Copy

CTA Bruxelles Actualités

Informations clé sur les programmes et évènements ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP
Septembre 2019 - No. 619

Points Forts

La Papouasie-Nouvelle-Guinée prend la tête du groupe ACP

Le ministre des Affaires étrangères et du Commerce de Papouasie-Nouvelle-Guinée, M. Soroi Eoe, va assurer la présidence du Conseil des ministres des pays ACP.
 
Lors d’une cérémonie de passation de pouvoirs qui s’est tenue le 26 juillet 2019, l’ambassadeur Joshua Kalinoe a souligné qu’il s’agissait d’un moment crucial permettant de préparer plusieurs événements importants et documents essentiels pour le groupe ACP. Il a fait part des domaines qu’il comptait aborder, à savoir la négociation d’un nouvel accord de partenariat avec l’Union européenne, la finalisation de la révision de l’accord de Georgetown, le renouvellement des cadres du Secrétariat ACP et la préparation du 9e Sommet des chefs d’État et de gouvernement ACP, qui se tiendra en décembre à Nairobi (Kenya). Par ailleurs, il a déclaré que son mandat serait également consacré à la diversification des partenariats visant à renforcer la coopération Sud-Sud et triangulaire (CSST) et à développer le commerce intra-ACP.
 
En plus du président, le nouveau Bureau est composé des ambassadeurs du Rwanda, M. Amandin Rugira (Afrique de l’Est) ; de la République de Guinée, M. Ousmane Sylla (Afrique de l’Ouest) ; de la République du Congo, M. Léon Raphaël Mokoko (Afrique centrale) ; de la République du Botswana, M. Samuel Otsile Outlule (Afrique australe) ; des Bahamas, Mme Maria O’Brien (Caraïbes) ; et du Vanuatu, M. John Licht (Pacifique).
 
Les membres du Bureau sortant sont les ambassadeurs de Namibie, M. Kaire Mbuende (président) ; du Suriname, Mme Sieglien Burleson (Caraïbes) ; de Gambie (Afrique de l’Ouest), Mme Jaiteh Teneng Mba ; de la République du Congo, M. Léon Raphaël Mokoko (Afrique centrale) ; de l’île Maurice, M. Haymandoyal Dillum (Afrique de l’Est) ; de Tuvalu, M. Aunese Makoi Simati (Pacifique) ; et du Botswana, M. Samuel Otsile Outlule (Afrique australe).
 
Le président sortant, l’ambassadeur de Namibie, M. Kaire Mbuende, a résumé son mandat à la tête du Comité des ambassadeurs en remerciant ses collègues membres du Bureau pour la contribution précieuse qu’ils ont apportée aux activités du groupe ACP. Il s’est également déclaré satisfait du travail accompli et a salué le soutien apporté par le Secrétariat tout au long de ce mandat fructueux.
 
Le Secrétaire général du groupe ACP, M. Patrick Gomes, a quant à lui remercié le Bureau sortant d’avoir dirigé le groupe au cours des six derniers mois, du 1er février au 31 juillet 2019. Il s’est félicité de la constitution du nouveau Bureau et s’est engagé à faire en sorte que le Secrétariat continue de lui apporter son soutien.
 
Le Comité des ambassadeurs est un organe décisionnel essentiel du groupe des États ACP. Il est composé d’un représentant de chacun des 79 pays membres du Groupe et se réunit au moins une fois par mois à Bruxelles pour surveiller la mise en œuvre de l’accord de partenariat ACP-UE et exécuter tout mandat qui lui est confié par le Conseil des ministres ACP. La majeure partie de son travail est confiée à six sous-comités techniques (affaires politiques, sociales, humanitaires et culturelles ; commerce et produits de base ; investissement et secteur privé ; développement durable ; financement et développement ; création et financement), ainsi qu’à des groupes de travail et des équipes spéciales.
 

