Copy

CTA Bruxelles Actualités

Informations clé sur les programmes et évènements ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP
Septembre 2019 - No. 620

Points Forts

Rejoignez-nous lors du prochain briefing de Bruxelles sur le développement n. 57 intitulé « Investir dans l’agriculture paysanne pour la sécurité alimentaire et la nutrition », le 11 septembre 2019, de 9h à 13h, à Bruxelles

Organisé par le CTA, la Commission européenne/EuropeAid et le Secrétariat ACP, le briefing portera sur l’agriculture paysanne et le rôle essentiel qu’elle joue pour la sécurité alimentaire et la nutrition, ainsi que pour les systèmes alimentaires durables, tels que définis dans l’ODD 2.

Les discussions porteront sur les cadres et les processus nécessaires à la promotion d’une production agricole inclusive des petits exploitants qui contribue au développement de systèmes alimentaires durables. Des exemples de réussites incarnées par des petits exploitants œuvrant dans divers secteurs et chaînes de valeur seront employés pour démontrer la nécessité de soutenir davantage l’agriculture des petits exploitants. Les participants évalueront également les facteurs de réussite, leur reproductibilité et les possibilités de transposer les meilleures pratiques à une plus grande échelle.
 
Voici la liste des orateurs :

  • Jan Douwe van der Ploeg, Professeur, Université de Wageningen, Pays-Bas
  • Nora Mc Keon, Professeur, Université de Rome III, Italie
  • Roberto Ridolfi, Directeur général adjoint, FAO
  • Elizabeth Nsimadala, Présidente de la PAFO et de l’EAFF
  • Marco Dekker, Responsable MERL du programme STARS, ICCO
  • Mamadou Goita, Directeur général, IRPAD
  • Kola Masha, Associé directeur de Babban Gona, Nigéria
  • Annick Sezibera, Secrétaire administrative, CAPAD, Burundi


 

Partenaire de la semaine

Sir Gordon Conway, membre du panel Malabo Montpellier et professeur de développement international, Imperial College London


Sir Gordon Conway est professeur de développement international à l’Imperial College London. Avant cela, il a été le conseiller scientifique principal du Département britannique pour le développement international, président de la Royal Geographical Society, président de la Fondation Rockefeller, et vice-chancelier de l’Université du Sussex. Il est titulaire d’un doctorat en écologie des systèmes de l’Université de Californie et d’un baccalauréat en zoologie de l’Université du pays de Galles. Il a également présidé le panel Malabo Montpellier entre 2010 et 2016. Sir Gordon est membre du corps enseignant de plusieurs universités, dont les universités du pays de Galles, du Sussex, de Brighton et des Antilles. Il est membre de l’Académie américaine des arts et des sciences, lauréat du Leadership in Science Public Service Award et de la Royal Medal de la Royal Geographical Society (2017). En 2002, il a été nommé professeur émérite de sciences environnementales par l’Université du Sussex.
 
À l’occasion du briefing de Bruxelles sur le développement n° 56 sur « Les interactions terres-eau-énergie et la durabilité du système alimentaire », organisé le 3 juillet 2019, M. Conway a exposé son point de vue sur les relations étroites entre l’agriculture durable et les interactions terres-eau-énergie, en particulier dans les pays africains.


>Regarder la présentation de Sir Gordon Conway

 

Événements Stratégiques

SOMMET DE LA CDAA 2019 : conclusion d’un accord sur les mesures permettant de stimuler le développement régional

Dans une déclaration publiée hier, la CDAA a annoncé que la cérémonie de signature s’était déroulée lors de la cérémonie de clôture du 39e sommet des chefs d’État et de gouvernement organisé au centre de conventions international Julius Nyerere (JNICC).
 
Trois programmes seront mis en œuvre par le secrétariat de la CDAA, à savoir : le Programme visant à promouvoir les investissements et le milieu des affaires (SIBE), le Programme de facilitation du commerce (PTF) et le Programme visant à promouvoir l’industrialisation et les secteurs productifs (SIPS).
Le programme SIBE vise à promouvoir une croissance durable et inclusive et à soutenir la création d’emplois en transformant la région en zone d’investissement de la CDAA, en favorisant les investissements intrarégionaux et les investissements directs étrangers (IDE), tout en accordant une attention particulière aux petites et moyennes entreprises (PME).
 
