Copy
PUBLICITÉ
.
EN PRIMEUR
par Catherine Dorion
lire l’article
L’ESSENTIEL DE LA SEMAINE

WAGS moi non plus : les coulisses de la NFL comme vous ne les avez jamais vues

URBANIA se prononce sur le documentaire «Fyre Festival : the greatest party that never happened»

URBANUIT : la fois où j’ai inséré mon bras dans un monsieur pour 300$

La peur collective des jouets érotiques qui font jouir les femmes

PUBLICITÉ
HISTOIRE DE LA SEMAINE
Le cri du faucon
par Manon Grenier
Cher Antonio,

Ça me surprend pas que tu sortes avec ma fille. Je savais qu’elle reviendrait de son trip dans l’Ouest avec un homme à son bras. Quand elle m’a dit qu’elle partait à Banff pour cueillir des baies, je me doutais bien que sa véritable intention était de se cueillir, comme elle dirait, un « bae ».

J’ai moi-même rencontré mon premier chum lors d’un voyage en Alberta. J’étais là pour cueillir des cerises, moi aussi, mais je rêvais surtout de perdre la mienne… Ma cerise, Antonio. Ma virginité.

Mon premier chum s’appelait Steve. On a traversé le désert du Nevada ensemble, à moto, ma joue encore lisse de jeunesse appuyée contre le cuir de son manteau. J’m’étais brulé le mollet sur le tuyau d’échappement de sa Harley.

Mon cri de douleur avait déchiré le ciel en même temps que le hurlement d’un grand faucon. Y’avait fallu qu’on arrête dans un parking de McDo pour que Steve puisse panser ma blessure avec un morceau de sa camisole.

J’étais brûlée au quatrième degré; c’était la plus belle journée de toute ma vie.

Pis quand j’t’ai vu pour la première fois, Antonio, j’ai compris que ma fille partageait mon goût pour les « bad boys ». C’est donc normal qu’il existe une sorte d’attraction entre nous deux. Mais y faut absolument qu’on cesse ces petits jeux de séduction, Antonio.

Tu sais de quoi j’parle. Quand tu m’as aidée à débarquer l’épicerie, l’autre jour, frôlant délibérément ma hanche au passage; ou cet été, quand j’dormais sur un matelas dans la piscine pis que tu nageais sous moi comme le plus coquin des requins. Sans parler de ta manie de chuchoter dès qu’on se retrouve ensemble, comme si nos conversations étaient illicites… Antonio, faut cesser avant que ma fille s’en rende compte.

Je te demande de détruire cette lettre, Antonio. Y’a un briquet dans la poche de mon manteau : à minuit, tu sortiras dehors, pis tu brûleras la lettre en bas de ma fenêtre. Quand je sentirai l’odeur de roussi monter dans ma chambre, je saurai alors que nous mettons un terme à ces agissements.

Manon, ta belle-mère
lire le journal de Manon
SANS FILTRE
par URBANIA
 voir la vidéo
LU DANS LES MÉDIAS
« […] l’histoire de Marguerite m’est venue parce que je n’ai jamais compris qu’on puisse se montrer intolérant envers les personnes homosexuelles.»
— MARIANNE FARLEY, RÉALISATRICE DU FILM MARGUERITE, EN NOMINATIONS AUX OSCARS
REPORTAGE
par Olivier Boisvert-Magnen
lire l’article
URBANIA MUSIQUE
par URBANIA Musique
SUGGESTION DU BUREAU
L'hybride Temple/Aurora

Le pitch : Variété de marijuana hybride ne contenant pas de THC, mais uniquement du CBD, sous forme de fleurs séchées.

Pourquoi j’aime ? Je ne suis pas un grand consommateur de pot, mais j’ai été attiré par cette sorte offerte par la SQDC pour ses effets calmants et je n’ai vraiment pas été déçu. J’ai testé le produit sans prendre d’alcool lors d’une soirée de week-end et c’était la première fois de ma vie que je n’avais pas de buzz après avoir fumé du weed; je ressentais plutôt une grande sérénité. Je vous le recommande si vous voulez vous sentir comme si vous aviez un spa dans la tête. PS: Le produit est en rupture de stock présentement (quelle surprise).

— POPOC, RÉDACTEUR EN CHEF À LA ROTULE CHAMBRANLANTE, BALLE COURBE
Vous avez des histoires à nous raconter ?
Des personnages à nous présenter ?
Dites-nous tout : collaborer@urbania.ca
Vous pouvez nous trouver partout !
Suivez-nous ! Likez -nous !
(Si ça vous chante)
fb yt ig
tw sc rss
Se désinscrire
Nous contacter
Magazine URBANIA
800, rue Roy Est, 2ème étage
MTL QC H2L 1E6 CANADA