Partenaire de la semaine

Erik Árokszállási - PDG, TE-FOOD International

Erik Árokszállási est le PDG de TE-FOOD International Gmbh (Albstadt, Allemagne) depuis 2018. Ce Hongrois a dirigé une série de projets informatiques et de traçabilité en Europe et ailleurs dans le monde. Il est ingénieur civil de formation et parle couramment anglais, allemand, italien et hongrois. TE-FOOD est un écosystème reposant sur la technologie de la blockchain et assurant la traçabilité des aliments frais, de la ferme jusqu’à l’assiette. Il englobe toutes les activités de logistique et de contrôle de la qualité alimentaire, ainsi que la gestion des données de la chaîne d’approvisionnement. TE-FOOD fournit des logiciels et des outils d’identification rentables afin d’assurer la transparence des informations sur le bétail et l’approvisionnement en aliments frais. Avec son déploiement au Vietnam, TE-FOOD constitue aujourd’hui l’un des plus importants systèmes de traçabilité en Asie du Sud-Est.
 
La traçabilité alimentaire, ça fonctionne comment ?

  1. Les entreprises de la chaîne d’approvisionnement identifient leurs locaux, leurs lots et parfois, leurs produits de détail.
  2. Elles consignent des informations sur les événements dans ces identificateurs.
  3. Les identifications doivent être connectées tout au long de la chaîne d’approvisionnement pour préserver l’intégrité de l’information.

TE-FOOD propose des solutions touchant à diverses activités : identification d’objets, sérialisation de produits, capture de données via des interfaces ou l’application mobile B2B, stockage des données sur une blockchain, traitement des données pour suivre des protocoles personnalisés, ou encore outils pour présenter l’historique des aliments aux consommateurs.
 
Regarder sa présentation
 

Événements Stratégiques

Federica Mogherini assiste à la signature de l’accord de paix final au Mozambique

Lors du discours qu’elle a tenu pendant la cérémonie de signature, Federica Mogherini, haute représentante et vice-présidente de l’UE, a déclaré : « Dans un monde en proie aux conflits, où tout semble aller dans la mauvaise direction, vous êtes aujourd’hui une source d’espoir. Le Mozambique nous donne de l’espoir, l’Afrique nous donne de l’espoir. Vous devez en être fiers tout comme nous sommes fiers de vous ce soir. Le leadership dont vous faites preuve montre aujourd’hui qu’assurer la paix est toujours possible – certes difficile, mais possible. »
 
L’Union européenne a soutenu le processus de paix au cours de ces années difficiles et continuera de favoriser sa mise en œuvre en y allouant un montant de 60 millions d’euros. Federica Mogherini a insisté sur l’engagement à long terme de l’Union européenne en vue d’accompagner le Mozambique sur la voie de la réconciliation et de la consolidation démocratique.
 
« Aujourd’hui, vous pouvez compter sur l’Union européenne, elle restera à vos côtés tout au long du processus de consolidation de la paix. Car la paix, ce n’est pas simplement une signature sur un bout de papier, ce n’est pas simplement l’absence de guerre ou de conflit, c’est un projet vivant qui doit être bâti jour après jour. La paix, c’est un engagement que nous prenons aujourd’hui, dont nous sommes témoins aujourd’hui, et qui doit se traduire par des changements positifs et concret dans la vie de chaque femme et chaque homme du Mozambique.
 
Lors de sa rencontre avec le président Nyusi, la haute représentante a également évoqué les prochaines élections présidentielles et législatives au Mozambique, en précisant que l’Union européenne y déploiera une mission d’observation électorale. La bonne tenue d’un processus électoral sur l’ensemble du territoire mozambicain est essentielle pour favoriser la réconciliation et l’intégration sociale et pour tirer parti de l’accord de paix signé, ainsi que du processus de désarmement, de démobilisation et de réintégration.
 
En outre, Federica Mogherini a reçu des informations actualisées sur les activités de reconstruction menées au lendemain du passage des cyclones dévastateurs Idai et Kenneth : elle a réaffirmé la forte solidarité de l’UE avec le Mozambique et l’ambition de débloquer aussi rapidement et efficacement que possible les 200 millions d’euros supplémentaires que l’UE vient de mobiliser pour soutenir le programme national de reconstruction.

Source : SEAE, 7 août 2019

Actualités

Ralentissement des négociations post-Cotonou entre les pays ACP et l’UE

Le Parlement européen a approuvé la nomination d’Ursula von der Leyen, ancienne ministre allemande de la Défense, au poste de présidente de la Commission européenne. La désignation et l’approbation des commissaires sont désormais à l’ordre du jour. Les 27 candidats devront être approuvés par le Parlement européen en octobre. Au Royaume-Uni, Boris Johnson est devenu le chef du Parti conservateur le 22 juillet et Premier ministre peu de temps après.
 