Le Programme de facilitation du commerce permettra d’améliorer le développement économique inclusif dans la région de la CDAA en approfondissant l’intégration économique régionale. Quant au programme SIPS, son objectif est de contribuer au programme d’industrialisation de la CDAA en améliorant les performances et la croissance des chaînes de valeur régionales et des services connexes sélectionnés dans les secteurs agro-industriel et pharmaceutique.
 
Jan Sadek, ambassadeur de l’UE auprès de la CDAA, rappelle que les trois nouveaux programmes UE-CDAA sont le reflet de la stratégie menée par l’UE vis-à-vis de l’Afrique, telle qu’elle est formulée dans l’Alliance Afrique-Europe pour le développement durable et l’emploi. Il a déclaré : « Nous devons promouvoir le commerce, soutenir un environnement propice aux entreprises, et faciliter les investissements et l’industrialisation afin de contribuer à la croissance économique et à la création d’emplois décents. »

Source: IPP Media, 19 août 2019

Actualités

En décembre 2019, le Kenya accueillera le 9e sommet des chefs d’État et de gouvernement des pays ACP

Le secrétariat du Groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) a annoncé que le 9e sommet des chefs d’État et de gouvernement ACP se tiendra les 9 et 10 décembre 2019 à Nairobi (Kenya). Le sommet sera intitulé « Transformation du groupe ACP : engagement en faveur du multilatéralisme » et sera précédé de sessions ministérielles qui se tiendront du 6 au 8 décembre au même endroit.
 
Ce sommet se déroulera à un moment propice pour le Groupe ACP, qui se prépare à finaliser les négociations post-Cotonou, ainsi que la révision de son acte constitutif, l’accord de Georgetown. Lors de la 110e session du Conseil des ministres ACP qui précédera le sommet, les ministres nommeront le prochain secrétaire général pour la période 2020-2025. Le mandat de l’équipe de direction actuelle s’achèvera le 28 février 2020.
 
Les préparatifs du sommet sont menés par un groupe de travail composé des ambassadeurs Daniel Dede de la République centrafricaine et Daniel Evina Abe'e du Cameroun (Afrique centrale) ; Grum Teshome Abay d’Éthiopie et Omar Abdi Said de Djibouti (Afrique orientale) ; Georges Chikoti d’Angola et Kaire M. Mbuende de Namibie (Afrique australe) ; Teneng Mba Jaiteh de Gambie et Abou Dosso de Côte d’Ivoire (Afrique de l’Ouest) ; Maria O’Brien des Bahamas et Sieglien Burleson du Suriname (Caraïbes) ; Deo Saran des Fidji et Aunese Makol Simati de Tuvalu (Pacifique).
 
Le groupe de travail est présidé par Jacob T. Kaimenyi, l’ambassadeur du pays hôte, le Kenya.
 
Lire l’article dans son intégralité

Source : ACP, 8 août 2019

L’UE mobilise 9 millions d’euros pour faire face à la crise alimentaire à Haïti

L’Union européenne a débloqué 9 millions d’euros d’aide humanitaire en réponse à la détérioration de la situation alimentaire et nutritionnelle à Haïti. L’aide humanitaire permettra de couvrir les besoins alimentaires et nutritionnels essentiels de plus de 130 000 personnes vivant dans les zones les plus affectées.
 
« Pour l’UE, la situation humanitaire à Haïti n’est pas une crise oubliée. Nous sommes déterminés à apporter un soutien vital aux populations victimes de la crise alimentaire et nutritionnelle qui sévit dans le pays. Cette enveloppe vient s’ajouter aux 12 millions d’euros alloués en 2018 pour répondre aux besoins alimentaires et nutritionnels urgents des Haïtiens », a déclaré Christos Stylianides, commissaire chargé de l’aide humanitaire et de la gestion des crises.
 
