Le numéro 32 de la revue littéraire Keulmadang vient de paraître
KeulMadang - Littératures de Corées
Follow on Twitter Nous suivre sur Twitter
Friend on Facebook Notre page Facebook
Forward to Friend Envoyer à un ami

Numéro 32 / Février 2015

À l’occasion de la parution de son premier roman traduit en français, Pars, le vent se lève, HAN Kang a accordé un entretien à Keulmadang. L’auteur revient sur les thèmes principaux abordés dans son œuvre : l’impossibilité de communiquer, d’être compris par les autres et de comprendre le monde qui nous entoure.

La nouvelle « Les chiens du soleil couchant », qui évoque notamment la question du suicide en Corée, est représentative du malaise de la société moderne. Des réflexions sur l’existence qui trouvent un prolongement dans « Neuf épisodes », un récit où chaque trace du réel est nimbée de rêves, et dans Pars, le vent se lève, où la quête du moi prend la forme d’une enquête dans le milieu artistique de Séoul…
 


 

Rencontre avec HAN Kang

Dans ce roman, de nombreux passages sont consacrés à la compréhension des lois de l’univers. Mais à force de tenter de comprendre cet univers, les personnages sont-ils encore en mesure de se comprendre eux-mêmes ?

« Au moment de la rédaction de Pars, le vent se lève, j’étais plongée dans la lecture de livres de sciences naturelles, d’astrophysique etc. Je me suis posée à nouveau la même question que je me pose depuis longtemps : comment va-t-on pouvoir survivre dans ce monde, dans cet univers, dans ce cosmos ? Ces réflexions ont aussi fourni le matériau pour un autre de mes romans : La Végétarienne. Dans ce livre, le personnage refuse sa condition d’être humain. L’homme mange de la viande pour survivre, mais pour obtenir cette nourriture, il doit commettre des violences sur les animaux. »



 

LES CHIENS AU SOLEIL COUCHANT

Avec la nouvelle « Les chiens au soleil couchant » parue dans le recueil Cocktail Sugar et autres nouvelles de Corée aux éditions Zulma, le lecteur français a découvert l’auteur HAN Kang, plébiscitée en Corée pour ses écrits représentatifs du malaise de la société moderne.



 

Neuf épisodes

Ensemble de neuf textes à l’intérieur d’un recueil de nouvelles d’auteurs variés, il s’agit paradoxalement d'un objet littéraire très bref, à peine neuf pages pleines en français ; ce que c’est que le hasard… Le style est singulier, plus proche d’un poème en prose que d’une narration de type romanesque, il évoque Baudelaire, celui des Fleurs du mal plus encore que celui des Petits poèmes en prose, comme le texte de YI sang, « L’araignée rencontre le cochon ». Mais aussi l’EUN Hee-kyung des « Boîtes de ma femme ».



 

Pars, le vent se lève

L’artiste SEO In-ju meurt dans des circonstances douteuses. Jeong-hee, sa meilleure amie, ne croit pas à la thèse du suicide et décide de lever le voile sur le mystère qui entoure sa disparition. Une enquête qui la conduit dans l’intimité du milieu artistique de Séoul.



Mais aussi...


La politique des USA en Corée du Nord : un fiasco

Si de temps à autre les déclarations fracassantes de ses dirigeants défraient la chronique, la Corée du Nord ne s’en est jamais prise au peuple coréen mais plutôt à ses dirigeants considérés comme les «valets des États-Unis ».

par Jean-Claude DE CRESCENZO
 

Les sombres feux du passé

Comment se construit une identité ? Une personnalité ? LEE Chang-rae nous entraîne à travers le 20e siècle, du Japon aux États-Unis, dans un périple introspectif douloureux et consolateur.

par Véronique CAVALLASCA
 

Corée – Revue Brèves #105

Lire cette anthologie de la nouvelle ne peut que nous faire regretter la quasi totale disparation de la nouvelle du paysage littéraire français, malgré sa période glorieuse du 19e siècle.

par Julie FAGOT
 

Association des auteurs de romans policiers

Alors que le polar coréen connait un vif succès au cinéma, son homologue littéraire est peu reconnu. Le rôle de l’association des auteurs de romans policiers est de le promouvoir.

par Julien PAOLUCCI
 

Nuages

Le ciel est un monde habité par un bestiaire fantastique, qui balise la nuit de célèbres étoiles. Les petits lecteurs vont aussi découvrir qu’au point du jour, la voûte céleste se pare de merveilleux nuages.

par Véronique CAVALLASCA
 

Je suis communiste

Après Fleur (Casterman, 2006) et Massacre au pont de No Gun Ri, PARK Kun-woong signe chez Cambourakis un nouvel album-fleuve, au titre un tantinet provocant : Je suis communiste.

par Philippe PAOLUCCI
 

Théâtre coréen d’hier et d’aujourd’hui

Pour les passionnés de théâtre ou les curieux qui s'interrogent sur les formes des spectacles coréens, voici l'occasion de découvrir le théâtre coréen à travers différents textes riches en information.

par Marie DUBIEL
 

India

India. Le titre est curieux pour de la poésie coréenne, intrigant. Le mandala doré sur la couverture ne laisse pas non plus de marbre. Le regard s’y pose, l’œil s’y perd. Nous voilà prêts pour un voyage en Orient.

par Lucie ANGHEBEN
 

Histoires de Kisaeng

La trilogie de KIM Dong-hwa, Histoires de Kisaeng, nous relate les affres de deux jeunes filles vendues à des courtisanes par leurs familles afin de les former au monde des Kisaengs.

par Roxane MILLARD

 


Ont participé à ce numéro
 
Lucie Angheben
Véronique Cavallasca
Roxane Millard
Marie Dubiel
Julie Fagot
Julien Paolucci
Philippe Paolucci
Jean-Claude de Crescenzo
Julien Boyer
Copyright © 2015 Keulmadang, tous droits réservés.
Email Marketing Powered by Mailchimp
Se desinscrire | Modifier mon abonnement