Copy
Votre message ne s'affiche pas correctement? Lire le bulletin sur Internet.
Bulletin La Source, Volume 11, Numéro 6
Février 2016
AFOCSC

Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques


Vos commentaires concernant "La Source" sont bienvenus à info@afocsc.org

 
Faites des anges sur la neige

Mot de Jean

À Queen’s Park, le 22 février dernier, notre directeur général et moi avons eu l’occasion de participer à un événement historique. C’est en cette journée que la première ministre de l’Ontario s’est excusée auprès de la communauté franco-ontarienne pour le Règlement 17, qui avait fait son apparition en 1912 sous un gouvernement conservateur, et dont le premier ministre était Sir James Whitney. Beaucoup de membres provenant de divers organismes franco-ontariens étaient aussi présents. À noter que le secteur de l’éducation était très bien représenté en Assemblée législative lorsque la première ministre et les deux partis d’opposition se sont excusés.

Rappelons-nous que le Règlement 17 a causé des torts irréparables aux francophones qui habitaient la province à cette époque, mais aussi aux générations futures. Ce règlement a été initié, car, à ce moment de notre histoire, plusieurs francophones du Québec s'étaient installés dans la région de l’Est ontarien. Par mesure de protection des droits de la majorité linguistique, le gouvernement de l’époque a voulu interdire l’enseignement dans la langue de Molière, après la deuxième année. Le gouvernement avait aussi menacé de couper les subventions pour les écoles et d’enlever le brevet d’enseignement aux enseignantes dans le cas où les inspecteurs suspectaient que l’enseignement se faisait en français. Je me souviens que ma mère nous racontait que lorsque l’inspecteur se présentait à l’école, ma grand-mère disait à ses enfants de fuir l’école, totalement sortir dehors pour ne pas se faire attraper. Maman nous disait aussi que lorsque l’inspecteur arrivait, l’enseignante demandait aux élèves de cacher les livres et les cahiers en français. Le résultat de ce règlement a fait en sorte que toute une génération de francophones s’est fait assimiler. Aujourd’hui, on retrouve en Ontario des noms de famille francophones et ces personnes ne parlent plus le français. Une des victimes de ce règlement est le nouveau député provincial de Sudbury, M. Glenn Thibeault. Lors d’une réception, il nous racontait que bien qu’il porte un nom francophone, il ne pouvait pas parler en français avec ses cousines et ses cousins, en grande partie à cause du Règlement 17. 

En ce jour, je lève mon chapeau et je félicite toute une génération de Franco-ontariennes et de Franco-ontariens qui ont lutté pour assurer la pérennité de notre communauté. À ce jour, si notre communauté est vibrante et vivante, c’est en grande partie grâce aux luttes qui ont été menées par celles et ceux qui nous ont précédés. Et aujourd’hui, nous avons un réseau d’éducation catholique de langue française qui est performant et à la hauteur de nos aspirations. Nous pouvons même nous faire servir en français par le gouvernement ontarien. Il y a aussi, partout en province, des organismes sans but lucratif qui desservent la population franco-ontarienne. Je remercie et je félicite l’ACFO du grand Sudbury pour avoir approché le député Thibeault et le convaincre de s’impliquer dans la démarche pour que gouvernement de l’Ontario s’excuse de la mise en place du Règlement 17. Ces excuses sont un pas dans la bonne direction. Maintenant, le gouvernement doit poser des gestes concrets. Il est temps que les jeunes francophones du Centre-Sud-Ouest de la province puissent avoir accès à des études universitaires en français. Poser un geste de la sorte démontrerait que le gouvernement est sérieux et qu’il continue d’appuyer le développement et l’épanouissement de notre communauté, car elle est vibrante et bien vivante! C’est maintenant à notre tour, comme la génération précédente, de poursuivre la lutte afin de se faire respecter, car nous sommes ici pour y rester! 



Jean Lemay,
Président AFOCSC
 
Règlement 17
Jean Lemay et l’honorable Madeleine Meilleur
Jean Lemay et Glenn Thibeault
Jean Lemay et l’honorable Madeleine Meilleur, ministre déléguée aux Affaires francophones, lors des excuses publiques pour le Règlement 17.
Jean Lemay et Glenn Thibeault, député de Sudbury, lors des excuses publiques pour le Règlement 17.