Les fonds alloués bénéficieront aux familles vivant dans les zones les plus touchées par la crise ainsi qu’aux enfants souffrant de malnutrition aiguë. Une aide nutritionnelle vitale sera également fournie à plus de 5000 enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition aiguë. En même temps, l’UE soutiendra des actions visant à renforcer l’analyse de la situation alimentaire et à améliorer la qualité de la réponse humanitaire.
 
Dans le cadre de l’aide humanitaire de la Commission européenne, une attention particulière est accordée aux victimes de crises oubliées, c’est-à-dire de crises humanitaires graves et prolongées dans lesquelles les populations touchées ne reçoivent pas suffisamment d’aide internationale, comme c’est le cas à Haïti. Avec 404 millions d’euros alloués depuis 1994, Haïti est le principal bénéficiaire de l’aide humanitaire de la Commission européenne en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Source : Commission européenne, 13 août 2019

Feuille de route UE-Ouganda en faveur d’un meilleur climat d’investissement


Conformément à l’esprit de l’Alliance Afrique-Europe pour le développement durable et l’emploi, la délégation de l’UE en Ouganda, en partenariat avec le gouvernement ougandais et la Fondation du secteur privé en Ouganda (PSFU), a lancé une initiative à long terme visant à « promouvoir les investissements du secteur privé dans l’UE et en Ouganda ».
 
La « Feuille de route UE-Ouganda en faveur d’un meilleur climat d’investissement » présente des pistes de solutions pour lever les principaux obstacles à l’investissement rencontrés par les entreprises européennes et ougandaises en Ouganda. Ils ont été identifiés en ces termes : compétences et attitude ; accès au financement ; gouvernance et corruption.
 
Les défis identifiés sont le fruit d’un dialogue public-privé mené entre l’UE et plus de 200 entreprises et entités publiques européennes et ougandaises. Lancé en novembre 2018, ce dialogue avait pour objectif d’identifier les principaux obstacles qui entravent le développement du secteur privé. Les participants de ces discussions, qui se sont déroulées dans le cadre de petits-déjeuners d’affaires thématiques, dont sept ont pris fin le 31 juillet 2019, se sont également demandé comment améliorer l’environnement commercial et le climat général des investissements en Ouganda.
 
Plus de 20 mesures correctives ont été proposées au cours de ces échanges. Ces mesures ont été classées par ordre de priorité afin d’établir la feuille de route, l’objectif étant de produire des résultats concrets dans un délai de deux ans. Le processus a également confirmé la nécessité de mener un dialogue public-privé constructif et efficace pour assurer que l’environnement des entreprises puisse se développer durablement. En réponse, une « Plate-forme des entreprises durables au service de l’Ouganda » (SB4U) a été lancée pour assurer une collaboration continue entre les secteurs public et privé, ainsi que la mise en œuvre durable des mesures prévues par la feuille de route, tant par les acteurs européens qu’ougandais.
 
Un résumé de la feuille de route est disponible à l’adresse ci-dessous et présente également d’autres actions qui seront identifiées au cours de sa mise en œuvre. Cette communication et la version actualisée du Pacte pour la croissance et l’emploi en Ouganda fournissent de plus amples détails sur l’approche adoptée par l’UE pour promouvoir une croissance économique durable et des emplois décents dans ce pays.

Source : SEAE, 8 août 2019

Ebola : l’UE annonce 465 000 euros de fonds supplémentaires pour renforcer le niveau de préparation au Burundi

L’épidémie du virus Ebola qui sévit en République démocratique du Congo continue à se propager et le risque qu’elle s’étende aux pays voisins est élevé. L’Union européenne intensifie son aide au Burundi et débloque 465 000 euros pour permettre aux autorités burundaises et aux organisations humanitaires présentes dans le pays de renforcer encore les mesures de préparation pour faire face au virus Ebola.
 
