark Landis has been called one of the most prolific art forgers in US history. His impressive body of work spans thirty years, covering a wide range of painting styles and periods that includes fifteenth-century icons, Picasso, and even Walt Disney. And while the copies could fetch impressive sums on the open market, Landis isn’t in it for money. Posing as a philanthropic donor, a grieving executor of a family member’s will, and most recently as a Jesuit priest, Landis has given away hundreds of works over the years to a staggering list of institutions across the United States. But after duping Matthew Leininger, a tenacious registrar who ultimately discovers the decades-long ruse and sets out to expose his philanthropic escapades to the art world, Landis must confront his own legacy and a chorus of museum professionals clamoring for him to stop. Art and Craft starts out as a cat-and-mouse art caper, rooted in questions of authorship and authenticity—but what emerges is an intimate story of obsession and the universal need for community, appreciation and purpose.


Shirley: Visions of Reality
Gustav Deutsch, 92 minutes, Austria, 2013
Thursday, August 7 at 8PM. In English
 
A series of snapshots from the life of a fictional actress named Shirley serves to weave together thirteen paintings by Edward Hopper (e.g. Office at Night, Western Motel, Usherette, A Woman in the Sun) into a fascinating synthesis of painting and film, personal and political history. Each station in Shirley’s professional and private life from the 1930s to 1960s is precisely dated: It is always August 28/29 of the year in question, as the locations vary from Paris to New York to Cape Cod. Shirley is a liberated woman who questions conventional relationship roles and reflects on the role of theatre and politics. Her thoughts are conveyed through internal monologues delivered in voiceover. Furthermore, every episode begins with fragments from radio news reports, which place Shirley’s personal story in relation to key events from American history over the decades (the Great Depression, the Second World War, McCarthyism, the Kennedy era and the Civil Rights movement). A supremely elegant “animation” of a most unusual kind, which, in moving from single images to film, takes advantage of the seemingly inherent cinematic and narrative qualities of Hopper’s paintings.

Entrée libre à l'exposition et aux événements

Réception et fête
Le samedi 7 juin de 20 h à 2 h

Musique avec le groupe One Vision (Ottawa)
Camion-cantine Gongfu bao + bar payant

Table ronde
Le dimanche 8 juin à 17 h
Conférenciers invités : John Boyle-Singfield (Montréal), Mark Forgy (Minneapolis, USA) et Ritchie Sinclair (Toronto)
Animatrice : Kathleen Nicholls
En anglais

L’exposition F is for Fake. L'art, le cinéma et le faux examine les notions de faux et de vrai en art, au cinéma et dans la culture populaire. Prenant comme point de départ l’essai filmique réalisé par Orson Welles en 1976 et intitulé F for Fake (Vérités et mensonges), l’exposition propose des œuvres qui mettent à mal les idées reçues sur l’originalité, la légitimité et l’authenticité, en présence de faux, d’objets éphémères et de documents historiques. L’exposition réunit des artistes et des cinéastes ayant recours à l’appropriation, au canular, au non-respect des droits d’auteur ou à la contrefaçon pure et simple comme mode d’expression personnel, pour explorer la limite qui sépare la vérité et la fiction, attirant également l’attention sur un marché de l’art dont le critique d’art Robert Hughes a déjà dit que, mis à part le trafic de drogue, il était « le plus grand marché au monde à ne pas être régulé ».

- La recréation par John Boyle-Singfield, un artiste vivant à Montréal, d’une exposition jamais vue auparavant intitulée Bootleg, frappée par la censure avant son ouverture en 2013 à Espace Virtuel, à Chicoutimi, parce qu’elle s’appropriait l’entièreté d’une exposition d’art contemporain;

- Une vidéo tirée d'une œuvre multidisciplinaire de l’artiste torontoise Vera Frenkel, The Secret Life of Cornelia Lumsden: A Remarkable Story (1979-1986), qui donne forme à des archives fictionnelles;

- Une série de projections incluant, entre autres, la première canadienne du long métrage Shirley: Visions of Reality (2013) de l’artiste autrichien Gustav Deutsch, réalisé à partir de tableaux du peintre américain Edward Hopper;

- Une sélection d'œuvres contrefaites de Norval Morrisseau, Marc Chagall, Paul Gauguin, Amedeo Modigliani, Pablo Picasso et Vincent van Gogh;

- Et une table ronde avec, parmi d’autres invités, Mark Forgy, ancien assistant du faussaire notoire que fut Elmyr de Hory, sujet principal du film F for Fake d’Orson Welles.

F for Fake (Vérités et mensonges) d'Orson Welles
Le jeudi 26 juin à 20 h

Forgotten Silver de Costa Botes + Peter Jackson
Le jeudi 10 juillet à 20 h

Art and Craft de Sam Cullman + Jennifer Grausman
Le jeudi 31 juillet à 20 h

Shirley: Visions of Reality de Gustav Deutsch
Le jeudi 7 août à 20 h


F for Fake (Vérités et mensonges)
Orson Welles, 87 minutes, États-Unis, 1975
Le jeudi 26 juin à 20 h. En anglais
 
Supercherie. Tromperie. Magie. Dans son documentaire de création F for Fake, la légende du cinéma Orson Welles (qui se décrit lui-même comme un charlatan) s’attaque avec joie au sujet principal de sa carrière : la ligne ténue qui sépare la vérité et l’illusion, l’art et le mensonge. Commençant par des portraits d’Elmyr de Hory, faussaire de réputation internationale, et de Clifford Irving, son biographe tout aussi retors, Welles s’embarque dans un vertigineux voyage cinématographique qui expose et savoure à la fois la contrefaçon et ses adeptes, parmi lesquels figure Welles lui-même. Canular charmant, inventif et inspiré, F for Fake est également une étude rigoureuse de la duplicité sur laquelle repose le cinéma.