Êtes-vous inscrits au Congrès?

Comme vous le savez, l’AFOCSC tiendra son 18e congrès et assemblée générale annuelle du 13 au 15 mai 2016 à Toronto, en collaboration avec le Conseil scolaire de district catholique Centre-Sud (CSDCCS).
Nous aurons l’honneur d’accueillir Son Excellence Mgr Collins, Cardinal de Toronto, ainsi que le Père Thomas Rosica, qui nous entretiendra sur le Synode sur la Famille.

Si ce n’est pas encore fait, vous pouvez procéder à votre inscription en visitant notre site web et en cliquant sur le lien suivant : http://www.afocsc.org/assemblee-generale-annuelle/xviiie-congres-et-assemblee-generale-annuelle/formulaire-dinscription/

Nous avons très hâte de vous y voir !
 

Portrait : Johanne Lacombe

Portrait

Jean LemayNom : Johanne Lacombe

Conjointe ou conjoint : Stéphane

Nombre d’enfants : Une fille de 6 ans qui s’appelle Laurianne

Profession : Je suis vice-présidente des opérations, Centre éducatif des bécasseaux à Orléans, un service de garde francophone avec 172 enfants âgés de 3 mois à 12 ans et une trentaine d’employés.

Conseillère scolaire où et depuis combien de temps : J’ai été élue en 2010 dans un territoire où il y avait plusieurs candidats. Je représente le secteur 9 du grand territoire d’Ottawa, plus spécifiquement le secteur sud d’Orléans. J’ai aussi été choisie par mes pairs du CECCE pour la vice-présidence en 2013 et la présidence depuis 2015.

Pourquoi avoir choisi de devenir conseillère scolaire : Le choix de me présenter était naturel du fait que je viens d’une famille d’éducateurs qui s’est toujours impliquée au sein de sa communauté. Également, j’ai eu le privilège d’avoir travaillé au sein du même conseil, donc une bonne connaissance de son fonctionnement et de l’impact qu’il a au sein de la sphère d’éducation de ma région. Je ne peux pas cacher le fait qu’également, ma décision de me présenter comme conseillère scolaire s’est prise lorsque je suis devenue une nouvelle maman. L'éducation de ma fille y a joué un grand rôle.

Qu’est-ce qui vous passionne dans votre métier de conseillère scolaire?
Ce qui me passionne surtout c’est l’impact que je peux avoir dans la prise de décision et le rôle direct que je peux avoir au sein des écoles, auprès des parents et surtout auprès des jeunes. Pouvoir aider un parent avec une situation personnelle ou l’aider à comprendre le système est une satisfaction pour moi et me démontre l’importance du rôle que je peux jouer au sein de ma communauté.

À l’école, quel genre d’élève étiez-vous?
J’ai toujours été une petite fille bien curieuse, qui voulait tout savoir. Je posais beaucoup de questions et j’aimais parler, parler, parler, au point que, parfois, mes enseignants devaient me remettre à l’ordre. À l’école élémentaire et intermédiaire, j’étais très sportive, et par la suite, au secondaire, je me suis impliquée au sein de groupes musicaux et de vie étudiante, plus particulièrement le jazz band (saxophone), l’harmonie (clarinette), le café chantant, le club d’annuaire, la radio Garneau, et j’en passe. J’ai reçu mon diplôme de la 13e année et j’ai par la suite entrepris mes études universitaires en complétant deux baccalauréats (sociologie et communication) avec une maîtrise en affaires (MBA pour cadres).

Quels sont vos passe-temps favoris?
Mon premier passe-temps est bien sur ma famille et mes amis, car chaque moment passé avec eux est important pour moi. J’offre également mon temps libre au sein de ma communauté en siégeant à la vice-présidence du conseil d’administration de la Caisse Desjardins Trillium à Ottawa. Aussi, pour décrocher, j’aime bien voyager et écouter de la musique.

Quel conseil donneriez-vous à une conseillère ou conseiller scolaire nouvellement élu(e)?
Il y a plusieurs conseils que je donnerais à un nouvel élu, mais je crois que le plus important est de ne pas avoir peur de poser des questions. Toutes questions sont bonnes et importantes. Le rôle de conseiller et conseillère scolaire est un rôle complexe, car la compréhension du système scolaire peut être compliquée et peut prendre du temps à s’approprier. Afin de bien jouer notre rôle et d'avoir un impact, il est important de bien se préparer pour nos rencontres en prenant connaissance de la documentation et en posant des questions.