Christos Stylianides, commissaire chargé de l’aide humanitaire et de la gestion des crises, qui est également coordinateur de l’UE pour la lutte contre le virus Ebola, a déclaré à ce sujet : « Pour lutter efficacement contre le virus Ebola, nous devons non seulement soigner les personnes contaminées en République démocratique du Congo, mais aussi intensifier nos efforts pour empêcher la maladie de se propager dans les pays voisins, comme le Burundi. C’est pourquoi l’Union européenne finance les mesures de préparation, y compris de prévention et de lutte contre Ebola, actuellement mises en œuvre dans ce pays. Tout doit être fait afin d’enrayer la propagation de ce virus mortel. »
 
Le nouveau financement de l’UE sera accordé par l’intermédiaire de l’Organisation mondiale de la santé. Il visera à renforcer les capacités en matière de coordination, de surveillance et de réaction face à l’épidémie dans les provinces à haut risque du Burundi, situées près de la frontière avec la République démocratique du Congo. Ces fonds supplémentaires viennent compléter l’enveloppe déjà accordée par l’UE pour financer les mesures de surveillance et de sensibilisation à Ebola prises par les ONG et les Nations unies.

Source : Commission européenne, 21 août 2019

L’UE accorde une subvention de 340 millions de kinas aux agriculteurs des provinces du Sepik oriental et du Sepik occidental

Les agriculteurs ruraux des provinces du Sepik oriental et du Sepik occidental bénéficieront d’une subvention de 340 millions de kinas (85 millions d’euros) débloquée par l’Union européenne pour soutenir le développement agricole de la région. Hier, lors du lancement à Wewak du programme pour la grande région du Sepik, le Premier ministre James Marape a remercié l’Union européenne (UE) pour son soutien et a annoncé que ces moyens seraient déployés dans d’autres régions du pays.
 
Il a déclaré : « Débloquer ces 340 millions de kinas n’a pas été chose aisée et je remercie l’ambassadeur européen, Ioannis Giokrakis Argyropoulus, ainsi que son équipe, pour tout le travail qu’ils ont fourni afin de veiller à ce que nous obtenions cette subvention. Il s’agit de la première initiative de ce genre. Elle sera lancée dans le Sepik oriental et le Sepik occidental et s’étendra ensuite aux provinces de Madang, de Morobe, de l'Ouest, ainsi que dans d’autres régions du pays – soit autant de lieux propices au développement agricole. »
 
Le Premier ministre a ajouté que le secteur de la production de cacao bénéficierait de la subvention et que la vanille, le café, le coprah, l’huile de palme, le bétail et tous les autres secteurs agricoles suivraient. Il a remercié le précédent gouvernement du Premier ministre O’Neill, dont les efforts ont permis d’obtenir cette subvention.

L’ambassadeur Argyropoulus a pour sa part expliqué qu’il s’agissait d’un investissement bénéfique pour l’ensemble de la population de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il a ajouté que cette subvention était financée par 500 millions de citoyens européens et qu’elle représentait l’un des investissements les plus importants et les plus élevés non seulement en Papouasie-Nouvelle-Guinée, mais également dans l’ensemble de la région Pacifique.
 
Le chef de l’opposition et député du district d’Aitape-Lumi, Patrick Pruaitch, a quant à lui indiqué qu’en reconnaissant le potentiel agricole du Sepik, l’UE apportait un coup de pouce stratégique à la région.
Il a déclaré : « Le secteur agricole, qui représente jusqu’à 40 % du produit intérieur brut (PIB), est et restera le moteur du développement de notre économie et de notre société. »
 
Et d’ajouter : « Le secteur des ressources naturelles, alimenté principalement par l’exploitation minière et pétrolière, génère actuellement la majeure partie de nos recettes d’exportation, mais nous devons reconnaître que l’agriculture est et restera toujours la principale source de revenus, d’emplois et de moyens de subsistance pour la majeure partie de notre population. » M. Pruaitch a ensuite remercié l’UE pour l’aide généreuse et opportune qu’elle apporte à la population du Sepik et à son pays.
 
Le gouverneur du Sepik occidental, Allan Bird, a également remercié l’UE pour son soutien et a demandé aux habitants de la région du Sepik de tout faire pour que le programme porte ses fruits.