Tandis que l’UE et le Royaume-Uni étaient absorbés par la désignation de leurs nouveaux dirigeants politiques, de hauts fonctionnaires des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et de l’UE ont poursuivi les négociations de l’accord post-Cotonou comme prévu à Bruxelles. Les rapports indiquent que des progrès réguliers ont été réalisés en ce qui concerne l’acte fondateur ACP/UE. Les négociateurs n’ont toutefois pu se mettre d’accord que sur trois points environ. Parmi les sujets sensibles qui font actuellement l’objet de négociations figurent la croissance et le développement économiques durables et inclusifs, ainsi que les migrations et la mobilité. Dans plusieurs domaines, les négociations n’ont pas encore commencé. C’est notamment le cas du dossier sensible de l’aide au développement. L’UE souhaite remplacer la relation donateur/bénéficiaire par une relation de partenariat. Le nouveau budget à long terme de l’Union pour la période 2021-2027, qui n’a pas encore été approuvé, est un élément crucial de ces discussions. Le budget devrait être approuvé par le Conseil européen en octobre ou décembre 2019.
 
Sur le plan politique, pour rappel, le Guyana et la Jamaïque sont les négociateurs principaux du forum des pays ACP des Caraïbes (CARIFORUM). Compte tenu de l’instabilité politique qui règne actuellement au Guyana, Carl Greenidge, qui occupe actuellement le poste de ministre des Affaires étrangères, continuera de participer aux négociations post-Cotonou. Des élections législatives sont prévues au Guyana. Le CARIFORUM a créé un groupe consultatif technique régional pour épauler ses négociateurs.

Source : CARICOM Today, 2 août 2019

Sénégal : Proparco, IFC et la BEI financent la construction de deux nouvelles centrales solaires dans le cadre du programme Scaling Solar

En finançant la construction de deux centrales solaires au Sénégal, Proparco, IFC et la BEI réitèrent leur engagement au service du développement durable sur le continent africain. Ces deux nouvelles centrales à grande échelle, les 7e et 8e construites au Sénégal en moins de 3 ans, illustrent la forte dynamique engagée dans le pays vers une transition énergétique bas carbone.
 
Proparco, la Société Financière Internationale (IFC, Groupe de la Banque mondiale) et la Banque européenne d’investissement (BEI) ont accordé des prêts d’un montant total de 38 millions d’euros pour la construction et l’opération de 2 centrales solaires au Sénégal. Proparco, forte de l’expérience acquise dans le financement apporté en 2016 pour la construction des centrales solaires Senergy et Ten Merina au Sénégal, a coordonné les interventions d’IFC et de la BEI dans cette opération. IFC apporte une portion du financement grâce au programme de Finland-IFC Blended Finance for Climate.
 
Ces deux centrales, d’une capacité installée totale de 80MWc, seront construites dans les régions rurales de Kahone et de Touba au centre du Sénégal.
 
Le financement est accordé aux sponsors Meridiam et Engie et au fonds souverain sénégalais Fonsis. Ces projets constituent les 2 premières réalisations au Sénégal du programme Scaling Solar du groupe de la Banque mondiale, dont l’objectif est de promouvoir les investissements dans les énergies solaires dans les marchés émergents.

Source : BEI, 31 juillet 2019

Les États des Caraïbes se préparent à lutter contre la pêche illégal


Dix-huit agents de contrôle aux frontières de sept États membres du Mécanisme régional des pêches des Caraïbes (CRFM) suivent actuellement une formation de quatre semaines sur les poursuites judiciaires et les mesures d’interdiction en matière de pêches. Cette formation est organisée par le Système de sécurité régionale (RSS), dont le siège social est situé à la Barbade, en collaboration avec le Secrétariat du CRFM, le gouvernement de la Barbade, et la brigade de protection des pêches de la Royal Navy (marine britannique).
 
Organisée à la base Paragon des Forces de défense de la Barbade, la formation réunit des officiers de la Garde côtière des Forces de défense d’Antigua-et-Barbuda ; de la Division des pêches d’Antigua-et-Barbuda ; de la Garde côtière de la Barbade ; de l’Unité maritime de la Police royale de la Barbade ; de la Division des pêches de la Barbade ; des Forces de police du Commonwealth de Dominique ; de l’Unité maritime de la Police royale de la Grenade ; de la Garde côtière des Forces de défense de Saint-Kitts-et-Nevis ; de l’Unité maritime de la Police royale de Sainte-Lucie ; et de la Garde côtière de la Police royale de Saint-Vincent-et-les Grenadines.
 
