Copy
Votre message ne s'affiche pas correctement? Lire le bulletin sur Internet.
Bulletin La Source, Volume 11, Numéro 8
Avril 2016
AFOCSC

Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques


Vos commentaires concernant "La Source" sont bienvenus à info@afocsc.org

 
Faites des anges sur la neige

Mot de Jean

Dernièrement, l’éducation catholique a continué de faire les manchettes. Presque quotidiennement, nous lisons dans nos coupures de presse que plusieurs Ontariennes et Ontariens sont en faveur d’une fusion des conseils scolaires catholiques et publics, dans le but d'en faire qu’un seul conseil scolaire basé sur la langue d’enseignement. De plus, un des grands syndicats du monde de l’éducation en Ontario, la Fédération des enseignantes et des enseignants du secondaire de l’Ontario (FEESO-OSSTF), a adopté, lors de leur assemblée générale annuelle, une «charte de l’éducation publique en Ontario». Cette charte revendique que le gouvernement de l’Ontario devrait fusionner les conseils scolaires sur la base de la langue, afin d’assurer un système d’éducation ouvert à tous. Ce syndicat fera de cette charte un des enjeux  principaux pour les prochaines élections provinciales, qui auront lieu en juin 2018.

Dernièrement, le groupe d’humoristes populaire franco-ontarien Improtéine a présenté sur YouTube une vidéo qui sous-entend que le système d’éducation de langue française devrait aussi être fusionné. À la suite de la parution de cette vidéo, Aurélie Lacassagne, professeure agrégée en sciences politiques à l’Université Laurentienne, a rédigé une chronique posant la question à savoir si l’Ontario réglerait la question des conseils scolaires. Il est facile de comprendre que l’éducation catholique en Ontario est attaquée. À mon avis, si cela devenait réalité, la francophonie ontarienne, et la société ontarienne en général, seraient mal servie par une telle décision.

Je veux être clair. À ce jour, je n’ai jamais vu une étude démontrant qu’il y aurait des économies à réaliser si l’Ontario fusionnait les conseils scolaires sur la base de la langue. Comme nous le savons tous, la seule façon d’économiser des sommes considérables serait de couper drastiquement dans les programmes et services qu’offrent nos conseils scolaires catholiques de langue française. Si nous nous basons sur d’autres expériences, celles-ci démontrent que la fusion d’entités s’ensuit de coûts supplémentaires (par exemple : fusionnement des municipalités en Ontario et au Québec, fusionnement des réseaux électriques). Il est donc faux de dire que des économies pourraient être réalisées. C’est donc pour cette raison qu’il faut continuer notre programme de démarchage politique. Notre avenir collectif en dépend!


Jean Lemay,
Président AFOCSC

Portrait :Sylvie Payeur

Portrait

Jean LemayNom : Sylvie Payeur

Conjoint : Yvon Rossignol

Enfants : Nous sommes une famille reconstituée. À nous deux, nous avons quatre enfants : trois filles et un garçon. Nous sommes aussi les heureux grands-parents de trois beaux petits enfants, dont une fille et deux garçons.

Profession : Je suis conseillère en finance personnelle et superviseure du centre de services à Longlac pour la Caisse populaire de Hearst.

Conseillère scolaire où et depuis combien de temps : C’est à l'automne 1996 que j’ai été nommée conseillère scolaire de la section de langue française pour le Geraldton Roman Catholic school Board. Je remplaçais un conseiller qui avait déménagé.

Pourquoi avoir choisi de devenir conseillère scolaire? L'éducation a toujours été une priorité pour moi et c'est ma mère qui nous a inculqué son importance. Et après avoir eu mes enfants, l'éducation est devenue encore plus primordiale.
 

