Copy
Septembre 2020
View this email in your browser
jeanne bucher jaeger
ART PARIS - STAND C10
 
Dans le cadre de cette édition mettant en lumière la péninsule ibérique des années 1950 à nos jours, la galerie présente quatre artistes portugais : MARIA HELENA VIEIRA DA SILVA, dont l’histoire est intimement liée à celle de la galerie depuis les années 30, et les trois artistes contemporains, MICHAEL BIBERSTEIN, MIGUEL BRANCO et RUI MOREIRA. Elle expose également l’artiste espagnol FERMÍN AGUAYO qu’elle soutient depuis les années 50.  

FERMÍN AGUAYO

Etude baigneuse n°1, 1966, Huile sur carton, 38 × 46. © David Bordes
Peintre autodidacte, solitaire et silencieux, Fermín Aguayo se fait connaître, par la création du Grupo Pórtico de Saragosse dans les années 40. Résolument exigeant et sans complaisance, Aguayo fouille les formes structurelles de la peinture des grands maîtres - que ce soit dans ses aspects géométriques, abstraits ou figuratifs - ou encore dans ses recherches plus techniques liées à la ligne, aux courbes ou à la couleur afin de faire corps avec la peinture, de parvenir à en être possédé pour qu’à travers la peinture, l’esprit commence à se révéler dans une présence unique et universelle. Il vient à Paris en 1952 où il rencontre Jean-François Jaeger qui l’exposera tout au long de sa carrière.

MICHAEL BIBERSTEIN

Dark Glider, 2004, Acrylique sur toile, 270 × 250. © Jean-Louis Losi
Suite aux expositions organisées à la galerie depuis 2006, à la réalisation du Ciel de l’Eglise Santa Isabel de Lisbonne en 2016 et à l’importante rétrospective consacrée à Michael Biberstein par Culturgest Lisbonne en 2018, la galerie présente, jusqu’au 19 septembre, une nouvelle exposition de l’artiste suisse-américain, portugais d’adoption depuis plus de 40 ans. L’œuvre de Michael Biberstein établit un pont rare entre un langage conceptuel initialement hérité de la philosophie analytique des années 70 suivie d’une longue réflexion sur le Paysage. L’artiste nommait ses peintures des « machines à voir ». Il avait une grande connaissance de l’art paléochrétien et de la peinture baroque, spécialement de Giovanni Battista Tiepolo, était fasciné par les architectures sacrées « dépassant le langage et se retrouvant à travers les cultures et les millénaires », suscitant par nature un certain effet physiologique et plongeant l’être au cœur de la métaphysique. 

MIGUEL BRANCO

Untitled (Monk), 2020, Bronze patiné, 65 × 70 × 75
Directeur du Département Peinture du Centre d’Art et de Communication Visuelle de Lisbonne, Miguel Branco est l’un des artistes portugais majeurs de sa génération. A travers ses peintures, ses dessins et sculptures, Miguel Branco revisite souvent des images puisées dans l’histoire de l’art. Sans titre (Moine), sculpté à taille humaine en 2020, est affiné jusqu’à devenir ascétique, à l’image de l’icône de l’Art du Gandhara - le Buddha ascète du Musée de Lahore dont le dénuement annonce une nouvelle forme d’émergence. Sur le stand de la galerie, derrière les moines, un Papillon de grand format bleu monochrome, concentré d’études de papillons et de centaines d’images extraites de publications sur la nature; l’artiste en a vidé la forme de toute connotation naturaliste pour n'en conserver que l'essence et y réintroduire des éléments d’origine archéologiques, cosmiques, des références à l’histoire de l’art, des étoffes africaines ou cartes du ciel… Egalement une série de peintures de format très réduit, images discrètes et contemplatives, spectres silencieux nés de différentes sources et strates historiques revisitées par l’artiste, suscitant une tension subtile dans leur perception immédiate, évoquant à la fois notre présent mais semblant aussi appartenir à un lointain passé. Depuis 2012, la Galerie Jeanne Bucher Jaeger soutient son œuvre, présente au sein d’institutions internationales telles que le MUDAM au Luxembourg, le CAM — Centre d’Art Moderne de la Fondation Calouste Gulbenkian à Lisbonne ou encore la Fondation Serralves à Porto. En 2015, le Musée de Schloss Ambras, Innsbruck, lui consacre une importante exposition, suivie, en 2016, par une exposition personnelle au Musée de la Chasse et de la Nature, Paris.

RUI MOREIRA

A la recherche du temps perdu I, 2018, Gouache et encre de Chine sur papier, 141,5 × 209,1 cm. © Laura Castro Caldas
Abstractions géométriques, cosmographies, paysages organiques évoquant les structures du vivant, ou encore divinités surgies de paysages mythologiques, les dessins de Rui Moreira sont habités par une pulsation de vie et de beauté exprimant un certain état d’être à la Terre, en harmonie avec les énergies primordiales qui la traverse. Un mur monumental lui est consacré au sein d’Art Paris ainsi que la présentation sur le stand du dessin À la recherche du temps perdu I auquel l’artiste a consacré une année entière. La galerie lui a dédié plusieurs expositions personnelles depuis 2008 et a accompagné nombre de ses expositions au sein d’institutions internationales : le Mudam Luxembourg en 2014, le Musée de la Ville de Lisbonne en 2016, le Centre International des Arts José de Guimarães en 2017, la Fondation Fosun à Shanghai en 2018, la Fondation Berardo à Lisbonne en 2019.

MARIA HELENA VIEIRA DA  SILVA

Eclats multiples, 1980-83, Tempera sur carton ondulé, 25,5 × 38,5 cm. © Jean-Louis Losi
Ayant exposé les grands artistes du XXème siècle et, depuis les années 1930, Maria Helena Vieira da Silva, la galerie consacre, jusqu’au 30 septembre, à l’artiste portugaise une exposition importante entre Paris, Londres et New York, en collaboration avec Waddington Custot et Di Donna Galleries. C’est à peine après son arrivée à Paris en 1928 que Vieira da Silva fait la connaissance de Jeanne Bucher, qui fut la première galeriste à montrer son travail, l’artiste restera fidèle à la galerie jusqu’à son décès en 1992, en poursuivant une collaboration continue avec Jean-François Jaeger. Véronique Jaeger a organisé pour elle, ainsi que pour son époux le hongrois Árpád Szenes, un nombre considérable d’expositions en France et au Portugal depuis sa reprise de la direction de la galerie en 2003. 
Espace Marais
5 rue de Saintonge
75 003 Paris – France
T +33 (0) 1 42 72 60 42
Mardi-Samedi, 10 h - 19 h
Espace St Germain
53 rue de Seine
75 006 Paris – France
T +33 (0) 1 42 72 60 42
      

Copyright © 2020 Jeanne Bucher Jaeger, All rights reserved.

Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list