Copy
PUBLICITÉ
.
EN PRIMEUR
par Olivier Boisvert-Magnen
lire l’article
L’ESSENTIEL DE LA SEMAINE

« Elle a tout pour elle » fête ses 20 ans : quel héritage pour ce film culte?

La leçon de l’esti de gros rat dégueulasse

La pilule qui aide à vivre sa peine d’amour

5 nouveautés à regarder sur Netflix en janvier

PUBLICITÉ
HISTOIRE DE LA SEMAINE
Le financier
par Manon Grenier
Peu d’ambiances me plaisent autant que celle du Second Cup à la tombée de la nuit, où j’peux déguster un financier moelleux en observant la faune étudiante ; je les trouve ravigotants, avec leurs cahiers pis leur concentration.

L’instant d’un café nocturne, j’deviens l’une des leurs : j’décore ma table avec des surligneurs pis des effaces, j’gribouille dans des vieux cahiers Canada, j’lâche des gros soupirs face à mes études imaginaires pis j’lance des regards découragés aux jeunes qui m’entourent, des regards qui veulent dire : « C’est pas facile, mais on va y arriver ensemble ».

Aujourd’hui, j’ai été particulièrement émue par la visite de cette jeune fille rougeaude qui s’est penchée au-dessus de ma table pour m’investir d’une mission : « Scusez-moi madame, pourriez-vous surveiller mes choses? J’irais aux toilettes. » Il va sans dire que j’ai pris ma tâche à cœur : j’ai fixé ses cahiers pis son ordinateur en ouvrant grand les yeux, comme si la force de mon regard allait entourer ses patentes d’un halo de protection.

Pis quand la jeune fille est revenue de la salle de bain, j’me suis surprise à lui demander de surveiller mes choses à son tour, pis j’suis allée m’assoir aux toilettes. J’avais pas envie de faire mes besoins, non : la seule envie que j’avais, c’était celle de truster cette jeune étudiante, de l’honorer de ma confiance comme elle m’avait honorée de la sienne. Là, aux toilettes, je pensais à ma sacoche pis mon financier, toujours sur ma table, à portée de main de n’importe quel bandit, et pourtant j’étais détendue comme jamais, mon corps entier engourdi par le doux stress de faire confiance à une pure inconnue.

Mon état de sérénité était tel j’ai fini par ressentir une légère pression sur ma vessie; j’en ai donc profité pour me soulager, ragaillardie et enchantée que j’étais à l’idée de vivre dans un monde où on peut encore faire confiance aux gens. 
lire depuis le début
EN PRIMEUR
par Anthéa St-Laurent Vallée
lire l’article
LU DANS LES MÉDIAS
« On a convenu ensemble que c’était mieux qu’elle prenne un pas de recul. »
— FRANÇOIS LEGAULT, À PROPOS DU REMPLACEMENT DE MARIECHANTAL CHASSÉ AU MINISTÈRE DE L'ENVIRONNEMENT
URBANIA Musique
par Marc-Étienne Mongrain
EN PRIMEUR
par Mali Navia
SUGGESTION DU BUREAU
Le jeu de société 7 Wonders : Quand Machiavel rencontre Valérie Plante

Le pitch : Je ne joue quasiment jamais aux jeux de société, mais quand je joue, c’est à 7 Wonders. On s’imagine le temps d’une partie (c’est rapide 30 minutes environ, on n’a pas le temps de s’ennuyer) prendre le contrôle d’une ville mythique pour la faire prospérer.

Pourquoi j’aime ? J’aime bien, car on interagit en permanence avec tous les joueurs (on peut jouer de 2 à 7!), car malgré des conflits militaires on a besoin d’eux pour obtenir des ressources que l’on n’a pas et sortir vainqueur de la joute. Faites sortir le Machiavel qui sommeille en vous. (ou vérifiez si vous avez du sang machiavélique qui coule dans vos veines).

— ROMAIN GABRIEL, DIRECTEUR VENTES ET DÉVELOPPEMENT
Vous avez des histoires à nous raconter ?
Des personnages à nous présenter ?
Dites-nous tout : collaborer@urbania.ca
Vous pouvez nous trouver partout!
Suivez-nous! Likez-nous!
(Si ça vous chante)
fb yt ig
tw sc rss
Se désinscrire
Nous contacter
Magazine URBANIA
800, rue Roy Est, 2ème étage
MTL QC H2L 1E6 CANADA