Si l’on se rendait dans votre région, que nous feriez-vous visiter?
Il y a plusieurs endroits que j’aimerais vous faire visiter, mais je prendrais le temps de vous initier à nos écoles secondaires qui ont chacune leur propre concentration (arts, informatique, design, baccalauréat international, etc.). Également, la visite de certaines de nos écoles élémentaires qui offrent différents programmes d’éducation, tout spécialement l’enseignement personnalisé, l’enseignement en plein air, l’enseignement du 21e siècle, et autres. Chacune de nos écoles fait vivre sa communauté scolaire et chacune de nos écoles fait marque de créativité individuelle et d’excellents résultats scolaires.

Jean Lemay et France Gélinas
Jean Lemay et France Gélinas, députée de Nouveau Parti démocratique de l'Ontario dans Nickel Belt, lors de la collecte de fonds du député Michael Mantha, le 17 février dernier.
 
Jean Lemay et Michael Mantha
Jean Lemay et Michael Mantha, député de Nouveau Parti démocratique de l'Ontario dans Algoma-Manitoulin, lors de la collecte de fonds de monsieur Mantha, le 17 février dernier.
 

Table provinciale des directions générales des organismes membres de l’AFO

En tant qu’organisme franco-ontarien, l’AFOCSC participe de temps à autre à des activités provinciales et locales. Dernièrement, notre directeur général a participé à la Table provinciale des directions générales des membres de l’Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO). Cette table se rencontre deux à trois fois par année. Le but de ces rencontres est de renforcer les capacités organisationnelles de ses membres et de consolider son réseau pour favoriser l’épanouissement de la communauté franco‐ontarienne. Nous y retrouvons des directions générales représentant tous les secteurs d’activités tels que l’éducation, le communautaire, les ainés, les affaires et le commerce, pour n’en nommer que quelques-uns. Comme la plupart des organismes adhérents à l’AFO sont des organismes sans but lucratif, la Table a décidé qu’elle travaillerait davantage à augmenter la capacité de financement.

Budget de l'Ontario 

Budget de l'Ontario 2016

C’est le 25 février dernier que le gouvernement libéral de l’Ontario a dévoilé son budget pour l’année financière 2016-2017. Selon les prévisions budgétaires, l’Ontario croit que le produit intérieur brut (PIB) augmentera de 2,2% en 2016. Toujours selon ces mêmes prévisions, l’Ontario surpasserait la croissance nationale et devrait se retrouver parmi les plus fortes au cours des deux prochaines années. Le nouveau plan financier de la province est basé sur des revenus anticipés de 130,6 milliards de dollars et des charges anticipées de 133,9 milliards de dollars. Le déficit anticipé est de 4,3 milliards de dollars. Selon le ministère des Finances, le budget devrait être équilibré l’an prochain.
Pour l’éducation postsecondaire, quelques éléments sont intéressants :
  1. Les étudiants provenant de familles avec un revenu de moins de 50 000$ se verront exempter des frais de scolarité (Subvention ontarienne d’études);
  2. Les familles, dont le revenu est moins de 83 000$, 50 % de ces étudiants recevront des subventions non remboursables dépassant les frais moyens de scolarité. 
  3. Aucun étudiant ne recevra moins que le montant auquel il sera admissible actuellement en vertu du programme Bourse d’étude de l’Ontario;
  4. Il y aura aussi des subventions élargies pour les étudiants adultes et mariés.
Les regroupements d’étudiants universitaires sont très heureux de ce budget, car, depuis longtemps, ils demandent des subventions additionnelles de ce genre. 
 

Infrastructures


Le plan financier du gouvernement misera beaucoup sur de nouveaux investissements dans les infrastructures. Selon le gouvernement, ces mesures assureront des emplois de qualité pour les gens dans le secteur de la construction. En matière d’infrastructures pour les écoles élémentaires et secondaires de la province, le gouvernement de l’Ontario prévoit des investissements de plus de 11 milliards de dollars pour la construction de nouvelles écoles et la réfection d'écoles existantes. Ces investissements serviront surtout à financer des projets de construction dans les secteurs à forte croissance au niveau d’effectifs. Il est clair que l’AFOCSC revendiquera sa juste part de ce financement, car il y a des besoins criants partout en province.
 