Qu’est-ce qui vous passionne dans votre métier de conseillère scolaire?
Ce sont les besoins des enfants qui me passionnent, plus spécifiquement, les enfants en difficultés. Quand mon fils a commencé l’école, les services étaient non existants. Ces années ont été très difficiles pour notre famille. Mais lorsque ma fille a débuté l'école, la situation commençait à s'améliorer. Malheureusement, je n'ai pas pu aider mes enfants comme je l'aurais voulu, car je ne comprenais pas leurs défis.

À l’école, quel genre d’élève étiez-vous?
Comme étudiante, je n'avais pas de difficulté. Je suivais relativement bien.

Quels sont vos passe-temps favoris?
Lorsque mes enfants étaient petits, je faisais de la peinture, mais maintenant, si je ne suis pas au travail, je suis avec ma famille et je me dévoue à mon conseil. J’ai hâte à la retraite pour pouvoir en faire davantage pour mon conseil, mais ce n’est pas avant sept ans.

Quel conseil donneriez-vous à une conseillère ou conseiller scolaire nouvellement élu(e)?
Je recommanderais de prendre le temps de revoir les politiques du conseil, de participer aux réunions de comités, de poser des questions, et surtout, de ne jamais perdre de vue notre raison d'être, c’est-à-dire, les enfants qui nous sont confiés.

Si l’on se rendait dans votre région, que nous feriez-vous visiter?
Si vous visitiez notre région du Nord-Ouest, vous constateriez que nos écoles sont au cœur de nos communautés francophones. Ensuite, je vous ferais profiter de la nature qui nous entoure, les lacs, les rivières et les sentiers. Et tout ceci se retrouve dans notre cour arrière.

L'AFOCSC en photos

Jean Lemay et France Gélinas
Jean Lemay, Marie-France Lalonde, députée d'Ottawa-Orléans, Denis Labelle, président de l'ACÉPO et Carol Jolin, président de l'AEFO
Jean Lemay et Michael Mantha
Jean Lemay et l’hon. Michael Coteau, député de Don Valley-Est et Ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport

Planifier l'avenir

Par Benoit Mercier, directeur général

Cet article se veut une première d’une série adaptée à partir d’un article de la revue Momentum de la National Catholic Education Association.


Dernièrement, dans le cadre du colloque annuel de la National Catholic Education Association, j’ai eu l’occasion de discuter avec des éducateurs catholiques des États-Unis. Comme ici, au Canada et en Ontario, et depuis un certain temps, nous avons remarqué un renouvellement assez important au niveau de la haute direction de nos conseils scolaires. Nous avons vu l’arrivée de nouvelles directions d’éducation, de nouvelles surintendances, de nouvelles directions et directions adjointes, et même, suite à la dernière élection municipale, de nouvelles conseillères et de nouveaux conseillers scolaires. Et dans quelques-uns de nos conseils scolaires, nous avons vu un renouveau au niveau de la présidence et de la vice-présidence.

Lors de mes discussions avec nos collègues américains, j’ai constaté qu’ils vivent le même changement au niveau de leur personnel scolaire. Selon leurs dires, et je suis en accord avec eux, un changement au niveau du leadership, qu’il soit systémique, ou au niveau d’une école, est très significatif. Il faut donc planifier cette succession de façon ordonnée.

Lorsqu’une personne occupant une fonction importante au niveau d'un conseil annonce sa retraite, ou son départ, plusieurs questions se posent : qui remplacera cette personne? Avons-nous des candidates ou des candidats à l’interne qui sont capables d’assurer la relève? Comment devrait-on s’y prendre pour remplacer cette personne? Est-ce que le conseil ou l’école peut survivre sans cette personne? Ces questions, ainsi que multiples d’autres, se posent, car c’est un moment d’incertitude.

Plusieurs spécialistes en culture organisationnelle disent que pour qu’une organisation puisse survivre une transition importante, il faut planifier la succession au préalable. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Force est de constater qu’il existe un lien étroit entre la planification de la succession et la santé à long terme d’une organisation, y compris les conseils scolaires catholiques de langue française. 
Dans les prochains numéros de La Source, je vous indiquerai comment il est possible d’assurer une succession sans dépenser des sommes importantes pour le recrutement de la haute direction d’un conseil scolaire.

