Copy
Consulter cet email dans le navigateur 

Mardi 4 mai 2021
 
Télétravail et productivité : ça passe ou ça casse ?
Positif ou négatif ? Quel est vraiment l’impact du télétravail sur la productivité des entreprises ? Il s’agit là d’une question difficile à trancher, alors que les infos sur le sujet sont assez contradictoires...

Dans un texte fortement médiatisé, l’Institut Sapiens citait ainsi mi-mars le chiffre de 22% de productivité additionnelle pour les salariés grâce au télétravail et calculait que le recours au travail à distance avait permis de sauvegarder entre 216 et 230 milliards d’euros de PIB en 2020. Mais pour les gains de productivité, le think-tank se base sur une étude qui date de 2016 et portait sur un télétravail choisi et organisé, bien différent du télétravail en mode confinement !

Pour sa part, l’OCDE, qui s’est penché sur le sujet pendant l’été 2020, estime que “le télétravail a été crucial pour maintenir la production pendant la crise, mais ses effets sur la productivité ne sont pas clairs”. Pour cela, il s’appuie sur les résultats contrastés d’études menées au Japon, en Chine et aux Etats-Unis, auprès de différents types de télé-travailleurs et de professions.
La productivité a augmenté de 22% pendant les deux confinements.
Source : étude de l’Institut Sapiens
Quoi qu’il en soit, les chercheurs de l’OCDE soulignent que “pour que le développement du télétravail s’accompagne d’une augmentation de la productivité à l’échelon de l’entreprise, il faut impérativement que le niveau de satisfaction des employés augmente suffisamment pour compenser les effets négatifs potentiels sur la communication, la circulation des connaissances et le contrôle hiérarchique.”

L’OCDE propose également un modèle, avec une courbe en U inversé, pour schématiser l’impact du télétravail sur la productivité : au bout d’un moment, alors que le télétravail gagne en intensité, ses effets négatifs (manque de communication, sentiment de solitude, brouillage de la frontière entre les sphères privée et professionnelle…) prennent le dessus sur les aspects positifs.

La conclusion de l’OCDE tient presque de l’évidence : “l’efficience des travailleurs s’améliore à la faveur d’une faible intensité de télétravail mais diminue lorsque le télétravail devient excessif”. C’est donc à chaque manager de définir là où se situe la frontière de l’”excessif”, pour rester dans la zone “idéale” de télétravail. Cette zone étant propre à chaque entreprise, profession ou situation personnelle.

Dans un contexte sanitaire pendant lequel le Gouvernement indique que le télétravail « doit être la règle pour l’ensemble des activités qui le permettent », il est bien difficile de rester dans cette zone “idéale”… Mais il existe pourtant bien des solutions pour conserver la productivité de l’entreprise tout en portant la plus grande attention au bien-être de chacun - puisque les deux sont liés !
La checklist pour garantir le bien-être de vos équipes en remote 
Tout le monde n’est pas égal face au télétravail. Pour certains, c’est l’opportunité d’être plus productif, tout en gagnant en flexibilité dans son emploi du temps, mais pour d’autres, le travail à distance peut représenter un véritable calvaire, avec des risques de déconnexion et de décrochage, voire de dépression. Pour anticiper, limiter et détecter les risques psycho-sociaux liés au télétravail, des solutions existent. En voici quelques-unes…

- Fournir le bon matériel
Face aux confinements successifs, les entreprises ont pris conscience de l’importance de l’ergonomie des postes de travail à domicile, que ce soit pour la santé mentale ou physique de leurs collaborateurs.

- Créer des rituels pour garder le lien
“Check” matinal sur whatsapp, pauses-café virtuelles ou même création de “guildes” (comme c’est le cas chez Revolut),... les idées  ne manquent pas pour instituer de nouveaux rituels et lutter contre l’isolement des collaborateurs qui travaillent à distance.

- Apporter une aide psychologique
Si le gouvernement a mis en place un numéro vert pour répondre aux angoisses liées au télétravail des salariés de TPE-PME, le dispositif est encore méconnu et souvent loin d’être suffisant.

- Recréer des moments de convivialité
Yoga virtuel, cours de cuisine en visio, ateliers DIY à distance, apéros Zoom… l’offre d’expériences de team building à distance s’est démultipliée depuis 2020.

Le mot de la fin

" La crise que nous subissons a deux effets accélérateurs. Premièrement, elle a conduit à un changement des mentalités. Nous voyons par exemple avec le télétravail, que des verrous ont sauté dans beaucoup d’entreprises qui ont instauré une culture basée davantage sur la confiance et le respect. Deuxièmement, nous avons assisté en parallèle à une accélération des investissements dans le numérique autour d’outils adaptés au travail à distance. Ces deux effets vont de pair et sont un terrain propice à plus d'agilité, voire de résilience en période de crise. ”

par Véronique Marimon, Chief of Staff @Salesforce

Je propose un sujet
Twitter
Facebook
Instagram
LinkedIn
YouTube
Vous souhaitez vous désinscrire de cette liste ?
Tous droits réservés. © 2021