Copy
 

Bonjour à Tous !


Le mot de la semaine est arrivé !


Cette semaine : "Sanda"






Pinyin : Sǎndà

Prononciation : Sane Ta




 
    Le terme "Sǎndà" se compose de "sǎn", signifiant "dispersé, éparpillé" ; et de "dà", signifiant "frapper, combattre, frappe". En gros, la traduction la plus adéquate serait celle de "combat libre", même si il n'a (presque) rien à voir avec le Free Fight ou MMA. Pour comprendre ce sens de "combat libre" il faut remonter au début du 20ème siècle. En effet avant de s'appeler "Sǎndà", le terme exact était "Sǎnshǒu" 散手 (mains libres), et en plus des coups du "Sǎndà" actuel, les coups de coude, de genoux, et les techniques au sol étaient permis. Pourquoi ?
    
     ... Parce que le "Sǎnshǒu" était utilisé pour la guerre ! Pendant la guerre Russo-japonaise (1904-1905), les russes perdirent un nombre important de soldats en combat rapproché, et l'armée Russe décida alors de remédier à cette faiblesse en créant le Sambo. Sur ce modèle, à partir de 1923, la Chine adapta ses formes de combat rapproché à l'époque moderne (jusqu'alors, les militaires utilisaient les styles traditionnels de Wushu). C'est en effet cette même année que la Chine fît une alliance avec l'union soviétique et s'inspira de la discipline et de l'entraînement militaire Russe.

    Evidemment, le "Sǎnshǒu" comprenait également de nombreuses techniques permettant de réagir face aux armes de poings et aux armes à feux. Encore aujourd'hui si vous vous promenez en Chine et que vous passez devant une caserne ou un commissariat, il est fréquent de voir les soldats s'entraîner au "Sǎnshǒu" dehors (quel que soit le temps) à même le sol pour être plus proche des situations de combat réel. Les forces d'élites ont également un entraînement en Qigong, ainsi qu'en casse en plus de tout le reste !

     Le "Sǎndà" est une version "édulcorée" du "Sǎnshǒu" puisqu'il a été créé pour l'entraînement avant la mise en pratique en combat réel, mais surtout dans un esprit de compétitions sportives. Le "Sǎndà" contemporain n'autorise plus les coups de coudes, les coups de genoux, et les techniques au sol. Il se compose de 4 types d'attaques principales : les frappes avec les pieds "Ti", avec les poings "Da", les arrachages et projections "Shuai", et les saisies "Na". Le principe de base pour décrire le "Sǎndà" est donc souvent résumé en "Pieds, Poings, Projections".

     L'air de combat officielle appelée leitai 擂台 est une surface carrée de 8 mètres de côté et surélevée de 60cm. La structure est composée de bois et métal, et une surface en plastique spéciale amortissant les chutes (souvent remplacée par des tatamis de judo en Europe) est posée sur celle-ci. Des tapis de chutes (ou tatamis) sont disposés à l'extérieur de l'estrade pour amortir les chutes lors des sorties de l'air de combat.

     De nombreuses règles doivent être prises en compte au "Sǎndà", comme par exemple la tenue, les protections (certaines étant obligatoires et d'autres non), les frappes et techniques autorisées, le temps, etc ... Un combat est remporté en 2 rounds gagnants, chaque round durant entre 1min30 et 2min selon les catégories. Pour gagner un round ou un combat, il existe plusieurs possibilités : au nombre de points, au forfait, au nombre de pénalités pour l'adversaire (fautes ou sorties de l'air), et bien sûr au K.O.

     Notez qu'en occident, le combat "traditionnel" s'appelle également "Sǎnshǒu", et qu'il existe aussi la version "junior" du "Sǎndà" pour les moins de 18 ans où les frappes sont portées seulement à 10% de la puissance. Cette version "junior" est appelée "Qingda" ou en français dans le texte "frappes légères".
 

    
A la semaine prochaine pour un nouveau mot !


   Pour le site, c'est par là : www.kungfu78.fr
   Pour la page Facebook, c'est par ici : Facebook
   Pour nous suivre sur Twitter ajoutez : @EcoleBernardSok
   Pour les vidéos du club, c'est sur Youtube

     A bientôt !
Copyright © 2012 Ecole Bernad Sok, All rights reserved.
Email Marketing Powered by Mailchimp