Concours vidéo Vivre sa bonté à travers la foi

L’AFOCSC est en voie de développer un concours vidéo à l’intention des élèves fréquentant une école catholique de langue française. Le concours sera divisé en deux parties : une pour les élèves de la 4e à la 8e année et l’autre pour les élèves de la 9e à la 12e année et il répondra à deux axes stratégiques de notre planification, soit l’axe de la fidélisation et l’axe de la catholicité.

Le concours a été présenté et adopté par les membres du conseil d’administration lors d’une audioconférence qui a eu lieu au début du mois de février. Avant de le lancer, il a été décidé que l’AFOCSC consulte les élèves conseillères et élèves conseillers scolaires lors du prochain congrès qui aura lieu du 13 au 15 mai. Suite aux commentaires de ce groupe, il est prévu que le concours soit lancé dans toutes les écoles catholiques de langue française, et ce, dès la rentrée scolaire 2016.

Révision de la Loi de 2014 sur la négociation dans les conseils scolaires

Suite à cette ronde de négociations, le ministère de l’Éducation a indiqué aux parties impliquées dans la négociation que le processus établi serait révisé, tel que précisé dans la loi. L’AFOCSC a donc procédé à élaborer des sondages à l’intention des membres de l’équipe des différentes tables de négociation, ainsi qu'à l’intention des directions d’éducation. Lors d’une rencontre le 5 mai dernier, nous avons communiqué les résultats de nos sondages à l’équipe ministérielle chargée de consulter toutes les parties à la négociation. Tous les regroupements représentant le côté patronal étaient présents (AFOCSC, ACÉPO, OCSTA et OPSBA).

De plus, l’AFOCSC sera consultée individuellement le 10 mai prochain. En guise de préparation à cette rencontre, l’équipe ministérielle nous a communiqué les faits saillants de la première série de consultations. Lors du prochain congrès, l’AFOCSC vous fera part de ses commentaires. Nous croyons que si le gouvernement apporte des amendements à la loi, ceux-ci seront déposés avant que l’Assemblée législative lève pour l’été et que le débat soit complété avant la fin de l’automne prochain. C’est à ce moment que l’AFOCSC et tous ses partenaires se prépareront pour la prochaine ronde de négociations.

Rencontre avec la vérificatrice générale de l’Ontario

Le 22 avril dernier, au nom de l’AFOCSC, la directrice des relations de travail et la direction générale avaient été convoquées pour aller rencontrer la vérificatrice générale de l’Ontario. Suite aux articles de journaux de l’hiver dernier, sur le fait que quelques syndicats avaient obtenu du financement pour entreprendre la négociation et que les associations de conseils scolaires en avaient aussi reçu, les partis de l’opposition ont demandé à la vérificatrice de faire enquête sur les sommes d’argent dépensées lors de la dernière ronde de négociations. L’AFOCSC n’était pas la seule à rencontrer la vérificatrice générale.

Lors de notre entretien, la majeure partie de notre discussion fut centrée sur le processus de négociation mis en place depuis 2004, et comment cette dernière ronde était différente des précédentes. Nous croyons avoir répondu à toutes les questions posées. De plus, suite à une demande de la vérificatrice générale, l’AFOCSC a remis au personnel de son bureau les états financiers vérifiés des trois dernières années ainsi que les états financiers vérifiés des ententes de contribution du gouvernement de l’Ontario. L’AFOCSC a aussi remis un fichier contenant toutes les dépenses encourues qui supporteraient les états financiers vérifiés. 

Suite à ces rencontres, la vérificatrice générale soumettra à l’Assemblée législative un rapport complet sur la négociation. Nous sommes très intéressés par les recommandations qui en découleront.