Forgotten Silver
Peter Jackson et Costa Botes, 53 minutes, Nouvelle-Zélande, 1995
Le jeudi 10 juillet à 20 h. En anglais

D’abord présenté comme la « vérité vraie » à un public néo-zélandais ne se doutant de rien, le faux documentaire magistral de Peter Jackson, réalisateur du Seigneur des Anneaux, s’est avéré tellement convaincant que les spectateurs ont tout gobé. Étude minutieuse de la vie de Colin McKenzie, un pionnier du cinéma, le film suit le parcours du jeune inventeur qui a fait des percées incroyables dans le domaine du cinéma, bien avant ce qu’on avait jusque-là pensé. De la création par McKenzie du premier film parlant en 1908 (on considère généralement que le premier long métrage parlant est The Jazz Singer de 1927) jusqu’à celle, tout juste trois années plus tard, du premier film en couleur (c’est The Toll of the Sea de 1922 qui est normalement cité), la révélation de ses avancées remarquables aurait changé pour toujours l’histoire du cinéma. L’importance de la récente « découverte » d’un péplum de McKenzie, Salome, jusqu’à ce jour perdu et conservé dans un abri de jardin, est commentée par Jackson lui-même, épaulé en cela par des figures notables du cinéma, comme le producteur Harvey Weinstein et l’historien du cinéma Leonard Maltin, tous deux en entrevue.

 
Art and Craft
Sam Cullman et Jennifer Grausman, 89 minutes, États-Unis, 2014
Le jeudi 31 juillet à 20 h. En anglais
 
On a dit de Mark Landis qu’il était l’un des faussaires les plus prolifiques de l’histoire des États-Unis. Son corpus s’étend sur une période de trente ans, couvrant une grande variété de styles et de périodes, dont des icônes du 15e siècle, Picasso et même Walt Disney. Même si les copies de Landis auraient pu aller chercher des sommes impressionnantes sur le marché ouvert, ce n’est pas l’argent qui l’intéressait. Se faisant passer pour un philanthrope, pour l’exécuteur endeuillé d’un testament et, plus récemment, pour un prêtre jésuite, Landis a donné des centaines d’œuvres au fil des ans à une époustouflante liste d’institutions américaines. Quand il dupe un conservateur tenace du nom de Matthew Leininger, ce dernier découvre la supercherie vieille de plusieurs décennies et entreprend d’exposer les escapades philanthropes de Landis dans le milieu de l’art. Ce dernier doit alors faire face aux conséquences de son héritage et à un chœur de professionnels de musées exigeant qu’il mette fin à ses activités. Art and Craft prend d’abord la forme d’une chasse à l’homme dans le monde de l’art, ancrée dans des questions de droits d’auteur et d’authenticité, mais il en ressort finalement le récit intime d’une obsession et d’un besoin universel de communion, de respect et de finalité.


Shirley: Visions of Reality
Gustav Deutsch, 92 minutes, Autriche, 2013
Le jeudi 7 août à 20 h. En anglais
 
Une série de moments dans la vie d’une actrice fictive du nom de Shirley sert à relier treize tableaux d’Edward Hopper (Office at Night, Western Motel, Usherette et A Woman in the Sun, entre autres) pour en faire une fascinante synthèse de la peinture et du cinéma, de récits personnels et politiques. Chaque moment de la vie professionnelle et privée de Shirley, allant des années 1930 aux années 1960, porte une date précise : il s’agit toujours du 28-29 août de l’année en question, et l’action se passe à Paris, à New York ou à Cape Cod. Shirley est une femme libérée qui se questionne sur les stéréotypes féminins et qui réfléchit sur la place du théâtre et de la politique dans la vie. Ses réflexions prennent la forme de monologues intérieurs livrés en voix off. De plus, chaque épisode commence par des extraits de reportages à la radio, qui situent l’histoire personnelle de Shirley dans le contexte des événements clés de l’histoire américaine au fil des décennies (Grande Dépression, Seconde Guerre mondiale, maccarthysme, ère Kennedy et mouvement pour les droits civils). En faisant de scènes statiques des images en mouvement, cette animation d’une élégance singulière tire profit des qualités cinématographiques et narratives qui semblent appartenir en propre aux tableaux de Hopper.
Like our Facebook page / Devenez adepte de notre page Facebook
Follow us on Twitter / Retrouvez-nous sur Twitter

67, rue Nicholas Street
Ottawa ON  K1N 7B9
CANADA
T: (613) 236-6181
info@galeriesawgallery.com
www.galeriesawgallery.com

Opening hours: Tuesday - Saturday, 11AM - 6PM
Heures d’ouverture : Du mardi au samedi de 11 h à 18 h

unsubscribe from this list / annulation de votre inscription    update your subscription / mise à jour de votre inscription 

Copyright © 2014 SAW. All rights reserved.
Droits d'auteur © 2014 Galerie SAW Gallery. Tous droits réservés.

You are receiving this e-mail because you signed up for our e-mail list.
Vous recevez ce courriel parce que vous vous êtes inscrit à notre liste de diffusion.