Source : The National, 21 août 2019

Ressources

La science au service du Partenariat UA-UE : Acquérir des connaissances pour le développement durable
 

Le rapport se concentre sur la dimension africaine du partenariat. Il explore les opportunités et les défis découlant du fait que l'Afrique a plus de deux fois la population de l'Union européenne (UE), est le continent le plus jeune du monde, a une économie qui se développe plus rapidement que celle de l'UE et est presque sept fois plus grande géographiquement, pourtant vulnérable à diverses contraintes internes et externes.

Source: Publications Office of the EU

Rapport annuel WLE 2018-2019
 

Trouver les bonnes solutions met l'agriculture durable à portée de main: L'agriculture durable est confrontée à une constellation de défis en constante évolution. La population mondiale atteint environ 10 milliards de personnes, mais il existe maintenant des preuves incontestables des multiples impacts sociaux et environnementaux graves causés par les systèmes agricoles et alimentaires actuels.

Source: wle.cgiar.org

Évènements

Le 57ème Briefing du Développement sur le théme "Investir dans l'agriculture familiale pour assurer la sécurité alimentaire et la nutrition et développer des systèmes alimentaires durables" 
Mercredi 11 septembre 2019 (9h00-13h00)  au Secrétariat ACP, 451 Avenue Georges Henri, 1200 Bruxelles.
Ce Briefing de Bruxelles est organisé par le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA), la DG Développement et Coopération de la Commission européenne (DEVCO) et le Secrétariat ACP.
Suivez l'événement sur Twitter avec @BruBriefings
 Vous devez vous enregistrer en ligne et qui contient un lien au site avec tout le matériel disponible sur le sujet. Le Briefing sera aussi retransmis en direct: https://bruxellesbriefings.net

Forum agroalimentaire de la diaspora africaine 2019
13-14 septembre 2019
Bruxelles, Belgique
Lien d'inscription
 

Journées européennes de la recherche et de l'innovation
24-26 septembre 2019
Bruxelles, Belgique
Forum des entreprises CARIFORUM-UE et Foire commerciale caribéenne authentique
26-28 septembre 2019
Union Halle Francfort, Allemagne
Semaine européenne des régions et des villes
Plus de six mille personnes de toute l'Europe devraient rejoindre les régions et les villes européennes, cette année sous le titre "Régions et villes: les piliers de l'avenir de l'Union européenne".
7-10 octobre 2019
Bruxelles, Belgique
Information d'inscription
Alimentation 2030: Nourrir les hommes et nourrir la planète par le biais de régimes alimentaires durables pour tous
Evénement organisé par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO)
16 octobre 2019
À partir de 13h00
Bruxelles, Belgique

 
Cette lettre d'information du CTA Bruxelles est produite chaque semaine par le bureau du CTA à Bruxelles.

Éditeur : Mme Isolina Boto, Manager CTA Brussels Office (boto@cta.int)
Rédacteur : Mariana Lemos (lemos@cta.int)
Contributeur: Félix Ajong (ajong@cta.int)
Assistance technique : Thierry Lewyllie (lewyllie@cta.int)

NOTE : Si vous avez des questions ou des suggestions, écrivez-nous à l'adresse suivante : boto@cta.int
Pour plus d'informations sur l'ensemble des activités du CTA, veuillez consulter les sites http://www.cta.int ou http://bruxelles.cta.int
Suivez les briefings de Bruxelles : https://bruxellesbriefings.net 
Twitter CTABrussels
Briefings de Bruxelles
Notre adresse postale est :
CTA Brussels Office
Montoyer 39
Brussels 1000
Belgium

Add us to your address book

Voulez-vous changer la façon dont vous recevez ces emails ?
Vous pouvez mettre à jour vos préférences ou vous désabonner de cette liste.

 
Le Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale (CTA) CTA est une institution conjointe opérant dans le cadre de l'accord de Cotonou entre le groupe des États ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et les États membres de l'UE (Union européenne). Le CTA est financé par l'Union européenne.
© 2018 CTA - Attribution-NonCommercial 4.0 Internationale