Copy
 

Bonjour à Tous !


Le mot de la semaine est arrivé !


Cette semaine : "Wingchun"





Pinyin : Wingchun

Prononciation : Wing (comme en anglais) Tcheune
 
 
   

     Nous continuons aujourd'hui notre description des styles pratiqués dans le film "The Grandmaster", avec le Wingchun, pratiqué par Tony Leung puisqu'il y incarne Yip Man le nouveau maître à la mode du cinéma chinois.

     Pour ce mot de la semaine, la plupart des mots sont en cantonais et non en mandarin, le Wing Chun s'étant développé surtout à Hong Kong et dans le sud de la Chine (Fujian et Guangdong)

     Le Wing Chun (en cantonais) ou Yǒngchūn (en mandarin), s’est développé en Chine il y a environ 300 ans. Il nous vient de Ng Mui, la seule femme à faire partie des cinq ancêtres de Shaolin, ayant survécu à la destruction du temple par les Mandchous. Après s’être battue farouchement, Ng Mui fuit pour échapper aux persécutions de la part des Mandchous.

     Elle serait allée se réfugier dans le temple de la Grue blanche (Baihe Quan), sur le mont Tai Leung. Là elle pu se consacrer à la pratique du Bouddhisme Chan et à la pratique des Arts Martiaux en toute quiétude. Elle réfléchit longuement sur une forme d’Art martial accessible aux plus faibles physiquement et qui leur permettrait de battre des experts d’Arts martiaux externes... Elle fut finalement inspirée par le combat entre une grue et une renarde. Par ses observations, elle créa un nouveau système de combat. L’objectif du système de Ng Mui était de vaincre l’ennemi, non par la force mais par la méthode. Dans cette optique, elle retira du style les mouvements de grande amplitude et les mouvements artistiques.

     Ng mui vivant sur le mont Tai Leung à cette époque, et elle se rendait plusieurs fois par mois au village avoisinant pour y faire son marché, où elle aurait rencontré Yim Wing Chun, une jeune fille vendant du Tofu avec son père. Ng Mui lui enseigna son style de Wushu pour lui permettre de se défendre. La jeune femme parvint à maîtriser l’art martial que lui avait légué Ng Mui. Devant les menaces qui subissaient le temple Shaolin, Yim Wing Chun proposa une réforme. En plus de continuer d’épurer le style en accordant plus d’important au nécessaire et au sufficant qu’à l’esthétisme et la force, la formation d’un maître qui s’étendait ordinairement sur trente ans allait maintenant durer 20 ans : 3 années seraient consacrées au corps, 7 à l’énergie interne et 10 à l’esprit. Les nouvelles générations de maîtres purent ainsi défendre le temple Shaolin.

     Yim Wing Chun épousa Leung Bok Chau, un marchand de sel. Elle lui transmit le système de combat que lui avait transmit Ng Mui. Leung Bok Chau pratiquait déjà le Kung-Fu avant son mariage. Il n’avait jamais prêté attention aux théories sur l’art martial. Après son mariage, elle lui montra de quoi elle était capable et le battit à plate couture. Elle lui enseigna ensuite l’art du combat. En hommage pour sa femme, il transmit le système sous le nom de Wing Chun Kuen Kung-fu. On dit aussi que le vrai sens de Wing Chun est “promesse d’avenir”, un renouveau sectaire de la forte puissance du Lotus Blanc qui avait déjà permis de chasser quelques siècles auparavant l’envahisseur Mandchous. Leung Bok Chau continua à s’entraîner avec sa femme jusqu’à maîtriser lui-même parfaitement le Wing Chun. Par la suite, il enseigna le style à un herboriste nommé Leung Lan Kwai.

     Le style a souffert de la révolution culturelle. Des sifus se réfugièrent au sud de la Chine continentale, c’est à dire à Hong Kong (alors colonie britannique), Formosa (Taïwan) et au Viêt Nam. De ce fait, dans les années 50, seule l’école du Sifu Yip Man, une école dans le Guangdong a Foshan (Wing Chun Fat San) et une école taiwanaise existaient encore

     Mais la transmission filiale continua en parallèle avec la même discrétion, en marge de ces grandes écoles. Comme Yip Man enseigna en cantonais dans sa grande école à de très nombreux élèves, le dialecte cantonais a été adopté en Occident pour désigner les techniques. Il reste en Chine et à Taïwan. Aujourd’hui, c’est un des styles les plus connus, réputé pour son efficacité en combats rapprochés. Il s’est grandement propagé aux Etats Unis et en Europe, suite à la légende entretenue sur Bruce Lee, et des nombreuses écoles modernes se sont ainsi créées, alors qu’il est resté relativement peu pratiqué en Chine, au Viêt Nam et a Taiwan.

     Prenez le temps d'aller voir 2 ou 3 vidéos des mots que nous vous envoyons afin de pouvoir vous rendre mieux compte de ce qui est dit ici !

     A la semaine prochaine pour un nouveau mot !


   Pour le site, c'est par là : www.kungfu78.fr
   Pour la page Facebook, c'est par ici : Facebook
   Pour nous suivre sur Twitter ajoutez : @EcoleBernardSok
   Pour les vidéos du club, c'est sur Youtube

Copyright © 2013 Ecole Bernad Sok, All rights reserved.
Email Marketing Powered by Mailchimp