Copy
 

Bonjour à Tous !


Le mot de la semaine est arrivé !


Cette semaine : "Daoshu"





Pinyin : Dāoshù

Prononciation : Tao shou
 
 
     Après le bâton et l'épée, attaquons-nous au sabre !

     "Dāo" signifie couteau / sabre en chinois, et "shù" ...  Et bien, vous devriez le savoir maintenant !

     Le sabre, arme à tranchant unique peut revêtir plusieurs formes. Court, long, avec crochets, courbé, droit, à une ou deux mains .... Premièrement nous nous intéresseront au sabre "classique" apparu assez tard en Chine, qui est utilisé en compétition moderne pour les styles du nord. Composé d'une lame courbée et d'un "dos" assez "épais" pour à la fois contrer avec, et pouvoir l'appuyer contre soi sans se couper, il se termine par un manche, généralement en bois, séparé de la lame par une garde habituellement ronde (mais il y a beaucoup d'exceptions), et assez large pour protéger les doigts et contrer les lames adverses. Il faut noter que cette garde est également creuse (le creux du côté de la lame) pour recueillir le sang de l'ennemi et ainsi éviter qu'il coule le long du manche, ce qui le rendrait collant ou au contraire, glissant.

     Les 2 techniques principales du sabre sont le trancher et la taille, principalement sur les articulations. C'est l'arme du soldat par excellence, une véritable arme de champ de bataille contrairement à l'épée vue la semaine dernière. Le sabre peut également être utilisé pour l'estoc, mais celui à lame courbé est plus fragile à ce niveau, surtout contre une armure !
     Considéré comme une arme simple d'utilisation, il et très efficace car destiné à être utilisé sur le champs de bataille par des soldats devant parfois être formés "à la va-vite". Toutefois, même si son maniement est plus aisé que celui de l'épée, le sabre n'en demande pas moins une certaine technique et une bonne puissance pour trancher les membres en une fois seulement.

     Plus tard encore, le sabre se parera parfois d'un foulard au bout du manche pour essuyer la lame (et parfois la garde) remplie de sang et donc moins tranchante, ainsi que pour déconcentrer l'ennemi. Mais ce foulard est maintenant surtout utilisé en compétition moderne pour l’esthétisme qu'on lui porte.

    
     Dans les styles du sud (modernes), on utilise un autre sabre appelé "nándāo" signifiant tout simplement "sabre du sud". En réalité ce sabre n'était pas utilisé dans le sud de la Chine spécifiquement. Le sabre du sud tel qu'on le connait maintenant est un dérivé plus court et avec une lame plus large de son ancêtre : le Zhǎnmǎdāo (littéralement : sabre coupe cheval). Le Zhǎnmǎdāo est un sabre avec un manche très long souvent terminé par un anneau en métal utilisé pour récupérer le sang ennemi en un seul point, et pour coincer les armes adverses dedans. Le manche est surmonté d'une garde "fine" en "S" permettant de bloquer les lames ennemies tout en continuant à avance jusqu'à trancher l'adversaire. Enfin la lame est soit droite soit légèrement courbée.
     L'utilisation première de ce sabre était de couper les pattes des chevaux ennemis sur le champ de bataille d'où l'origine du long manche permettant un maniement à deux mains plus "solide" pour résister au poids de l'animal.
     De tout ça, le "nándāo" actuel a gardé la garde en "S", l'anneau de métal au bout du manche, et son maniement à deux mains.

     Prenez un peu de temps pour voir ces armes en images !
 
     A la semaine prochaine pour un nouveau mot !


   Pour le site, c'est par là : www.kungfu78.fr
   Pour la page Facebook, c'est par ici : Facebook
   Pour nous suivre sur Twitter ajoutez : @EcoleBernardSok
   Pour les vidéos du club, c'est sur Youtube

Copyright © 2013 Ecole Bernad Sok, All rights reserved.
Email Marketing Powered by Mailchimp