L’objectif de la formation est d’améliorer les aptitudes et les compétences des agents habilités responsables de l’application des lois et réglementations sur les pêches, ainsi que des politiques administratives connexes.

Lire l’article dans son intégralité 

Source : CARICOM, 23 juillet 2019

Aide humanitaire : 50 millions d’euros supplémentaires pour faire face à la sécheresse dans la Corne de l’Afrique

La Commission européenne mobilise une aide humanitaire supplémentaire d’urgence de 50 millions d’euros pour venir en aide aux populations touchées par la sécheresse dans la Corne de l’Afrique. De nombreux habitants de la région dépendant de l’élevage de bétail et de l’agriculture de subsistance, la sécheresse prolongée a des conséquences dévastatrices sur la disponibilité des denrées alimentaires et les moyens de subsistance. L’enveloppe supplémentaire mise à disposition ce jour porte à 366,5 millions d’euros le total de l’aide humanitaire que l’UE a apportée à la région depuis 2018.
 
« L’UE renforce son soutien aux populations touchées par une sécheresse prolongée dans la Corne de l’Afrique. Au cours de mes nombreuses visites dans des pays de la région, j’ai vu de mes propres yeux combien les phénomènes climatiques extrêmes font sentir leurs effets dans cette partie de l’Afrique. Notre financement contribuera à étendre l’aide humanitaire aux zones touchées et aidera les communautés à se prémunir contre le risque de famine », a déclaré Christos Stylianides, commissaire chargé de l’aide humanitaire et de la gestion des crises.
 
Les fonds relevant de ce train de mesures aideront les communautés touchées par la sécheresse en Somalie (25 millions d’euros), en Éthiopie (20 millions d’euros), au Kenya (3 millions d’euros) et en Ouganda (2 millions d’euros). Ils seront consacrés :
 
à une aide alimentaire d’urgence et à une assistance destinée à répondre aux besoins alimentaires immédiats ; à la fourniture de services de santé de base et au traitement de la malnutrition aiguë sévère chez les enfants de moins de cinq ans, les femmes enceintes ou allaitantes ; à l’amélioration de l’accès à l’eau destiné à la consommation humaine et animale ; ainsi qu’à la protection des moyens de subsistance des ménages.

Lire l’article dans son intégralité 

Source : Commission européenne, 7 août 2019

La CDAA et l’Union européenne (UE) lancent conjointement le Programme visant à promouvoir les investissements et le milieu des affaires (SIBE) dans la région CDAA

Le secrétariat de la Communauté de développement de l’Afrique australe (CDAA) et la délégation de l’Union européenne au Botswana et auprès de la CDAA ont lancé conjointement le Programme visant à promouvoir les investissements et le milieu des affaires (SIBE) dans la région CDAA, financé à hauteur de 14 millions d’euros au titre du 11e Fonds européen de développement (FED).
 
Le SIBE est un programme quinquennal, mis en œuvre par le Secrétariat de la CDAA dans les 16 États membres de la région. L’objectif global du SIBE est de parvenir à une croissance durable et inclusive, de soutenir la création d’emplois en transformant la région en zone d’investissement, et de promouvoir les investissements intrarégionaux et les investissements directs étrangers (IDE) dans la région, notamment pour les petites et moyennes entreprises (PME).
 
Ce programme s’inscrit dans le cadre de la contribution globale de l’UE, d’un montant de plus de 70 millions d’euros, destinée à promouvoir et à faciliter l’intégration régionale au sein de la CDAA et de l’ensemble de l’Afrique. Le SIBE est le prolongement d’actions déjà entamées précédemment avec des programmes européens, tels que le Programme régional de soutien à l’intégration économique (REIS).
 
Le secrétaire administratif de la CDAA, Mme Stergomena Lawrence Tax, a salué la précieuse collaboration entre la CDAA et l’Union européenne et a souligné la nécessité de créer un climat favorable aux investissements afin de développer et diversifier les économies de la région, de créer de nouvelles compétences professionnelles, de développer les infrastructures et de renforcer la participation des pays de la CDAA aux chaînes de valeur régionales et mondiales.