L'avenir du Centre Jules-Léger

En mars dernier, l’AFOCSC et quelques partenaires en éducation de langue française ont participé à une session de consultation sur l’avenir du Centre Jules-Léger. Avant que les consultations aient lieu, le ministère de l’Éducation avait communiqué que les inscriptions au Centre pour la prochaine année scolaire avaient été interrompues. L’avenir du Centre était en péril, d’autant plus que le Commissaire aux services en français s’était prononcé sur son avenir. Comme l’indique le Commissaire, l’AFOCSC est de l’avis que le Centre Jules-Léger doit être gouverné et géré par et pour la francophonie ontarienne.

Devant l’incertitude de l’avenir du Centre, une lettre conjointe des deux associations de conseils scolaires en éducation de langue française (AFOCSC et ACÉPO) fut expédiée à la sous-ministre adjointe de l’éducation de langue française, Mme Janine Griffore. Cette lettre revendiquait les éléments suivants :
  • Que la gouvernance et la gestion soient assurées par la communauté scolaire franco-ontarienne;
  • Que le statu quo soit maintenu pour l’année scolaire 2016-2017, afin de donner le temps nécessaire à l’étude d’un ou des modèles de prestation de services et de gouvernance;
  • Qu’un comité de transition soit mis en place, représentant les deux associations provinciales de conseils scolaires, pour étudier tous les rapports émanant des consultations ou toute autre étude menée par le MÉO. Ensuite, des recommandations seront envoyées à la ministre en ce qui a trait au futur du Centre et que le MÉO finance ce comité;
  • Qu’un consortium d’élus, financé par le MÉO, soit mis en place afin d’assurer une gouvernance efficace et imputable quant au futur du Centre Jules-Léger.
Suite à la réception de notre lettre, la ministre a décidé de maintenir le statu quo pour la prochaine année scolaire, donc le Centre pourra continuer à offrir des programmes et services, comme il le fait présentement. L’AFOCSC et l’ACÉPO ont retenu les services d’une tierce partie pour développer un mémoire conjoint sur ce que nous pensons que devrait être le Centre Jules-Léger. Ce mémoire sera remis à l’ensemble de nos tables politiques pour que celles-ci adoptent la vision proposée, ce qui formera la base de nos revendications futures. 

Nous sommes de l’avis qu’un futur Centre Jules-Léger doit continuer à offrir des services de qualité aux élèves franco-ontariens, car la vision du Centre, celle de «devenir un centre d’excellence en éducation et en apprentissage, axé sur la recherche, le développement et l’innovation dans les domaines de ses compétences, assurer un leadership et établir des partenariats qui permettront d’accroître son rayonnement et son influence auprès des conseils scolaires catholiques et publics de langue française ainsi qu’auprès des communautés qu’ils desservent» demeure aussi pertinente qu’aujourd’hui.

Nomination de Jean-François Bard à titre de surintendant au CECCE

Détenteur d’une maîtrise en éducation, d’un Baccalauréat en éducation et un autre en communications, Jean-François Bard œuvre dans le milieu de l’éducation depuis plus de 15 ans.

Il a d’abord  été titulaire de classe à l’élémentaire et enseignant en intervention préventive en lecture-écriture pendant 6 ans avant d’effectuer un contrat d’un an et demi à titre d’enseignant en affectation spéciale au CECCE pour ensuite prendre le poste de directeur adjoint à l’École élémentaire catholique de la Découverte et, depuis 2012, Å“uvrer à titre de direction pour cette même école.

L’AFOCSC est très heureuse de votre nomination au CECCE et vous félicite pour ce nouveau chapitre!








Félicitations à madame Claudette Gleeson!

L'AFOCSC souligne avec fierté l’honneur reçu à Claudette Gleeson, vice-présidente au CSDC des Aurores boréales, une des lauréates du Prix du Gouverneur général du Canada pour l’entraide. Le prix lui a été remis lors d’une visite de son Excellence le très honorable David Johnston, le 29 mars 2016 à Thunder Bay. Toutes nos félicitations madame Gleeson!