Financement de l’éducation


Bien que les subventions pour les besoins des élèves ne soient pas encore dévoilées (fin mars), le budget en éducation connaîtra une légère augmentation dans la prochaine année. Il est prévu que les dépenses totales en 2016-2017 seront de l’ordre de 25,6 milliards de dollars comparé à 24,8 milliards de dollars pour l’année 2015-2016. Les prévisions du gouvernement nous indiquent qu’il y aura une augmentation totale en éducation de l’ordre de 1,2 % entre 2014-2015 et 2018-2019.  Cela dit, pour la prochaine année, il y aura une diminution des budgets des conseils scolaires de 430 millions de dollars en raison de la diminution des effectifs à travers la province et de la hausse de la part du financement consacré aux projets d’immobilisations faisant l’objet d’un amortissement. De plus, le gouvernement de l’Ontario épargnera environ 452 millions de dollars, car il n’aura pas à verser autant de cotisations pour le régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario en raison de l’amélioration des résultats d’investissement de cette caisse de retraite. Enfin, dans le projet de loi pour faire adopter le budget, le gouvernement se donnera le droit législatif de limiter le nombre de jours que peuvent travailler les enseignantes et les enseignants une fois à la retraite. Bien qu’il y ait des dispositions à cet effet présentement, ceci n’est pas enchâssé dans une loi.
 

Tarification du carbone


L’autre grande nouvelle de ce budget est que le gouvernement ontarien mettra un prix sur le carbone. Il propose un régime de plafonnement et d’échange pour aider l’Ontario à lutter contre les changements climatiques et stimuler notre croissance économique. Reste à voir comment cette nouvelle mesure affectera les citoyennes et les citoyens de la province.

Événements à venir

Calendrier des rencontres du CA de l'AFOCSC 2016


11, 12 mars 2016
à Toronto, après la rencontre de l’OPÉCO et les partenaires

13 mai 2016, de 10h à 12h
à Toronto

13 au 15 mai 2016 – XVIIIe congrès et assemblée générale annuelle
à Toronto

17, 18 juin 2016
à Ottawa

Événements à signaler


3-23 mars – Semaine nationale de la Francophonie
Plus...

4 au 20 mars – Rendez-vous de la francophonie
Plus...
 
8 mars – Journée internationale des femmes
 
20 mars – Journée internationale de la Francophonie
Plus...
 
1er mai – Congrès de l’ACEDE
Plus...
 
 2 au 8 mai – Semaine de la santé mentale
Plus...
 

Dates à retenir


28 au 30 avril 2016 – Congrès annuel OCSTA
à Blue Mountain

13 au 15 mai 2016 – XVIIIe congrès et assemblée générale annuelle de l’AFOCSC
à Toronto
 
9 au 11 juin 2016 – Congrès annuel ACCEC
à Yellowknife (Territoire du Nord-Ouest)

Membres du conseil d'administration de l'AFOCSC

Jean Lemay, président
(CSDC Est Ontarien)

Johanne Lacombe, vice-présidente
(CEC Centre-Est)

Melinda Chartrand
(CSDC Centre-Sud)

André Bidal
(CSC Nouvel-Ontario)
 
Joseph Bisnaire
(CSC Providence)
Diane Corriveau
(CSC Franco-Nord)

Mgr Marcel Damphousse
Évêque du diocèse de Sault-Ste-Marie
 
Langis Dion
(CSDC Grandes Rivières)

Sylvie Payeur
(CSDC Aurores boréales)

Pensée La Source


Au cœur de nos déserts,
faits de nos fragilités et de nos doutes,
tu nous invites, Seigneur, au cours de ce carême
à cheminer et à ouvrir des brèches
sur cette Espérance que tu nous proposes.
Amen
Aimez notre page Facebook
 
Copyright © 2016 AFOCSC, Tous droits réservés.


 se désabonner  | mise à jour des préférences d'abonnement 

Email Marketing Powered by Mailchimp