Source : SEAE, 6 août 2019

Ressources

CABI in Review 18
 

Inspiré par la volonté d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD), ce rapport annuel revient sur le déroulement des projets menés par l’organisation CABI et présente l’incidence qu’ils ont sur les agriculteurs, les vulgarisateurs, les scientifiques, les décideurs politiques et les professionnels.

Source: cabi.org

Rapport de l’UE de 2019 sur la cohérence des politiques pour le développement
 

La cohérence des politiques pour le développement (CPD) constitue un pilier essentiel des efforts déployés par l’Union européenne (UE) pour accentuer les effets positifs de la coopération au développement et accroître son efficacité. Ce concept de cohérence politique en faveur des objectifs de développement a été introduit dans le droit fondamental de l’UE en 1992 avec le traité de Maastricht et a ensuite été renforcé en 2009 par le traité de Lisbonne.
 
Dans ce rapport, la Commission fait le point sur ce qui a été réalisé au niveau de l’UE et de ses États membres en matière de CPD au cours de la période 2015-2018. Comme ce fut le cas pour les précédents rapports CPD, le présent rapport est le fruit d’un effort de collaboration, alimenté par les contributions des États membres de l’UE, de la Commission européenne et du Service européen pour l’action extérieure (SEAE).

Source: Europeaid, 2019

Évènements

Le 57ème Briefing du Développement sur le théme "Investir dans l'agriculture familiale pour assurer la sécurité alimentaire et la nutrition et développer des systèmes alimentaires durables" 
Mercredi 11 septembre 2019 (9h00-13h00)  au Secrétariat ACP, 451 Avenue Georges Henri, 1200 Bruxelles.
Ce Briefing de Bruxelles est organisé par le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA), la DG Développement et Coopération de la Commission européenne (DEVCO) et le Secrétariat ACP.
Suivez l'événement sur Twitter avec @BruBriefings
 Vous devez vous enregistrer en ligne et qui contient un lien au site avec tout le matériel disponible sur le sujet. Le Briefing sera aussi retransmis en direct: https://bruxellesbriefings.net

Forum agroalimentaire de la diaspora africaine 2019
13-14 septembre 2019
Bruxelles, Belgique
Lien d'inscription
 

Journées européennes de la recherche et de l'innovation
24-26 septembre 2019
Bruxelles, Belgique
Forum des entreprises CARIFORUM-UE et Foire commerciale caribéenne authentique
26-28 septembre 2019
Union Halle Francfort, Allemagne
Semaine européenne des régions et des villes
Plus de six mille personnes de toute l'Europe devraient rejoindre les régions et les villes européennes, cette année sous le titre "Régions et villes: les piliers de l'avenir de l'Union européenne".
7-10 octobre 2019
Bruxelles, Belgique
Information d'inscription
Alimentation 2030: Nourrir les hommes et nourrir la planète par le biais de régimes alimentaires durables pour tous
Evénement organisé par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO)
16 octobre 2019
À partir de 13h00
Bruxelles, Belgique

 
Cette lettre d'information du CTA Bruxelles est produite chaque semaine par le bureau du CTA à Bruxelles.

Éditeur : Mme Isolina Boto, Manager CTA Brussels Office (boto@cta.int)
Rédacteur : Mariana Lemos (lemos@cta.int)
Contributeur: Félix Ajong (ajong@cta.int)
Assistance technique : Thierry Lewyllie (lewyllie@cta.int)

NOTE : Si vous avez des questions ou des suggestions, écrivez-nous à l'adresse suivante : boto@cta.int
Pour plus d'informations sur l'ensemble des activités du CTA, veuillez consulter les sites http://www.cta.int ou http://bruxelles.cta.int
Suivez les briefings de Bruxelles : https://bruxellesbriefings.net 
Twitter CTABrussels
Briefings de Bruxelles
Notre adresse postale est :
CTA Brussels Office
Montoyer 39
Brussels 1000
Belgium

Add us to your address book

Voulez-vous changer la façon dont vous recevez ces emails ?
Vous pouvez mettre à jour vos préférences ou vous désabonner de cette liste.

 
Le Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale (CTA) CTA est une institution conjointe opérant dans le cadre de l'accord de Cotonou entre le groupe des États ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et les États membres de l'UE (Union européenne). Le CTA est financé par l'Union européenne.
© 2018 CTA - Attribution-NonCommercial 4.0 Internationale