Jean Lemay et Michael Mantha

Des nouvelles de nos conseils scolaires

Bénédiction de l’École catholique Pape-François à Stouffville

C’est le dimanche 24 avril que le père Jean Al Alam, OAM, responsable de la Mission catholique Saint-Frère-André a procédé à la bénédiction de l’École catholique Pape-François à Stouffville.
Jean Lemay et Michael Mantha
Jean Lemay et Michael Mantha
Écoles catholiques : grandes gagnantes du Festival provincial Théâtre Action

Les troupes de théâtre des écoles catholiques E.J. Lajeunesse et l’Essor se sont à nouveau illustrées dans le cadre du Festival provincial Théâtre Action en milieu scolaire qui a eu lieu du 14 au 16 avril dernier, à Ottawa.
Jean Lemay et Michael Mantha
Jean Lemay et Michael Mantha
Ouverture officielle de l'ÉÉC du Bon-Berger

De nombreux représentants de la scène politique, d’organismes communautaires, parents, élèves et membres de la communauté scolaire se sont rassemblés pour célébrer l’ouverture officielle de l’École élémentaire catholique du Bon-Berger à Toronto.
Jean Lemay et Michael Mantha
Jean Lemay et Michael Mantha

Recensement de la population 2016

À partir du 2 mai 2016, Statistique Canada enverra des lettres et des trousses du recensement à tous les ménages canadiens. Vous aurez à répondre à une série de questions sur votre langue d’usage. C’est avec ces réponses que le gouvernement canadien prendra en compte le nombre de francophones dans le pays.

Vous parlez le français et l’anglais? Vous êtes quand même 100% francophones!

Dressons le portrait de notre francophonie et soyons fiers de l’afficher.

Répondez français!

Pour plus de renseignements, cliquez ici

Événements à venir

Calendrier des rencontres du CA de l'AFOCSC 2016


13 au 15 mai 2016 – XVIIIe congrès et assemblée générale annuelle
à Toronto

17, 18 juin 2016
à Ottawa

Événements à signaler


1er mai – Congrès de l’ACEDE
Plus...

1er au 6 mai – Semaine de l'éducation catholique
Plus...
 
 2 au 8 mai – Semaine de la santé mentale
Plus...

5 mai – Journée mondiale de l’enseignement catholique
Plus...

5 mai – Assemblée générale annuelle du RNDGE
Plus...

5 mai – GREF 2016
Plus...

9 au 13 mai – Congrès de l’ACFAS
Plus...

26 mai – Congrès de l’Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario
Plus...

5 juin – Forum canadien sur l'apprentissage
Plus...

Dates à retenir


28 au 30 avril 2016 – Congrès annuel OCSTA
à Blue Mountain
Plus...

13 au 15 mai 2016 – XVIIIe congrès et assemblée générale annuelle de l’AFOCSC
à Toronto
Plus...
 
9 au 11 juin 2016 – Congrès annuel ACCEC
à Yellowknife (Territoire du Nord-Ouest)
Plus...

Membres du conseil d'administration de l'AFOCSC

Jean Lemay, président
(CSDC Est Ontarien)

Johanne Lacombe, vice-présidente
(CEC Centre-Est)

Melinda Chartrand
(CSDC Centre-Sud)

André Bidal
(CSC Nouvel-Ontario)
 
Joseph Bisnaire
(CSC Providence)
Diane Corriveau
(CSC Franco-Nord)

Mgr Marcel Damphousse
Évêque du diocèse de Sault-Ste-Marie
 
Langis Dion
(CSDC Grandes Rivières)

Sylvie Payeur
(CSDC Aurores boréales)

Pensée La Source


L'Espérance est la lumière
Qui donne un sens à notre vie,
Et les coeurs qu'elle éclaire
Retrouvent paix et harmonie.
Amen
Aimez notre page Facebook
 
Copyright © 2016 AFOCSC, Tous droits réservés.


 se désabonner  | mise à jour des préférences d'abonnement 

Email Marketing Powered by Mailchimp