Copy
 

Bonjour à Tous !


Le mot de la semaine est arrivé !


Cette semaine : "Zuiquan"





Pinyin : Zuì Quán

Prononciation : Dzué Tchuane
 
     Tous les fans de Jackie Chan se souviennent des combats mythiques des films Drunken Master 1 & 2 (ou le maître chinois et combat de maîtres en français) qui ont popularisés le style Zuì Quán dans le monde entier ... Vous avez deviné ? ... Oui, il s'agit du style de l'homme ivre ! Vous l'avez pratiqué lors des cours de technique pendant les révision prévisionnelles de passage de grade dans la catégorie "Zhu He Lian Xi", c'est l'occasion de nous attarder sur ce style fascinant pour beaucoup de pratiquants d'arts martiaux.

     Zuì Quán, littéralement "Boxe / Poing Ivre", est souvent traduit en français par "boxe de l'homme ivre". Ce nom vient tout simplement du fait que le pratiquant de ce style va reprendre les attitudes et mimiques d'un homme ivre pour combattre son adversaire. Si certain(e)s d'entre-vous en doutaient encore, ce style ne se pratique jamais avec une réelle consommation d'alcool évidemment.

     Toutefois ses mimiques exagérées, ses brusques changements de rythme, ses déséquilibres et ses chutes volontaires, en font un style dévastateur lorsqu'il est maîtrisé.
La boxe de l'homme ivre est très complexe par ses acrobaties, et surtout par la sensation d'ivresse que doit ressentir le pratiquant.

     Style très rare et peu pratiqué, il n'est en général enseigné que dans des cercles fermés. Beaucoup d'experts de ce style sont des descendants des maîtres s'étant enfuis à Taiwan et Singapour notamment lors de l'arrivée du communisme en Chine.

     Cette rareté et le flou entourant ce style font qu'il est difficile à relier clairement à une école ou une région. Toutefois, on sait que plusieurs formes sont pratiquées dans les styles Shaolin du nord, du sud, et en un style à part entière totalement éloigné du style Shaolin.

     Les maîtres de référence de ce style sont appelés les huit immortels ou "Ba Xian" en Chinois. Le nom donné au style Zuì Quán tel que pratiqué dans dans l'école Wudang est d'ailleurs "Zui Ba Xian" (les huit immortels ivres). Même si ceux-ci ont réellement existé et sont des héros de la culture chinoise populaire et traditionnelle taoiste, ils ont maintenant été reliés au statut de "divinités" comme beaucoup de personnages illustres de la culture Chinoise. L'un d'eux était une femme, et le style s'est inspiré d'elle pour les mouvements gracieux et les techniques de clés et de luxations (de toutes les articulations sans exception). Un autre maitre était handicapé, il avait un pied bot et marchait avec une canne. C'est de lui que viennent les déséquilibres et les techniques de combat au sol typiques du Zuì Quán.

     Considéré comme "semi-interne", Le Zuì Quán est un des styles traditionnels les plus compliqué à maîtriser. En effet, il demande avant tout une excellente souplesse générale du corps, notamment du dos (très sollicité), ainsi qu'une excellente explosivité.
     La grande particularité de ce style réside dans l'utilisation du déséquilibre de son propre corps, et la non résistance aux saisies de l'adversaire, ainsi que par l'identification à une personne ivre (on chante en titubant, on tient des propos incohérent, pour désorienter l'adversaire).

A bientôt pour un nouveau mot de la semaine !


   Pour le site, c'est par là : www.kungfu78.fr
   Pour la page Facebook, c'est par ici : Facebook
   Pour nous suivre sur Twitter ajoutez : @EcoleBernardSok
   Pour les vidéos du club, c'est sur Youtube

Copyright © 2014 Ecole Bernad Sok, All rights reserved.
Email Marketing Powered by Mailchimp